Imprimer cette page

Brèves

 

LA CRISE ALIMENTAIRE MONDIALE : PROBLÈME AGRICOLE OU POLITIQUE?
Publié le 16 juin 2011

C’est le thème que l’ingénieur agronome Marcel Mazoyer, disciple de René Dumont et professeur émérite à AgroParisTech a abordé lors d’un midi-conférence présenté à la Maison de l’UPA le 6 juin dernier.

L’auteur de La fracture agricole et alimentaire mondiale – Nourrir l’humanité aujourd’hui et demain a d’abord rappelé que 3 milliards de personnes, sur les 6,9 milliards peuplant la planète, se privent plus ou moins de nourriture, faute de revenus suffisants et que 9 millions meurent de faim chaque année.

Le nombre de paysans et d’agriculteurs actifs dans le monde atteint 1,38 milliards. « Un milliard travaillent sans tracteur et sans animaux. Et si la moitié utilise tout de même des intrants efficaces, l’autre 500 millions ne produit qu’une tonne d’équivalent-céréales par travailleur par hectare », a rappellé l’agronome. Ce qui est loin des 2000 tonnes/travailleur que les agriculteurs les mieux équipés et les plus productifs du monde produisent présentement.

Jamais dans l’histoire humaine les niveaux de productivité et les coûts de revient des agricultures du monde n’ont été aussi inégaux. « Et c’est la mise en concurrence des produits de ces agricultures si dissemblables qui, depuis les années 1950, qui a bloqué le développement et appauvri jusqu’à la ruine et à l’exode des dizaines de millions de paysans », de résumer M. Mazoyer. Dans 40 ans, l’humanité aura besoin de toutes ces agricultures pour nourrir 9 milliards de citoyens. « Un tel objectif est possible, affirme le spécialiste, tant au plan écologique que technique, mais son accomplissement dépendra de la capacité des humains à S’ORGANISER pour rendre économiquement viable ce qui est écologiquement possible, techniquement réalisable et… socialement souhaitable. »

Les solutions? Offrir d’abord à tous les paysans des prix agricoles rémunérateurs et stabilisés  « pour qu’il puissent couvrir leurs coûts de production, vivre décemment de leur travail, investir et progresser en productivité et en compétitivité. Ensuite, créer de grands marchés communs agricoles régionaux protégés contre toute importation agricole à bas prix par des droits de douanes variables»

M. Mazoyer prononçait le 7 juin dernier une conférence au Forum économique international des Amériques, à l’invitation de la Fédération des producteurs de lait du Québec, du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) et du Congrès mondial des agronomes qui y organisaient ensemble une table ronde sur la crise alimentaire mondiale.

UN RÉPERTOIRE SUR LES PROGRAMMES D’AIDE ACCESSIBLES À LA RELÈVE AGRICOLE
Publié le 04 octobre 2010

Le réseau des Services de comptabilité et de fiscalité (SCF) de l’UPA vient de publier le Répertoire des programmes d’aide accessibles à la relève agricole. Ce répertoire décrit l’ensemble des organismes, programmes et mesures qui existent en matière de transfert et de démarrage d’entreprises agricoles. En plus des programmes gouvernementaux, on y trouve les diverses mesures mises en place par les groupes affiliés de l’UPA, les services offerts par les réseaux Agriconseils et ceux d’organismes régionaux comme les Centre locaux de développement et les Sociétés d’aide au développement des collectivités. Ce répertoire intéressera certainement toute personne désireuse de faire l’acquisition d’une ferme ou d’en lancer une. On peut se procurer un exemplaire du Répertoire des programmes d’aide accessibles à la relève agricole en communiquant avec le SCF d’une fédération régionale de l’UPA ou le consulter sur le site de Fédération de la relève agricole : www.fraq.qc.ca.


 

Le Réseau des services de comptabilité et de fiscalité (SCF) de l’UPA emploie près de 200 personnes présentes dans toutes les régions agricoles du Québec. Les professionnels du Réseau sont membres de corporations professionnelles comptables reconnues et connaissent bien le fonctionnement des entreprises agricoles, leur clientèle étant composée essentiellement d’agriculteurs et d’agricultrices. Les champs d’expertise du réseau des SCF sont, entre autres, la comptabilité, la planification fiscale, les impôts sur le revenu, la préparation d’états financiers, le transfert de fermes, les divers programmes de sécurité du revenu et la gestion financière
En savoir plus
Congrès annuel 2010
Publié le 29 septembre 2010

Le congrès général de l'UPA 2010

C’est sous le thème « Le pouvoir de se nourrir » que se tiendra au Centre des congrès, à Québec, les 30 novembre, ler et 2 décembre 2010, le 86e congrès général de l’UPA.

« Le pouvoir de se nourrir », c’est aussi le thème qui illustre la vision qu’ont les producteurs et productrices agricoles de la future politique agricole et alimentaire du Québec.

Cette vision se traduit en un énoncé très clair : Le pouvoir de se nourrir repose sur une agriculture réalisée par une multitude de fermes, ancrées dans toutes les régions, fournissant à la population des aliments sains, produits dans une perspective de développement durable et d’équité.



Consulter les archives
© L'Union des producteurs agricoles du Québec 2010 - Tous droits réservés  |  Site propulsé par Scriptor