Passer au menu Passer au contenu

Vous êtes sur le Site provincial, mais nous vous avons localisé dans la région : ###detected_region###

Gestion de l’azote

Agrisolutions climat, par son volet sur la gestion de l’azote, offre aux producteurs une occasion d’optimiser la fertilisation en participant au Réseau sentinelle azote dans le maïs-grain. L’ajustement des doses d’azote apportées a un effet direct sur les émissions de GES. Ces émissions des entreprises de grandes cultures, résultent des :

  • émissions directes de l’entreprise;
  • émissions indirectes, à deux niveaux :
    • le devenir de l’azote perdu par lixiviation et volatilisation/dépôt et qui, par la suite, entraîne des émissions de N20;
    • les émissions de CO2 liées à la fabrication des engrais azotés.

Les objectifs

Le maïs-grain représente près de 400 000 ha au Québec et constitue une des productions exigeant d’importantes quantités d’engrais minéraux et organiques. Conséquemment, il est d’intérêt, en matière d’adaptation des entreprises agricoles :

  • de réduire les émissions de GES générées par l’utilisation des engrais azotés de synthèse;
  • d’éviter la surfertilisation azotée du maïs-grain;
  • d’améliorer la gestion de l’azote à la ferme.

 

Le Réseau sentinelle

Le Réseau sentinelle azote dans le maïs-grain est né d’une initiative des Producteurs de grains du Québec Ce lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre (PGQ), en 2018.

Une cinquantaine de fermes par année y participent depuis.

Le financement Agrisolutions climat par Agriculture et Aagroalimentaire Canada (AAC) permet d’élargir la portée du projet à près de 280 fermes participantes par année dans les différentes régions productrices de maïs-grain.

L’objectif du Réseau sentinelle azote dans le maïs-grain est toujours d’optimiser la fertilisation azotée par l’adoption de pratiques de gestion bénéfiques en matière de fertilisation. Les producteurs et les conseillers participant au Réseau reçoivent une compensation financière (bonifiée) pour les deux prochaines années.

Une bande sentinelle (bande-témoin) est implantée dans le champ à l’essai. La bande sentinelle reçoit une application d’azote au démarreur seulement. Le reste du champ de maïs-grain reçoit une fertilisation complète (application au démarreur et en post-levée).

Au cours de la saison, plusieurs analyses de sol sont effectuées à des stades de croissance spécifiques du maïs-grain afin de mesurer la teneur en nitrates dans la bande sentinelle et dans le reste du champ. Les rendements dans la bande sentinelle et dans le reste du champ de maïs-grain sont comparés en fin de saison. Cette démarche permettra d’évaluer la capacité du sol à fournir de l’azote à la culture. S’il y a un faible écart entre les rendements obtenus dans la bande témoin et dans le reste du champ, c’est que la réponse à l’apport azoté appliqué en post-levée est faible. La fertilisation azotée peut alors être ajustée à la baisse sans affecter significativement les rendements. En préconisant un apport azoté optimal, il est possible de réduire les émissions de GES en lien avec l’application de fertilisants azotés, tout en réduisant les coûts de fertilisation azotée pour le producteur.

De plus, un nouveau volet (volet « Sentinelle+ », optionnel) a été ajouté au projet Réseau sentinelle azote en 2022. Ce volet est offert sur une base volontaire. Cet ajout vise à obtenir une indication complémentaire de la réponse du maïs-grain à la fertilisation azotée. Les informations ainsi obtenues permettront éventuellement de procéder à des ajustements en lien avec la fertilisation. Les producteurs et les conseillers qui souhaitent comparer l’effet de plusieurs doses d’azote peuvent adhérer à ce volet. Le volet Sentinelle+ inclut également l’implantation d’une bande témoin qui reçoit de l’azote uniquement au démarreur.

Deux options sont donc offertes, au choix du conseiller et avec l’accord du producteur.

En savoir plus sur les options

Sentinelle classique
Avec l’apport de l’azote uniquement au démarreur, on évalue la contribution du sol à l’atteinte du rendement agronomique. Une comparaison avec la recommandation de fertilisation permet d’évaluer les besoins réels et d’ajuster la fertilisation azotée avec ou sans l’apport d’engrais organique (fumier ou lisier) en présemis.

Sentinelle +
Les producteurs et les conseillers qui souhaitent comparer l’effet de plusieurs doses d’azote peuvent adhérer à ce volet. Les informations obtenues permettent éventuellement de procéder à des ajustements avec ou sans l’apport d’engrais organique (fumier ou lisier) en présemis.

En résumé
  • Le volet « Sentinelle classique » conserve le protocole mis en place depuis 2018 :
    • Une bande témoin est délimitée et reçoit une fertilisation azotée au démarreur seulement;
    • Le reste du champ reçoit la fertilisation azotée recommandée par le conseiller.
  • Le volet « Sentinelle+ » (optionnel, sur une base volontaire), permet de comparer plusieurs traitements :
    • Une bande témoin est délimitée et reçoit une fertilisation azotée au démarreur seulement;
    • Trois bandes adjacentes sont délimitées et reçoivent différentes fertilisations azotées :
      • L’apport total pour chacune des bandes adjacentes est déterminé au préalable en concertation avec le conseiller et le producteur, selon la situation de l’entreprise. Par exemple, ces apports pourraient être de 160, 200 et 240 kg d’azote par hectare;
    • Le reste du champ reçoit la fertilisation azotée recommandée par le conseiller.

Pour participer

Pour participer, l’entreprise agricole doit démontrer son intérêt au projet auprès de son conseiller et choisir le volet du projet qu’elle souhaite implanter en matière d’essai. Une compensation financière est prévue pour cette participation. 

Les inscriptions sont terminées pour la saison 2022.

Rémunération et conditions de paiement

Pour connaître les détails concernant les conditions générales pour l’entreprise participante et le choix du site, consultez le document « Conditions de participation au projet Sentinelle azote dans le maïs-grain 2022  (3 Mo) ».

Comment se déploie le Réseau sentinelle?

  • Par une approche proposant la comparaison de pratiques de fertilisation du maïs-grain sur de petites superficies pour initier, observer, ajuster et modifier les apports en fertilisants azotés;
  • Par le partage des résultats avec un ensemble d’entreprises agricoles permettant d’accélérer l’adoption de nouvelles PGB et de partager les risques associés à l’innovation;
  • Par la promotion des meilleures PGB en matière de fertilisation, selon les types d’entreprises agricoles et les régions du Québec;
  • Par la recherche d’une optimisation des pratiques de fertilisation incluant les engrais minéraux et organiques.

Ce projet est financé en partie par le AAC sous le programme SAC – FAFC.

Documents à télécharger

Pour aller plus loin

Pour informations supplémentaires et inscription

Joannie D’Amours Agente de projets – Agronomie, production durable

Producteurs de grains du Québec

Téléphone : 450 679-0540, poste 8202

agro@pgq.ca