2017 September

Règlement du concours « On fait tous partie de la recette »

Concours #jefaispartiedelarecette : du 15 au 29 septembre 2017

Pour participer :  accédez à la publication FACEBOOK.

À gagner : un panier-cadeau de produits d’ici (Grand public) ou de l’équipement agricole (Producteur agricole ou forestier) d’une valeur de 500$.

Les conditions de participation au concours:
Sur la page Facebook de L’UNION des producteurs agricoles (UPA), les producteurs (agricoles/forestiers) et le grand public (consommateurs) sont appelés à AIMER la page du concours, à PUBLIER une photo et à COMMENTER #jefaispartiedelarecette.

POUR PARTICIPER AU CONCOURS – VOLET GRAND PUBLIC

Limite d’une participation par personne.
1. Pour le grand public : Pour être éligible, vous devez respecter les 3 conditions suivantes :

1. AIMER le concours.
2. PUBLIER* une photo de vous avec un aliment local OU devant une affiche de la campagne de valorisation « On fait tous partie de la recette ».
3. COMMENTER #jefaispartiedelarecette

*Publier une photo de vous avec un aliment local (cultivé, élevé, acheté, préparé ou cuisiné au Québec) ou avec une affiche de la campagne de valorisation « On fait tous partie de la recette », en mentionnant dans votre publication, les mots clés suivants : #jefaispartiedelarecette, dans la section commentaires.

POUR PARTICIPER AU CONCOURS – VOLET PRODUCTEUR

Limite d’une participation par personne.

Pour les producteurs : Pour être éligible, vous devez respecter les 3 conditions suivantes :

1. AIMER le concours.
2. PUBLIER* une photo de vous avec un aliment local OU devant une affiche de la campagne de valorisation « On fait tous partie de la recette ».
3. COMMENTER #jefaispartiedelarecette

*Publier une photo de vous avec un aliment local (cultivé, élevé, acheté, préparé ou cuisiné au Québec) ou avec une affiche de la campagne de valorisation « On fait tous partie de la recette », en mentionnant dans votre publication, les mots clés suivants : #jefaispartiedelarecette, dans la section commentaires.

2. Les endroits où le public doit déposer ou faire parvenir les bulletins de participation au concours:

  • Publier une photo dans la section commentaires de la publication du « concours » sur la page Facebook de L’UNION, en guise de bulletin de participation.

3. La date et l’heure limites de participation au concours:
Du vendredi 15 septembre au vendredi 29 septembre à 23h59, HAE. Le concours est diffusé dans la langue française.

4. La description de la méthode d’attribution des prix:
Le mardi 3 octobre 2017 : Tiré au sort parmi le grand public et les producteurs agricoles et forestiers répondant à tous les critères de participation et d’admissibilité.

4.1 Le nombre, la description détaillée des prix offerts et la valeur de chacun d’eux:
Pour le grand public : un panier-cadeau de produits d’ici d’une valeur de 500 $ offert par l’UPA.
Pour les producteurs : une carte-cadeau de 500 $ pour l’achat d’équipement agricoles ou forestiers chez un détaillant (commerce situé au Québec) de leur choix offert par l’UPA.

5. Le lieu, la date et l’heure précise de la désignation du gagnant du prix:
Le tirage des 2 gagnants aura lieu à la Maison de l’UPA, située au 555, boul. Roland-Therrien, Longueuil, le mardi 3 octobre 2017 à 10h00, HAE.

6. La mention du média utilisé pour aviser les gagnants du prix:
Les gagnants seront affichés sur la page Facebook de L’UNION de même que dans les outils de communication de l’UPA (infolettre et site Internet de l’UNION – à déterminer).

ATTENTION : Vérifiez votre boîte de messages Messenger car nous vous contacterons par ce biais en premier lieu.

Les gagnants tirés au sort seront contactés par Facebook (Messenger) dans un premier temps et ensuite par téléphone, par les responsables du concours le 3 octobre 2017 et devront réclamer leur prix selon les instructions transmises par les responsables.

7. L’endroit, la date et l’heure limites où les prix doivent être réclamés ou, selon le cas, le fait que les prix sont expédiés aux gagnants:
Dans l’éventualité où il serait impossible de joindre un gagnant dans les sept (7) jours suivant la première tentative de contact, si la personne répond de manière incorrecte à la question d’habileté mathématique ou refuse le prix, l’UPA (l’organisateur) pourra, à son entière discrétion, désigner un autre gagnant.
Les prix, offerts par L’Union des producteurs agricoles, seront envoyés par la poste aux gagnants au plus tard 60 jours après la date du tirage.

8. La mention que les gagnants seront sélectionnés par un jury, si c’est le cas:
Non applicable.

9. La mention que, dans tous les cas, doivent être au moins exclues les personnes spécifiées à l’article 12:
La personne au bénéfice de laquelle un concours publicitaire est tenu, son employé, son représentant, son agent ou un membre du jury ne peuvent participer à ce concours.

Les producteurs qui souhaitent publier du contenu dans le cadre de ce concours doivent être en règle avec l’UPA et/ou leur Fédération (paiement des contributions et respect des règlements de la Fédération), sans quoi, nous nous réservons le droit de retirer leur contenu.

Note importante : L’UPA se réserve le droit de retirer des commentaires ou photos pouvant nuire à l’image de l’organisation ou tout contenu inapproprié dans le cadre de ce concours.

10. La mention du texte suivant : « Un différend quant à l’organisation ou à la conduite d’un concours publicitaire peut être soumis à la Régie des alcools, des courses et des jeux afin qu’il soit tranché. Un différend quant à l’attribution d’un prix peut être soumis à la Régie uniquement aux fins d’une intervention pour tenter de le régler. »

11. Les conditions d’admissibilité auxquelles doit se soumettre un gagnant pour obtenir son prix:

1. Les participants doivent résider au Québec et être âgés de 18 ans et plus en date de leur participation au concours.
2. Les gagnants devront également répondre correctement à une question d’habileté mathématique.

12. Conditions générales:
Le gagnant consent à ce que son nom, son image et/ou sa voix soit utilisé sans aucune compensation pour la promotion du concours, et il dégage l’organisation de toute responsabilité à l’égard des dommages ou pertes pouvant découler de leur participation à ce concours ou de l’attribution, de l’acceptation ou de l’utilisation du prix décerné.

Le prix doit être accepté comme tel et ne peut être échangé, ni remboursé, ni vendu, ni transféré. Aucune substitution n’est accordée.

En cas d’impossibilité de fournir le prix exactement comme il est décrit dans le présent règlement, les organisateurs du concours se réservent le droit de lui substituer un prix ou un élément d’une valeur approximativement équivalente, à leur entière discrétion.

Le refus d’accepter un prix libère les organisateurs du concours de toute obligation envers le gagnant.

Toute fausse déclaration de la part d’un participant entraîne automatiquement sa disqualification du concours.

Les organisateurs du concours déclinent toute responsabilité pour les pertes, dommages ou préjudice corporel de toute sorte, y compris sans toutefois s’y limiter :

i) les participations livrées en retard, mal acheminées, illisibles ou incomplètes;
ii) la perte, le vol ou la perte d’intégrité de logiciels ou de données informatiques ou téléphoniques, y compris les atteintes à la vie privée;
iii) les appels frauduleux;
iv) l’incapacité de toute personne de participer au concours pour quelque raison que ce soit, y compris des erreurs d’adresses postales ou de messagerie électronique, des défaillances informatiques ou téléphoniques ou tout autre problème de fonctionnement des systèmes informatiques en ligne, des serveurs, des fournisseurs d’accès, de l’équipement informatique ou des logiciels; des problèmes de congestion sur Internet ou un tout autre site web, ou de toute combinaison des facteurs qui précèdent;
v) des dommages causés au matériel informatique de toute personne, y compris ceux résultant de l’utilisation ou du téléchargement de tout contenu lié au concours;
vi) de tout retard ou de toute incapacité d’agir en raison d’un événement ou d’une situation échappant à leur contrôle, y compris une grève, un lock-out ou tout autre conflit de travail à leur établissement ou aux établissements des organisations ou entreprises dont les services sont utilisés pour la tenue du concours;
vii) la perte, le bris ou le mauvais acheminement des prix en cours de transport.

Lorsque les règlements du concours permettent l’utilisation d’un média social tel que Facebook, Twitter ou Instagram pour y participer, les participants sont informés que le média social et chacun de ses responsables et agents n’assument aucune responsabilité quelle qu’elle soit en rapport avec la tenue du concours. Le traitement des informations personnelles et du matériel fournis dans le cadre de la participation au concours est sous la responsabilité exclusive de L’UPA. Toutefois, en participant via un média social, toutes les règles régissant l’utilisation de celui-ci trouvent application.

L’organisateur se réserve le droit d’annuler ou de suspendre le concours si un virus, un bogue ou un autre facteur échappant à son contrôle raisonnable contrevient à la sécurité ou à la bonne administration du concours. Toute tentative de causer intentionnellement des dommages à tout site web ou de nuire au déroulement légitime de ce concours constitue une violation des lois criminelles et civiles. Le cas échéant, l’organisateur se réserve le droit de chercher réparation par tout moyen légal à sa disposition, dont un recours en dommages intérêts ou en vertu du Code criminel.

Les renseignements personnels fournis par les participants, y compris leur nom et leurs coordonnées, sont uniquement recueillis aux fins d’administration ou de promotion du présent concours et ne serviront à aucune autre fin sans leur consentement. En fournissant ces renseignements, les participants consentent à leur utilisation aux fins indiquées.

Les chances de gagner dépendent du nombre de participations admissibles reçues. L’organisateur se réserve le droit de disqualifier toutes les participations incomplètes, illisibles, endommagées, irrégulières, soumises par des moyens illicites, envoyées par des méthodes d’envoi automatisées ou robotisées qui ont pour effet d’accroître de manière artificielle les chances de gagner ou qui ne sont pas strictement conformes au règlement du concours. L’organisateur décline toute responsabilité à l’égard des erreurs ou omissions dans l’impression du matériel ou de la publicité liés au concours.
L’organisateur se réserve le droit de modifier le règlement du concours ou d’y mettre fin en tout temps sans engager sa responsabilité de quelque manière que ce soit à l’égard d’un participant.


La personne au bénéfice de laquelle un concours publicitaire est tenu doit s’assurer que la réclame de ce concours ne laisse pas croire qu’une personne :

1. a gagné un prix donné;
2. peut participer à un concours aux fins de recevoir un prix ou de pouvoir en gagner un, lorsqu’en fait tous les participants reçoivent un prix.
Cette personne doit s’assurer que la réclame indique le nombre et la description des prix offerts lors de ce concours, leur valeur respective, qu’elle mentionne s’il s’agit d’un seul prix ou qu’elle indique la plus petite et la plus grande valeur des prix.

Elle doit aussi s’assurer que la réclame précise de quelle façon et à quel endroit le public peut se procurer le texte des règlements du concours.

Elle doit de plus s’assurer que la réclame indique la nature de l’épreuve à laquelle le gagnant doit se soumettre pour obtenir son prix, lorsque la participation à un concours publicitaire nécessite l’achat d’un bien ou d’un service.

2017 July

Accounting and tax services

SCF - Service de comptabilité et de fiscalité de l'Union des producteurs agricoles - UPA

EN COLLABORATION AVEC LES CABINETS DE CPA:

SCF CPA Bas St-Laurent Inc. – SCF Chaudière-Appalaches Inc. – SCF CPA Centre-du-Québec Inc. – SCF Estrie Inc. – SCF Mauricie Inc. – SCF CPA Outaouais-Laurentides Inc. SCF Montérégie Inc. – SCFA Capitale-Nationale-Côte-Nord Inc. – SCF Saguenay-Lac-St-Jean Inc. – Jacques Veillette, CPA (Gaspésie-Les-Iles)


Le Service de comptabilité et de fiscalité de l’UPA travaille en collaboration avec des cabinets de comptables professionnels agréés (CPA) qui ont une grande expertise en agriculture et qui offrent des services de comptabilité, de fiscalité, de conseils financiers et de gestion spécialisés qui répondent aux besoins des entreprises. D’ailleurs, près de 12 000 entreprises utilisent ces services.

Le personnel des cabinets de CPA collaborateurs connaît bien le fonctionnement des entreprises agricoles, car leur clientèle est composée essentiellement d’agriculteurs et d’agricultrices. Cette connaissance du milieu leur permet de comprendre rapidement les enjeux des dossiers et de répondre adéquatement et efficacement aux besoins des clients.

À titre de comptables professionnels agréés (CPA), ces professionnels doivent respecter des standards élevés quant à la qualité des services à rendre. Ils bénéficient d’une formation continue qui leur permet d’être à jour dans les différents domaines de leur expertise.

Les membres du personnel des différents cabinets de CPA collaborent entre eux pour rechercher les meilleures solutions pour leurs clients. C’est plus de 230 personnes qui mettent leur expertise au profit des entreprises et des particuliers. De plus, le personnel des cabinets de CPA travaille avec les autres intervenants du milieu agricole, ce qui favorise la coordination des efforts de l’ensemble des conseillers qui sont au service des agriculteurs.

Les services offerts par les cabinets de CPA collaborateurs:

Comptabilité
États financiers;
Tenue de livres;
Service de paie;
Mise en place de systèmes comptables.

Fiscalité
Préparation des déclarations de revenus des particuliers et des sociétés par action;
Transfert de ferme;
Formations de sociétés de personne et de sociétés par action;
Acquisition et vente d’entreprises;
Planification à la retraite et au décès.

Taxes à la consommation
Enregistrement des entreprises;
Préparation des déclarations de TPS et TVQ;
Planification et conseils.

Informatique
Analyse de besoins;
Choix de logiciels comptables;
Implantation et soutien.

Autres services
Aides au regard des modalités spécifiques à plusieurs programmes agricoles :

  • Crédit de taxes foncières;
  • Préparation et transmission des données pour les programmes AGRI;
  • Gestion financière;
  • Autres rapports gouvernementaux.

Coordonnées des cabinets de CPA collaborateurs:

CABINETS DE CPA COLLABORATEURS PERSONNES À CONTACTER TÉLÉPHONE
SCF CPA Bas St-Laurent Inc. Dorval, Marie 418-723-2424
SCF Chaudière-Appalaches Inc. Doyon, Marc-Ange 418-228-5588
SCF CPA Centre-du-Québec Inc. Vallée, Jacques 819-378-5402
SCF Estrie Inc. Lévesque, Bernard 819-346-8908
SCF Mauricie Inc. Patrick Samson 819-378-4033
SCF CPA Outaouais-Laurentides Inc. Dion, Sophie 450-472-0440
SCFA Capitale-Nationale-Côte-Nord Inc. Lacroix, Réjean 418-872-0770
SCF Montérégie Inc. Thibault, Marie-Andrée 450-250-0105
SCF Saguenay-Lac-St-Jean Inc. Tremblay, Marie-Ève 418-542-5666
Jacques Veillette, CPA (Gaspésie-Les-Iles) Veillette, Jacques 418-392-4466
2017 May

Visionnez le documentaire de la séance photo de la campagne «On fait tous partie de la recette»

Visuels de la campagne – grillades

Campagne de valorisation UPA « On fait tous partie de la recette » - Grillades

Visuels de la campagne – déjeuner

Campagne de valorisation « On fait tous partie de la recette »

Visuels de la campagne – affichage

Photos : Christian Tremblay

Communiqué

Longueuil, le 18 mai 2017 – L’Union des producteurs agricoles lance une nouvelle campagne de valorisation de l’agriculture québécoise et de la profession agricole. Sous le thème On fait tous partie de la recette, la campagne, qui prend d’abord la forme de panneaux sur le bord des routes, rappelle l’importance de l’agriculture, et des productrices et producteurs agricoles d’ici.

L’implication des producteurs, tant agricoles que forestiers, sur le quotidien des Québécois reste abstraite pour plusieurs. La campagne On fait tous partie de la recette démontre que ce qui unit les consommateurs aux productrices et producteurs agricoles s’articule autour du concret, soit les produits achetés, cuisinés… puis servis dans l’assiette. Elle met de l’avant la fierté des producteurs d’offrir aux consommateurs des produits de qualité, dignes de chez nous. Le fruit du travail de l’agricultrice et de l’agriculteur se trouve dans toutes les cuisines, dans toutes les recettes, dans tous les repas du quotidien, et dans le succès économique du Québec.

La nouvelle campagne de l’Union se déclinera de multiples façons tout au long de l’année notamment par différents types d’affichage sur les fermes dès le mois de juin. Elle a été élaborée avec l’agence Tam-Tam\TWBA, et les deux photos utilisées pour la campagne ont été créées en studio à Montréal par la styliste culinaire Chantal Legault et le photographe Christian Tremblay. L’ensemble des produits utilisés pour la séance photo provient du Québec.

Téléchargez les visuels de la campagne en haute résolution

Photo grillades (format JPG) Photo grillades (format PDF)

Photo déjeuner (format JPG) Photo déjeuner (format PDF)

Photo affichage Longueuil (format JPG)

Photo affichage Longueuil gros plan (format JPG)

Médias sociaux

En tant que producteurs agricoles et forestiers et consommateurs, êtes-vous fiers de faire partie de la recette? Affichez vos couleurs et faites partie du mouvement!

Pour télécharger les visuels : clic droit (ordinateur) ou appuyez sur l’image (mobile).

Partagez sur Facebook Bannières Facebook

Campagne de valorisation « On fait tous partie de la recette » Campagne de valorisation « On fait tous partie de la recette »

Partagez sur Facebook Décoration pour photo de profil: suivez ce lien et recherchez “UPA” pour ajouter cette mention sous votre photo.

Suivez-nous sur Twitter @upaqc Bannières Twitter

Campagne de valorisation « On fait tous partie de la recette » Campagne de valorisation « On fait tous partie de la recette »

Partagez sur Facebook Suivez-nous sur Twitter @upaqc Publications Facebook ou Twitter

Campagne de valorisation « On fait tous partie de la recette » Campagne de valorisation « On fait tous partie de la recette »

Publications Instagram

Crédits de la campagne:

Agence : Tam-Tam\TBWA
Photographe : Christian Tremblay
Styliste culinaire : Chantal Legault

2017 March

Semaine de la santé et de la sécurité en agriculture 2017

Du 8 au 15 mars 2017, c’est sous le thème « Sur votre ferme, contrôlez les énergies » que se tiendra la Semaine de la santé et de la sécurité en agriculture. Des ateliers organisés par les fédérations régionales de l’UPA auront lieu tout au long de l’année.

Semaine de la santé et de la sécurité en agriculture 2017Un outil complet

Chaque année, des producteurs et des travailleurs agricoles se blessent ou meurent sur les fermes en exécutant des travaux d’entretien, d’ajustement, de déblocage ou de réparation d’équipements agricoles. En cause : l’absence de contrôle des énergies durant l’accès à des zones dangereuses, à l’intérieur ou autour d’une machine, qui comportent des pièces en mouvement ou pouvant se mettre subitement en mouvement.

Cet outil vous aide à identifier les risques et les différents types d’énergies qui doivent être contrôlées avant d’intervenir sur une machine.

Téléchargez cet outil sur le site de la CNESST.

Des activités partout au Québec!

Les fédérations régionales de l’UPA organiseront des ateliers de prévention à l’intention des producteurs agricoles et de leurs travailleurs avec la collaboration de la CNESST. Renseignez-vous auprès de votre fédération régionale de l’UPA pour savoir où et quand auront lieu les activités.

Pour bénéficier d’accompagnement en santé et sécurité sur votre ferme tout en faisant des économies importantes sur vos cotisations CNESST, rendez-vous sur le site de la Mutuelle de prévention UPA.
Vous y trouverez également les coordonnées de votre conseiller mutuelle régional.

2017 February

Ouragan en Haïti; on se relève les manches!

En octobre 2016, à la suite de l’ouragan Matthew qui a frappé de plein fouet Haïti à l’automne, UPA Développement international (UPA DI) a lancé une campagne de financement en collaboration avec la Fondation de la famille terrienne pour relancer les activités agricoles dans ses zones d’intervention. Tous les fonds sont utilisés pour l’achat de matériaux agricoles et de semences, ainsi que pour la reconstruction d’infrastructures et contribuer à améliorer la sécurité alimentaire des populations de ces zones.

En février 2017, UPA DI avait accumulé près de 31 000 $ de dons. De plus, en décembre 2016, une dizaine de personnes se sont portées volontaires et sont parties 15 jours en Haïti, à Labrousse, dans le cadre d’une corvée de reconstruction de maisons emportées par l’ouragan Matthew. Une expérience hors de l’ordinaire qui a tissé des liens extraordinaires.

Opinion : Haïti : mondialiser notre solidarité, Marcel Groleau, 09/11/16

Une exposition agriculturelle pour le 375e de Montréal

L’Union s’est associée à l’Université du Québec à Montréal, Espace pour la vie et les Fonds de recherche du Québec pour participer à la création d’une exposition agriculturelle en février 2017, dans le cadre du 375e anniversaire de Montréal. L’objectif de cette exposition nouveau genre est de créer des passerelles entre la ville et la campagne et de susciter autour d’enjeux agricoles.

Les 11 et 12 mai 2016, le projet d’exposition agriculturelle franchissait une première étape en présentant le colloque « Entre campagnes et villes : cultures cherchent cultures » à l’occasion du prestigieux congrès de l’Association francophone pour le savoir (ACFAS). Lors de cet événement, une quarantaine d’agriculteurs et de chercheurs de diverses disciplines ont échangé leurs points de vue sur différents enjeux liés à l’agriculture.

Le 28 mai, le dialogue entre l’agriculture, l’art et la science s’est poursuivi le temps d’un café-rencontre auquel était convié le public des Rendez-vous horticoles du Jardin botanique de Montréal. Les échanges riches et animés ont porté sur les relations entre la nature et l’agriculture et les menaces auxquelles elles sont confrontées.

D’autres activités sont également prévues, dont une série de rencontres entre chercheurs, artistes et agriculteurs, une exposition à la Galerie de l’UQAM, un cours d’été alliant science et arts visuels sur la thématique de l’eau ainsi qu’une projection architecturale et des miniconférences dans les Jardins Gamelin. Cette programmation qui s’inscrit dans le cadre du 375e anniversaire de Montréal sera bientôt dévoilée.

Exposition agriculturelle – Projets à venir en 2017

Communiqué : Exposition agriculturelle : un rendez vous pour les scientifiques, les artistes et les agriculteurs, 30/05/16

2017 January

Poulettes

Les Éleveurs de poulettes du Québec.

Taxes foncières agricoles : nous devons réagir!

NOUS DEVONS RÉAGIR!

Nous avons toujours été heureux de permettre aux amateurs de plein air de traverser nos terres.
Le ministre ne démontre aucune ouverture pour régler le problème des taxes foncières agricoles.
Nous devons réagir! Si rien ne bouge, le ministre sera le seul responsable de l’interdiction d’accès aux terres agricoles, le long des sentiers récréatifs, prévue d’ici quelques jours!
Soutenez-nous en écrivant au ministre:

J'écris au ministre de l'agricultureministre@mapaq.gouv.qc.ca

Partagez sur Facebook Partagez sur Facebook

UN PROGRAMME ESSENTIEL

Les agriculteurs, comme l’ensemble de leurs concitoyens, paient 100 % des taxes foncières pour leur maison et le terrain où elle se situe.

Si rien ne bouge, le ministre sera le seul responsable de l’interdiction d’accès aux terres agricoles, le long des sentiers récréatifs, prévue d’ici quelques jours! Soutenez-nous en écrivant au ministreAu regard des terres et des bâtiments agricoles, le Québec s’est doté d’un Programme de crédit de taxes foncières agricoles, le PCTFA, pour assurer le développement et le maintien d’entreprises agricoles familiales partout sur son territoire.

Le Québec doit se doter d’un nouveau régime fiscal agricole en réponse aux nouveaux enjeux, dont l’augmentation du prix des terres.

Or, le ministre de l’Agriculture, Pierre Paradis, préfère y aller d’une réforme simplement administrative de fiscalité foncière agricole, sans égard pour celles et ceux qui en subiront les contrecoups.

Ce type de soutien n’est pas unique au Québec. Il est d’ailleurs plus efficace dans plusieurs provinces canadiennes, dans plusieurs états aux États-Unis et dans plusieurs pays d’Europe pour contrer les hausses de taxes liées à la spéculation sur les terres agricoles.

Le fardeau fiscal des entreprises agricoles a énormément augmenté depuis 10 ans, en raison notamment de l’augmentation importante de la valeur des terres. Il passera même du simple au double si le gouvernement du Québec va de l’avant avec les changements au programme annoncés en mars dernier.

DES COÛTS IMPORTANTS POUR LES PRODUCTEURS

Dès l’annonce des changements au PCTFA, l’UPA a informé le ministre et le gouvernement que cela allait se traduire par des hausses de 30 % à 40 % de la facture payée par les agriculteurs pour leurs taxes foncières agricoles.

Neuf mois plus tard, malgré les nombreux exemples qui lui ont été apportés, le ministre cabotine toujours et déclare que les agriculteurs « qui verront leur compte de taxes hausser de plus de 30 % représentent 1 % de la clientèle, 300 producteurs, pour une perte moyenne de 113 piastres ».

Pourquoi est-ce que Pierre Paradis s’entête? Pourquoi ne reporte-t-il pas sa réforme?
Pourquoi ne pas s’asseoir avec les intervenants concernés (ministères des Finances et des Affaires municipales, UPA et unions municipales) et trouver une solution à long terme au régime foncier agricole?

Une étude commandée par la Coop fédérée, confirme les hausses importantes de la facture payée par les agriculteurs pour leurs taxes foncières agricoles, si la réforme est mise en vigueur.

La firme indépendante de vérificateurs RAYMOND CHABOT GRANT THORTON a confirmé une hausse moyenne de 47 % de la facture, selon un échantillon de 310 agriculteurs (soit 1 123 $ de plus en moyenne), si le gouvernement du Québec va de l’avant avec ses changements.

La Fédération québécoise des municipalités a joint sa voix à celle des producteurs agricoles en demandant au gouvernement de reporter d’un an sa réforme et de s’assoir avec les intervenants concernés pour trouver une solution durable.

Neuf mois plus tard, malgré les nombreux exemples qui lui ont été apportés, le ministre cabotine toujours et déclare que les agriculteurs « qui verront leur compte de taxes hausser de plus de 30 % représentent 1 % de la clientèle, 300 producteurs, pour une perte moyenne de 113 piastres ».

  • Vidéo : écoutez les préoccupations exprimées à ce sujet par les producteurs agricoles lors du congrès UPA (2016/11).
  • Lisez l’éditorial de Marcel Groleau, président général de l’Union des producteurs agricoles.
  • Radio : écoutez le message diffusé par l’Union des producteurs agricoles.

    Appuyez les agriculteurs, partagez l’information:
2016 November

2016 Annual Congress #congresupa

92e Congrès général de l’UPA
29, 30 novembre et 1er décembre 2016
Centre des congrès de Québec, 1000 boulevard René-Lévesque Est à Québec

MARDI 29 NOVEMBRE

10 h
Ouverture du congrès
11 h
Rapport des activités et vidéo rétrospective. (Consultez le rapport annuel de l’UPA)
Adoption du plan de développement de l’Union
12 h
Dîner
13 h 15
Discours d’ouverture Marcel Groleau président général de l’Union

 

14 h 15
Ateliers de réflexion : Notre vision d’avenir en 4D – Développement, Demande, Durabilité, Devenir
17 h
Ajournement

MERCREDI 30 NOVEMBRE

8 h 30
Huis clos des délégués
10 h 30
Lancement : Guide sur la contractualisation
10 h 45
L’agriculture au Québec : retombées économiques et perspectives d’avenir Renaud SanscartierÉcoRessources
11 h 15
Vision 4D de la relève agricole


11 h 45
Famille agricole de l’année

La famille Gauthier : famille agricole 2016 de L’Union des producteurs agricoles.

12 h 15
Dîner
13 h 30
« L’avenir de l’agriculture à l’échelle mondiale » de Émile Frison, membre d’IPES-Food

Lisez sa présentation

14 h 30
Les facteurs territoriaux du développement agricole et forestier Robert Laplante et François L’ItalienIREC
15 h 00
Présentation du rapport financier
Nomination de l’auditeur
15 h 30
Pause

L’avenir de l’agriculture au Québec

15 h 45
Amir Khadir, Québec Solidaire

16 h 05
François Legault, chef de la Coalition Avenir Québec

16 h 25
Jean-François Lisée, chef du Parti québécois

17 h 00
Jean-Claude Poissant, secrétaire parlementaire du ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire du Canada

17 h 30
Ajournement
18 h 00
Cocktail du président (sur invitation)

JEUDI 1er DÉCEMBRE

7 h 00
Le petit déjeuner des Grands Honneurs en soutien à Haïti (sur invitation)
9 h 30
Modifications aux règlements

  • Modifications au Règlement sur les contributions des fédérations et des syndicats spécialisés à l’UPA
  • Règlement sur les catégories de producteurs
  • Règlement général de l’UPA
10 h 00
Nouvelles de la Fédération canadienne de l’agriculture
Ron Bonnett, président de la FCA
10 h 30
Bourses du fonds santé et sécurité au travail en agriculture
10 h 45
Résolutions d’urgence
11 h 15
Pause
11 h 30
Pierre Paradis, ministre de l’Agriculture des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec



12 h 15
Dîner
13 h 30
Rapport des ateliers : notre vision d’avenir en 4 D
Adoption du rapport des activités
14 h 30
Discours de clôture Marcel Groleau
Questions des délégués
Levée de l’assemblée

ATELIERS DE RÉFLEXION : NOTRE VISION D’AVENIR EN 4D

ATELIER 1 : DÉVELOPPEMENT
A) Engagement de l’État et politique bioalimentaire
Vidéoconférence de Jean-Christophe Debar, Fondation pour l’agriculture et la ruralité dans le monde.

B) La réalité des fermes de plus petite taille
Conférence : Portrait statistique des fermes de petite taille et perception de nos représentants siégeant aux syndicats locaux, par Marie-Ève Bourdeau et Laure Vinsant Le Lous de L’UPA.
Salle 206 AB

ATELIER 2 : DEMANDE
A) Qu’est-ce qu’on mange demain?
Conférence : Judith Fitzer cofondatrice de Cookit présente sa vision de l’avenir et de l’alimentation.

B) Le développement des marchés
• Locaux : Conférence de Yourianne Plante de L’Association des producteurs de fraises et framboises du Québec
• Internationaux : Conférence de Jean Larose des Éleveurs de porcs du Québec.

Salle 205 ABC

ATELIER 3 : DURABILITÉ
A) La décentralisation vers les municipalités
Conférence : Quel est le point de vue des municipalités? par Richard Lehoux, président de la Fédération québécoise des municipalités.

B) Environnement et attentes sociétales
Conférence : Des stratégies d’action pour répondre aux attentes sociétales, par Karel Mayrand, directeur pour le Québec et
l’Atlantique de la Fondation David Suzuki.

Salle 301 AB

ATELIER 4 : DEVENIR
A) Leadership et travail d’équipe dans le monde du sport
Conférence de Sylvie Fréchette, médaillée olympique en nage synchronisée et ancienne membre du Cirque du Soleil

B) Relève syndicale au féminin
Conférence : La relève syndicale et l’engagement des femmes, par Véronique De Sève, 3e vice-présidente de la CSN.
Salle 303 AB


LOCAUX PERMANENTS
Inscription : Foyer – Niveau 2
Secrétariat du Congrès : Salle 201 B
Infographie : Salle 201 A
Conférence de presse : Salle 203
Médias : Salle 201 C

2016 October

UPA Développement international change d’échelle

Changer d’échelle, c’est choisir de déployer à une plus grande échelle des solutions porteuses. C’est augmenter le nombre de pays, d’organismes partenaires, de personnes et de familles à rejoindre. C’est accroître les échanges, les résultats économiques et organisationnels et le faire avec plus d’efficacité, d’efficience. Changer d’échelle, c’est le défi auquel UPA Développement international (UPA DI) s’est attaqué en 2016. Il ne s’agit pas seulement de changer de dimension, mais bien de s’assurer de la solidité de chaque point d’appui afin de soutenir plus efficacement l’agriculture familiale à travers le monde. Cette année, le travail de coopération qu’UPA DI a mené auprès des organisations agricoles dont elle est partenaire a permis d’obtenir des résultats bien concrets : 77 865 tonnes de céréales et de riz, 61 306 tonnes de produits maraîchers, 9 150 tonnes de viande, 1 088 938 litres de lait et 4 916 tonnes d’oléagineux. Même en changeant d’échelle, UPA DI met toujours à contribution sa spécificité, grâce à ses nombreux partenaires et réseaux, pour contribuer à l’émancipation de l’agriculture familiale à travers le monde.

2016 September

Y a-t-il un avenir pour la souveraineté alimentaire?

C’est la question que la Coalition pour la souveraineté alimentaire a posée à trois personnalités de renom lors d’une conférence qu’elle organisait le 21 septembre, en collaboration avec l’Union et UPA Développement international, et à laquelle 200 participants et internautes ont assisté. Répondant par l’affirmative, l’homme politique européen Alain Lipietz a rappelé que les droits de l’homme – dont celui de se nourrir – sont fondamentaux. L’avocate Geneviève Parent, de la Chaire de recherche en droit sur la diversité et la sécurité alimentaires de l’Université Laval, a fait état du vide juridique qui existe à l’échelle internationale en matière de sécurité alimentaire, ajoutant que les États ont un rôle important à jouer pour le combler. Quant à Jean Charest, l’un des maîtres d’oeuvre de l’Accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union européenne, il a reconnu que la crise qui secoue la production laitière en Europe jette un nouvel éclairage sur le choix qu’ont fait le Québec et le Canada de maintenir un outil de régulation des marchés comme la gestion de l’offre.

Conférence publique 

Nourrir l’économie du Québec : le premier Grand Rendez-vous des décideurs du bioalimentaire

Le 14 septembre 2016, l’Union, le Conseil de la transformation alimentaire du Québec et l’Association des détaillants en alimentation du Québec réunissaient les représentants de 15 grandes organisations de la filière pour le Grand Rendez-vous des décideurs du bioalimentaire, sous le thème « Nourrir l’économie du Québec ». L’événement a permis à tous ces partenaires de jeter les bases d’une nouvelle concertation, de proposer les mesures ainsi que les outils nécessaires à l’essor de l’industrie et de répondre aux attentes sociétales. Tous – producteurs, transformateurs, fournisseurs d’intrants, exportateurs, distributeurs, détaillants, restaurateurs et consommateurs – ont insisté sur l’importance stratégique du secteur. Particulièrement éclairante, la présentation de Raymond Bachand et de Mia Homsy, de l’Institut du Québec, a rappelé qu’en 2013, l’empreinte économique du bioalimentaire québécois représentait :

  • plus de 34 G$ du produit intérieur brut (9,4 % du PIB);
  • plus de 500 000 emplois (12,5 % de l’emploi total);
  • 13,2 G$ de recettes fiscales perçues aux paliers provincial et fédéral.

Ce premier Grand Rendez-vous a permis de dégager bon nombre de priorités communes. Formation de la main-d’oeuvre et mesures favorisant sa disponibilité, allègements réglementaires, appui au développement des marchés d’exportation, outils efficaces de gestion des risques en agriculture et partage du risque dans le domaine de l’innovation, augmentation de la part des produits québécois sur le marché domestique, adaptation des entreprises aux attentes multiples et évolutives des consommateurs ne sont que quelques-unes des pistes explorées.

Le succès de la journée Portes ouvertes sur les fermes du Québec ne se dément pas

Plus de 144 000 visiteurs sont allés à la rencontre des agriculteurs sur l’une ou l’autre des 100 fermes participantes à travers le Québec et à la grande fête agricole que l’Union a tenue à Montréal dans le cadre de sa journée Portes ouvertes sur les fermes du Québec. La grande nouveauté de cette 14e édition est le volet urbain tenu pour la première fois sur l’esplanade du Parc olympique. Une initiative qui a beaucoup plu aux 24 000 visiteurs. Ce rendez-vous annuel, qui offre une vitrine incomparable à l’agriculture du Québec, ne pourrait avoir lieu sans les nombreux producteurs participants, les membres de leur famille et les milliers de bénévoles qui les aident à accueillir la grande visite. Plusieurs partenaires contribuent également au succès de cette journée. Depuis 2003, près de deux millions de visiteurs ont participé à cet événement majeur qui présente aux Québécois les gens de la terre, leur mode de vie, leur expertise et leurs passions.

2016 July
2016 June

Le Programme de soutien au drainage et au chaulage des terres est élargi

Le 20 juin, le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec annonçait la mise en place du Programme de soutien au drainage et au chaulage des terres pour les régions de l’Abitibi-Témiscamingue et du Nord-du-Québec, du Bas-Saint-Laurent, du Saguenay-Lac-Saint-Jean ainsi que de la Côte-Nord. Ce programme, doté d’une enveloppe de 9 M$ sur trois ans, permet à ces régions, situées en périphérie des grands centres, de réaliser des projets visant à augmenter les rendements, à diversifier les cultures, à améliorer la rentabilité des entreprises agricoles, à maintenir des emplois dans le secteur et à dynamiser l’agriculture.

50e anniversaire des Éleveurs de porc

Les 9 et 10 juin, Les éleveurs de porcs soulignaient leur 50e anniversaire dans le cadre de leur assemblée générale annuelle. Plus de 500 personnes étaient présentes parmi lesquelles tous les anciens présidents de l’organisation. Une vidéo a été réalisée ainsi qu’un livre magnifique livre souvenir sur l’histoire des Éleveurs, qui s’est d’ailleurs mérité un prix auprès de Graphika.

5 millions de nouvelles entailles pour 2017

Le 7 juin 2016, la Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec permettait l’émission de nouveaux contingents acéricoles, et ce, dès la saison 2017. La Fédération pourra octroyer ces 5 millions de nouvelles entailles et répondre à la demande croissante. Cette décision était attendue depuis plusieurs mois. Le 22 mars dernier, plus de 250 producteurs s’étaient rendus aux audiences de la régie pour affirmer leur attachement à leur système de contingentement.

Mémoire – Pour des programmes de travailleurs étrangers temporaires adaptés aux employeurs agricoles

« L’Union des producteurs agricoles souhaite participer activement aux travaux du Comité permanent des ressources humaines, du développement des compétences, du développement social et de la condition des personnes handicapées, dans le cadre de la révision des Programmes des travailleurs étrangers temporaires.»« Dans le cadre des travaux de votre Comité, certains de nos partenaires en agriculture ont déposé des mémoires. L’Union soutient pleinement les documents présentés par la Fédération canadienne de l’agriculture et par la Fondation des entreprises en recrutement de main-d’oeuvre agricole étrangère (FERME). Les recommandations de ces organisations collent bien à la réalité agricole.
Néanmoins, l’Union souhaite formuler certaines recommandations bien ciblées pour les TET en agriculture.»

Mémoire présenté par l’Union des producteurs agricoles au Comité permanent des ressources humaines, du développement des compétences, du développement social et de la condition des personnes handicapées.

Documents Memoire-ptet-adaptes-aux-employeurs-agricoles

Credit for UPA dues

Program objectives

In an effort to support low-income “multiple-owner farms,” L’Union des producteurs agricoles (UPA) has instituted a Credit for UPA Dues Program. The credit, equivalent to an individual producer’s dues, is conditionally applied for 2017 provided all eligibility criteria are met. The administration of the program falls under the responsibility of the Director of Information Technology and Dues Services.

The term “multiple-owner farm” includes corporations, partnerships, associations, trusts, or any other farm group as defined in the Règlement sur les catégories de producteurs, leur représentation et leur cotisation annuelle à L’Union des producteurs agricoles (the Règlement). (L.R.Q., c. P-28, D 9958, G.O.Q., December 10, 2012, 5999).

Eligibility criteria

  • Must be an agricultural producer registered as a double-dues paying farm ($672) for the current year (2017) and expect to have a gross farm income of less than $20,000 for 2017;
  • Must be in compliance with the dues’ regulations (the Règlement) and have paid dues along with any applicable interest to the UPA, including payment of an individual dues, for the current year, i.e., $386.32 ($336 plus tax);
  • Must demonstrate, to the satisfaction of the UPA, that the gross farm income for the year 2017 was less than $20,000 (1) and send us the required documents by July 31, 2018;
  • Must complete the form below and return it to the UPA by October 31, 2017 at the latest.

(1) The following items are counted as gross farm income for this program: sale of wood, crop insurance, AgriStability, farm income stabilization insurance (ASRA), Agri-Québec Plus.

The UPA reserves the right to alter the program criteria and/or to terminate the program without notice.

Representation and voting rights

Dues credit application forms are subject to initial processing upon receipt. Following conditional approval, the “multiple-owner farm” shall be considered an individual farm for the year in which the credit is applicable, in which case the farm will be entitled to a single authorized representative as identified on the credit application form. If the “multiple-owner farm” is a member of a syndicate affiliated with the UPA, the granting of the credit will involve:

i)    Only one vote;

ii)    Only one individual insured in the event of accidental death;

iii)    Only one membership card.

Form

I understand that I will be obligated to repay the credit with any applicable interest if my gross farm income exceeds $20,000 in 2017 or if I do not provide all the required documents by July 31, 2018.

Télécharger le formulaire anglais 2017

Télécharger le formulaire français 2017

Required documents

1) For General Partnerships and Co-Ownerships:

  • Statement of Farming Activities from the 2017 federal tax return (Form T2042).

For audit and program compliance purposes, a certain number of applications will be selected at random and analyzed in detail. In these cases, producers will be required to provide us with the following additional documents:

  • 2017 Federal Income Tax and Benefit Return (T1) of one of the partners or co-owners;
  • Notice of Assessment for the 2017 federal tax return;
  • Statement of Farm-Support Payments (Form AGR-1), if applicable.

OR

2) For Companies, Co-Operatives, and Limited Partnerships:

  • 2017 financial statements, including the notes.

For audit and program compliance purposes, a certain number of applications will be selected at random and analyzed in detail. In these cases, producers will be required to provide us with the following additional documents:

  • 2017 Federal Corporation Income Tax Return (T2);
  • Notice of Assessment for the 2017 federal tax return;
  • Statement of Farm-Support Payments (Form AGR-1), if applicable.

Credit allocation

If the UPA considers that the “multiple-owner farm” meets all program criteria, a credit equivalent to a 2017 single dues fee ($336) may be granted. In all cases, the granting of the credit shall be conditional upon the “multiple-owner farm” accepting all conditions of the program.

The UPA reserves the right to refuse any application that is non-compliant, is incomplete, is unsigned, or has missing or incomplete documentation.

  • The credit is not redeemable for cash, is not transferrable, and is not retroactive.

Confidentiality

The UPA undertakes to treat the documents and information submitted as confidential.

Important dates

When do I need to submit the application form? When do I need to submit the required documents? When will the credit be applied?
By October 31, 2017 By July 31, 2018, in order to keep the credit received in 2017. During the 2017 year

Contact information

Christiane Mackie
Email: cotisations@upa.qc.ca
Telephone: 450-679-0540, ext. 8213

2016 May

Deux prix pour la campagne de communication de l’Union « Pouvoir nourrir, Pouvoir grandir »

Le 31 mai, l’Union remportait le prix bronze dans la catégorie «Meilleures publications externes» lors du Gala des prix d’excellence 2016 de la Société canadienne des relations publiques, pour sa campagne télévisuelle Pouvoir nourrir Pouvoir grandir.

Puis, le 17 juin, L’Union reporte un prix argent pour la catégorie « Excellence tactique – outil de communication » pour sa campagne télévisuelle Pouvoir nourrir Pouvoir grandir, réalisée avec l’agence TamTam TBWA, dans le cadre du Concours d’excellence de la Société québécoise des professionnels en relations publiques (SQPRP). Cette campagne publicitaire vise à valoriser l’agriculture en mettant à l’avant-scène les agriculteurs et a été lancée en février 2016. Le message clé de celle-ci: on peut compter sur ces passionnés qui ne comptent pas leurs heures.

Un levier pour le développement de l’industrie des boissons alcooliques artisanales

Les 25 et 26 mai, l’assemblée nationale adoptait la Loi sur le développement de l’industrie des boissons alcooliques artisanales (à base de petits fruits, de miel, etc.). Cette législation, entrée en vigueur à automne 2016, permet aux producteurs de vendre leurs produits en épicerie, leur donnant ainsi accès à un réseau potentiel de 8 000 nouveaux points de vente, un changement attendu par le secteur depuis de nombreuses années.

Mémoire – Partenariat transpacifique et le secteur agricole et agroalimentaire canadien

« Les produits agricoles canadiens se retrouvent à la fois sur les marchés intérieurs et étrangers. Certains secteurs ont choisi de s’orienter vers les exportations alors que d’autres préfèrent vendre leurs produits par l’intermédiaire de systèmes de gestion de l’offre et répondre principalement aux besoins des consommateurs d’ici. Le gouvernement canadien doit aborder la mise en œuvre du Partenariat transpacifique (PTP) en visant des résultats positifs pour tous les agriculteurs canadiens. »

Mémoire présenté par l’Union des producteurs agricoles au Comité permanent du commerce international de la Chambre des communes le 10 mai 2016.

Documents Memoire-UPA Partenariat-transpacifique-secteur-agricole-agroalimentaire-canadien 2016-04-29

Mémoire – Projet Oléoduc Énergie Est – Section québécoise

« Depuis 2005, les producteurs agricoles et forestiers québécois ont vu passer sur leurs propriétés plusieurs projets de pipeline. Pensons au projet Pipeline Saint-Laurent, lancé en 2005 et mis en fonction en 2012, et à celui de doublement d’un gazoduc par TransCanada Pipelines Limited dans la municipalité de Saint-Sébastien construit en 2008. Il faut aussi souligner le projet d’Enbrige Pipelines inc. qui consistait à inverser la canalisation 9B et à accroître la capacité de la ligne 9 et qui a été mis en service à la fin de l’année 2015. Ces projets ont tous un point en commun : ils nuisent toujours aux entreprises agricoles et forestières. En effet, lorsqu’on parle de réseau de transport par pipeline, l’objectif est de se rendre d’un point à un autre. Or, entre les deux se trouvent des terres agricoles et forestières. »

Mémoire de l’Union des producteurs agricoles transmis au Bureau d’audiences publiques sur l’environnement le 20 avril 2016.

Documents Memoire-UPA CMM-oleoduc-energie-est 2015-09-08
2016 April

Forum provincial sur la santé psychologique

Le 27 avril, l’Union organisait un forum multirégion en simultanée dans 6 villes reliées par visioconférence. Plus de 250 personnes ont pu suivre les différentes présentations sur la thématique de la santé psychologique chez les producteurs agricoles et les questions d’encadrement et de prévention de la détresse et du suicide. L’Union poursuit ce dossier avec un comité de travail et s’est également associé comme partenaire à l’organisation du tournoi de golf annuel au profit de l’organisme « Au cœur des familles agricoles» en août 2016.

Évaluation foncière et taxation municipale : guide du propriétaire agricole et forestier

Guide sur l’évaluation foncière et la taxation municipale - Le guide du propriétaire agricole et forestier
Téléchargez le guide du propriétaire agricole et forestier

Ce guide vise à fournir aux propriétaires agricoles et forestiers les éléments de base pour comprendre l’évaluation foncière municipale et les règles de taxation de leurs propriétés ainsi que les procédures mises à leur disposition par les lois pour enclencher la révision ou la contestation de celles-ci.

Vous trouverez également dans ce guide des informations sur le Programme de crédit de taxes foncières agricoles et sur le Programme de remboursement des taxes foncières des producteurs forestiers.

Documents Évaluation foncière et taxation municipale : le guide du propriétaire agricole et forestier

100 000 arbres pour le milieu agricole

En 2016, l’Union a poursuivi sa collaboration avec le Jour de la Terre pour assurer, l’an prochain, la plantation de 100 000 arbres sur des terres agricoles de la ceinture verte du grand Montréal. En avril, un premier appel de propositions a permis à une vingtaine de projets de plantation de voir le jour sur le territoire de cinq fédérations régionales : Outaouais–Laurentides, Lanaudière, Mauricie, Centre-du-Québec et Montérégie. Grâce à une aide financière octroyant 5 $ l’arbre, un premier lot de 20 000 arbres a pu être planté. D’autres appels de proposition seront lancés en 2017 pour que les 80 000 arbres restants soient également mis en terre. Cette initiative, qui fait partie du programme « 375 000 arbres pour célébrer le 375e anniversaire de Montréal », est rendue possible grâce à la Fondation Cowboys fringants, la Fondation David Suzuki, La Compagnie Larivée Cabot Champagne et le gouvernement du Québec, par l’intermédiaire du Secrétariat à la région métropolitaine.

2016 March

Une année record pour la production de sirop d’érable

Les acériculteurs du Québec ont reçu 288 M$ en paiement pour l’année de commercialisation 2015-2016, un record absolu. Cet exploit est le fruit de la vente inégalée de 104,3 millions de livres de sirop d’érable pour la période se terminant le 27 février 2016. Il s’agit d’une hausse de 80 % en comparaison avec l’année 2010.

Pour le communiqué de la FPAQ

Jour de la Terre

Vous planifiez des projets de plantation d’arbres sur vos terres (haies brise-vent, bandes riveraines, terres en friche, etc.)? Vous souhaitez bénéficier d’une aide financière pour réaliser vos aménagements? Votre ferme est située sur le territoire de la Ceinture Verte du Grand Montréal?

Encadre5$_500x100_2

LE PROGRAMME

Le programme 375 000 arbres souhaite planter 100 000 nouveaux arbres en milieu agricole en octroyant une aide financière de 5 $ pour chaque arbre mis en terre d’ici juin 2017. Ce coup de pouce financier peut vous permettre de réaliser divers types d’aménagements sur votre ferme, tels l’implantation de haies brise-vent, de bandes riveraines, de corridors forestiers, ainsi que le reboisement de secteurs agricoles sous-exploités ou moins propices à l’agriculture. Le programme peut même venir en aide à des projets de modernisation de vergers ou d’érablières, pourvu que les arbres plantés viennent s’ajouter à ceux déjà existants.

LES MODALITÉS

  • Les projets de plantation doivent être situés sur le territoire de la Ceinture Verte du Grand Montréal.

Carte de la Ceinture verte du Grand Montréal

  • Chaque projet doit inclure entre 500 et 5000 arbres. Ces arbres peuvent être répartis sur un maximum de trois sites distincts.
  • La plupart des essences d’arbres sont admissibles, pourvu qu’elles soient adaptées aux conditions du site de plantation (type de sol, usage, etc.)*.
  • Les projets peuvent inclure des arbustes. Un maximum de 33 % d’arbustes par projet est accepté, l’aide financière sera alors de 5 $ par 3 arbustes plantés.**
  • Les arbres doivent être achetés en pépinière privée, pour une mise en terre d’ici juin 2017.
  • Les propriétaires doivent s’engager à tout mettre en œuvre pour assurer la survie des arbres (technique de plantation, mesure de protection, entretien et suivi) et remplacer tout arbre mort excédant le seuil acceptable de 20 % durant les trois premières années.

*Certaines espèces ne sont pas admissibles en raison des risques pour leur pérennité (frêne, orme d’Amérique, hêtre à grandes feuilles, noyer cendré). D’autres restrictions s’appliquent lorsque le site de plantation se trouve à 100 mètres de vergers commerciaux.
** Les arbustes admissibles doivent avoir une hauteur d’au moins 4 mètres à maturité.

 

La priorité sera donnée aux projets qui :

  • utilisent des essences adaptées aux conditions du site d’accueil;
  • génèrent une plus grande biodiversité;
  • prévoient des mesures d’entretien pour assurer un plus grand taux de survie à la suite de la plantation;
  • visent la connectivité des habitats (corridors forestiers, ceinture verte).

QUI PEUT PARTICIPER?

Tous les producteurs et productrices agricoles dont les terres sont situées sur le territoire de la Ceinture Verte du Grand Montréal. Le territoire visé touche, en totalité ou en partie, les cinq fédérations régionales de l’UPA soient, le Centre-du-Québec, Lanaudière, la Montérégie, l’Outaouais-Laurentides et la Mauricie. Pour vérifier si votre entreprise est localisée dans la zone ciblée, on contacte sa fédération régionale ou on consulte le document de répartition des fermes.

COMMENT Y PARTICIPER?

On peut participer au programme en remplissant le formulaire d’inscription sur le site Internet du programme ou par l’entremise des fédérations régionales de l’Union visées par le projet. Les projets seront analysés par un comité scientifique, et ceux retenus se verront octroyer 5 $ par arbre planté. Le producteur participant devra signer une entente dans laquelle il s’engage à respecter les paramètres du programme. Au terme des activités de plantation, un court rapport devra aussi être transmis au Jour de la Terre.

QUAND DOIT-ON DÉPOSER SON PROJET?

Du 22 mars au 22 avril 2016, les arbres devant être plantés d’ici juin 2017.

www.375000arbres.org/projet

100 000 ARBRES À PLANTER D’ICI 2017!

Avec ce programme, le Jour de la Terre Québec et l’Union des producteurs agricoles font équipe pour encourager la plantation de quelque 100 000 arbres en milieu agricole dans la Ceinture Verte du Grand Montréal, et ce, d’ici les deux prochaines années. Cette initiative s’insère dans le programme 375 000 arbres qui vise notamment la plantation de 375 000 arbres à temps pour célébrer le 375e anniversaire de Montréal en 2017. L’objectif est d’augmenter de 3 % le couvert végétal et forestier sur le territoire de la Communauté métropolitaine de Montréal et de sa ceinture verte.

CONTACTEZ VOTRE FÉDÉRATION RÉGIONALE :

Fédération de l’UPA du Centre-du-Québec
Yann Bourassa
Conseiller en aménagement et environnement
819 293-5838, poste 157
ybourassa@upa.qc.ca

Fédération de l’UPA de Lanaudière
Charles Bergeron
450 753-7486, poste 239
cbergeron@upa.qc.ca

Fédération de l’UPA de la Montérégie
Caroline Charron, B. Sc.
Conseillère à l’aménagement
450 774-9154, poste 5215
ccharron@upa.qc.ca

Fédération de l’UPA de la Mauricie
Michel Tessier
Responsable du service d’aménagement du territoire et de l’agroenvironnement
819 378-4033, poste 244
www.mauricie.upa.qc.ca

Fédération de l’UPA de l’Outaouais-Laurentides
Guillaume Charest-Hallée
Conseiller en aménagement et environnement
450 472-0440, poste 244
gcharesthallee@upa.qc.ca

LES PARTENAIRES

Jour-de-la-Terre-logo3cowboys-fringuants-logo3Fondation-David-Suzuki-logo3la-compagnie-chabot-champagne-logo3Quebec-logo3

arbres-logos3

 

 

2016 February

Mémoire Projet de loi 88

Mémoire de l’UPA présenté à la Commission des finances publiques sur la consultation relative au projet de loi no 88  : Loi sur le développement de l’industrie des boissons alcooliques artisanales, présenté aujourd’hui le 11 février 2016.

Documents Memoire-UPA Projet-loi-no-88 2015-02-11

50e anniversaire des producteurs de pommes de terre

Le 3 février, les producteurs de pommes de terre du Québec soufflaient les 50 bougies de leur regroupement. Durant ces 50 années, ces producteurs, réunis au sein d’une même organisation, se sont taillé une place enviable sur le marché nord-américain, en négociant, par exemple, des ententes avec de grands transformateurs comme Frito Lay. Un livre intitulée Épatante Patate et relatant l’histoire de la pomme de terre a été réalisé à cette occasion.

2016 January

L’association des producteurs de fraises et framboises reçoit le prix « produit agricole »

Le 27 janvier, l’association des producteurs de fraises et de framboises du Québec (APFFQ) remportaient le premier prix dans la catégorie « produit agricole » du Programme DUX, la reconnaissance ultime en alimentation. Grâce à leur vision et à leur travail concerté, l’APFFQ la pu développer des variétés de fraises – dites d’automne – ce qui permet de prolonger la saison des petits fruits rouges jusqu’à cinq mois. Le Gala DUX est un programme qui valorise les initiatives et vise à améliorer la santé par l’alimentation. C’était la première année qu’un prix était décerné pour un « produit agricole », suite à une recommandation de l’Union qui est partenaire de l’événement.

Revue L’U

Revue L’U
Publiée 10 fois l’an, L’U établit un lien avec tous les agriculteurs et agricultrices du Québec pour leur présenter les dossiers et actions menés par nos syndicats locaux et nos fédérations régionales et spécialisées.

L’U, pose un regard nouveau et plus engagé sur l’actualité syndicale agricole et sur les grands enjeux qui interpellent notre communauté.

> Découvrez la revue L’U

Revue L’U

 
Revue L’U

Publiée 10 fois l’an, L’U établit un lien avec tous les agriculteurs et agricultrices du Québec pour leur présenter les dossiers et actions menés par nos syndicats locaux et nos fédérations régionales et spécialisées.

L’U, pose un regard nouveau et plus engagé sur l’actualité syndicale agricole et sur les grands enjeux qui interpellent notre communauté.

2015 December

Le nouveau programme Avantages UPA

Le 1er décembre, l’Union présentait son nouveau programme Avantages UPA, un programme sans frais, exclusif aux producteurs agricoles et forestiers. Grâce à des ententes négociées avec des partenaires et commerçants de prestige, le programme permet de bénéficier de rabais, de remises en argent, de forfaits et d’avantages sur différents services et produits. Déjà, cinq partenaires majeurs se sont joints au programme : Desjardins AgriCarte, Hewitt/Les équipements CAT, le Groupe Chrysler, le Groupe Hospitalité Westmont et Point S pour les véhicules lourds. Les informations sur le programme sont disponibles sur le site Web www.programmeavantages.upa.qc.ca.

La nouvelle revue de l’Union

Le 1er décembre, L’Union procédait au lancement du premier numéro de L’U, une nouvelle revue syndicale qui s’adresse à tous les producteurs et productrices agricoles du Québec. Complément à La Terre de chez nous, ce mensuel gratuit permet de rejoindre directement les agriculteurs de partout au Québec en présentant un tour d’horizon des actions et dossiers menés sur la scène provinciale, mais aussi aux niveaux local et régional. Depuis décembre 2015, neuf numéros ont paru et favorise un regard nouveau et engagé sur l’actualité agricole et les grands enjeux qui touchent directement les agriculteurs. Encartée dans la TCN pour les abonnés, livrés par la poste pour les autres producteurs, la revue est également disponible en version électronique au www.lu.upa.qc.ca.

Sirop : 25 ans de mise en marché collective!

Le 19 novembre 2015, la Fédération des producteurs acéricoles soulignait les 25 ans du plan conjoint du sirop d’érable lors d’un banquet réunissant plus de 330 personnes.  Une vidéo a été réalisée pour souligner cet événement marquant et rendre hommage aux bâtisseurs.

91e Congrès général
#congresupa

91e Congrès général de l’UPA : 1er, 2 et 3 décembre 2015, Centre des congrès de Québec, 900, boul. René-Lévesque Est, Québec.

Médias sociaux : vous pouvez consulter  un extrait des tweets, vidéos et commentaires sur notre page du 91e Congrès général UPA. Leur intégralité est disponible sur notre compte Storify @upaqc.

programme

congres-upa-mardi-titre-

8 h 30
Inscription des délégués et des participants

10 h
Ouverture du Congrès général
a) Lecture de l’avis de convocation
b) Procès-verbal du Congrès général 2014
c) Programme et déroulement du Congrès
d) Règles de procédure
e) Rapport du président de la commission électorale

10 h 45
Rapport des activités et vidéo rétrospective
Lancement de la revue L’U
et du programme Avantages UPA

12 h
Dîner

13 h 30
Allocution du président général

14 h 30
Ateliers
Étude et adoption des résolutions

17 h
Ajournement

 

congres-upa-mercredi-titre-

8 h 30
Huis clos des délégués
a) Fonds de défense professionnelle – Rapports d’activité et financier
b) Questions diverses

10 h
Rapports aux congressistes
a) Mémoire sur les aspirations de la Relève agricole
b) L’intervention de l’État en agriculture : toujours pertinente au 21e siècle
Consultez la présentation de Catherine Brodeur, V.-p. du Groupe AGÉCO

11 h 15
Présentation de « La famille agricole de l’année »
La famille Lefebvre, de Saint-Félix de Kingsey, proclamée « Famille agricole de l’année 2015 ».

12 h
Ajournement pour le repas

13 h 30
Réunion plénière
a) Présentation du rapport financier
b) Nomination des vérificateurs
c) Règlement sur les contributions
d) Vidéo : 25 ans du plan conjoint Sirop d’érable

e) Rapport d’ateliers

15 h
Allocution du ministre de l’Agriculture du Québec

16 h
Rapport des ateliers

17 h 30
Ajournement

 

congres-upa-jeudi-titre-

digniterre-1507 h
Le petit déjeuner
DigniTerre des Grands
honneurs
a) Remise du Prix Jean-Paul-Raymond
b) Remise du Prix Gérard-Filion
c) Hommage aux gagnantes du Gala Saturne
Lire le communiqué

9 h 30
Modifications au Règlement général de l’Union des producteurs agricoles

10 h
Bourses du Fonds santé et sécurité au travail en agriculture

10 h 30
Exposés des dirigeants élus

10 h 45
Nouvelles de la FCA

11 h 30
Ajournement pour le repas

13 h 30
Réunion plénière
a) Rapport des ateliers (suite)
b) Résolutions extraordinaires,
s’il y a lieu
c) Adoption du rapport des activités
d) Divers

15 h
Clôture du Congrès

2015 October

Mémoire – Relève agricole: nourrir le Québec demain

« Il est tout à fait légitime, dans une perspective de développement durable, de souhaiter que la société québécoise assure sa capacité de nourrir, maintienne ses campagnes vivantes et appuie ce secteur créateur de richesses qu’est l’agriculture. Et, encore plus, de vouloir maintenir une agriculture de métier diversifiée, basée sur des entreprises familiales et réparties sur tout le territoire du Québec.
La jeune génération est-elle présente et capable de répondre à cette vision de l’agriculture? »

Mémoire déposé au ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec le 8 octobre 2015.

Documents Memoire-UPA Releve-nourrir-le-Quebec-demain 2015-10-08

Mémoire – Cible de réduction d’émissions de GES du Québec pour 2030

Les changements climatiques représentent une menace majeure pour l’équilibre des écosystèmes en plus de constituer l’un des enjeux les plus préoccupants à l’échelle planétaire. Le comité-conseil et le gouvernement du Québec ont proposé ultimement une réduction de 37,5 % des émissions en 2030 par rapport au niveau de 1990. La cible proposée est-elle appropriée?

Le mémoire concernant la cible de réduction d’émissions de gaz à effet de serre du Québec pour 2030 a été présenté par l’UPA à la Commission des transports et de l’environnement, hier le 1er octobre 2015.

Documents Memoire-UPA Cible-reduction-GES-quebec-2030 2015-10-01

Federal election 2015

LES ATTENTES DES AGRICULTEURS ET AGRICULTRICES ENVERS LE FUTUR GOUVERNEMENT CANADIEN
L’Union des producteurs agricoles, au nom des agriculteurs et agricultrices ainsi que des forestiers privés québécois, demande aux partis politiques de prendre des engagements clairs, concrets et formels en faveur du développement de ces deux importants secteurs de l’activité économique.

  • Lisez le document des attentes de l’UPA
  • Les 22 et 23 septembre, les cinq principales formations politiques fédérales ont rencontré l’UPA. Lisez le communiqué pour connaître les sujets abordés.

Pour en savoir plus, visionnez les capsules de Marcel Groleau, Président général de l’UPA, sur les attentes de l’Union des producteurs agricoles:

LES ENGAGEMENTS COMPARATIFS DES PARTIS

Comparez les plateformes principales des partis politiques en matière d’agriculture:

Parti Engagements pour l’agriculture
bloc-quebecois
parti-conservateur [ Aucune information disponible en ligne ]
parti-liberal [ Aucune information disponible en ligne ]
Nouveau-Parti-Democratique-NPD
Parti-Vert-du-Canada

À lire aussi: engagements des partis recueillis par la Fédération canadienne des propriétaires de boisés (FCPB).

EN VIDÉOS: ENGAGEMENTS DES PRINCIPAUX PARTIS

Gilles Duceppe en visite à l’UPA: parcourez le fil Twitter en direct (citations, photos, vidéos).

Stéphane Dion en visite à l’UPA: parcourez le fil Twitter en direct (citations, photos, vidéos).

Ruth Ellen Brosseau en visite à l’UPA: parcourez le fil Twitter en direct (citations, photos, vidéos).

Maxime Bernier en visite à l’UPA: parcourez le fil Twitter en direct (citations, photos, vidéos).

JiCi Lauzon en visite à l’UPA: parcourez le fil Twitter en direct (citations, photos, vidéos).

LA CAMPAGNE DANS LES MÉDIAS
> Élections fédérales, ça bouge en région
6 oct.Chaudière-Appalaches: dans le cadre de la présente campagne électorale fédérale, un panel ayant comme thème central l’agriculture se tiendra en compagnie de quatre candidats du comté de Beauce: Stéphane Trudel, Bloc québécois, Maxime Bernier, Parti conservateur, Adam Veilleux Parti libéral, Daniel Royer, NPD. Détails ici.

15 sept. – En Montérégie, les membres du conseil d’administration ont rencontré les candidats, le 15 septembre au bureau de Saint-Hyacinthe. Étaient présents, Alexandra Mendez, Jean-Claude Poissant et Pierre Breton du Parti libéral ainsi que Brigitte Sansoucy, Hans Marotte et Anne-Minh Thu Quach du NPD.

11 sept. – En Abitibi-Témiscamingue, on mise sur l’information directe aux producteurs et productrices pour faire connaître les positions des partis au regard de l’agriculture. Chaque parti a été invité à transmettre d’ici le 1er octobre prochain une courte vidéo de 5 à 7 minutes présentant leurs engagements pour le secteur agricole. Ces enregistrements seront diffusés sur la page Facebook du Syndicat régional de la relève agricole.

11 sept. – Le comité exécutif de la Fédération de l’UPA de l’Estrie a rencontré les candidats de sa région le 11 septembre. De plus, le syndicat de la relève a organisé un débat le matin du 24 septembre à l’Érablière Magolait de Magog. Un candidat de chaque parti était présent à l’exception du Parti Conservateur qui n’a pas envoyé de délégué. Lisez le compte-rendu de la rencontre.

> La campagne dans vos journaux

> Accédez à la section Communiqués

Bouton-RS-site-UPA-TW Suivez l’UPA sur Twitter:
https://twitter.com/upaqc

Bouton-RS-site-UPA-FB Accédez au compte Facebook de l’UPA:
Facebook.com/pageUPA

2015 August

UPA Développement international – Rapport Annuel 2014-2015

Rapport-annuel-UPA DI-2014-2015Biodiversité économique – Code d’accès
La biodiversité économique est un concept soutenu par les réseaux de l’économie sociale et solidaire. Elle prend en considération une diversité d’acteurs et de logiques économiques. Ce concept cherche l’équilibre entre les diverses tendances de l’économie de marché jusqu’à l’économie sociale et solidaire.

Biodiversité signifie, selon Larousse, « La diversité des espèces vivantes et de leurs caractères génétiques ». C’est exactement ce que nous affirmons à notre tour, mais, ici, en l’appliquant à nos économies. L’agriculture familiale est une des espèces vivantes dans les différents types d’agriculture pratiqués sur la planète et elle a, évidemment, son propre caractère génétique.

Mot de passe… Nom d’utilisateur… NIP… Code d’accès… à l’agriculture familiale. Code défini, identifié, conceptualisé à partir de l’expérience des familles agricoles d’ici et d’ailleurs. Attention, il ne faut pas croire que le code donne toutes les réponses. Il nous conduit plutôt aux bonnes questions…
UPA DI, dans le cadre de son plan de développement 2014-2019, a réaffirmé sa mission.

« Soutenir la ferme familiale comme modèle d’agriculture durable en appuyant les organisations paysannes démocratiques, les systèmes collectifs de commercialisation des produits agricoles et toutes autres initiatives structurant l’avenir de l’agriculture dans les pays en voie de développement »

Mu par cette mission, le présent rapport annuel met l’accent sur les résultats qui durent, qui traversent le temps tout en continuant à se multiplier et à s’inscrire dans la biodiversité économique de l’agriculture. Nous vous les présenterons à la fois de façon globale pour mesurer l’ampleur de notre contribution développementale et de façon spécifique pour illustrer la profondeur des changements apportés.

Documents UPA-developpement-international-UPA-DI Rapport-annuel-2014-2015
2015 July

UPA DI a le vent dans les voiles

UPA Développement international (UPA DI)À l’été 2015, UPA Développement international (UPA DI) recevait un avis favorable pour deux projets de coopération internationale présentés au ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement (MAECD). Plus de 26 M$, incluant une contribution d’UPA DI, y seront alloués pour les cinq prochaines années. Cela s’ajoute à la programmation actuelle qui totalisera plus de 40 M$ au cours de cette période. UPA DI pourra poursuivre et même étendre sa mission auprès des agriculteurs et organisations agricoles du Burkina Faso, du Mali, du Sénégal, de la République démocratique du Congo, d’Haïti, du Salvador et de la Bolivie. Rappelons qu’UPA DI appuie les organisations agricoles des pays en développement, notamment par l’envoi de producteurs experts et de conseillers. Depuis 22 ans, elle a réalisé plus de 200 missions dans une douzaine de pays et créé autant de partenariats et d’alliances avec les représentants des producteurs et paysans du monde.

2015 June

Bonification de la Loi sur l’Office national de l’énergie

Le 18 juin, des bonifications étaient apportées à la Loi sur l’Office national de l’énergie. Désormais, advenant un déversement non intentionnel ou non contrôlé, les compagnies qui transportent au moins 250 000 barils de pétrole par jour auront la responsabilité de payer le premier milliard de dollars de dommages et elles devront détenir les ressources financières en conséquence. Également, l’Office pourra réguler les pipelines sous sa juridiction durant tout leur cycle de vie, de la planification à l’abandon, en passant par la construction, l’exploitation, l’entretien et la cessation. Ces mesures, figurant dans les demandes de l’Union depuis plusieurs années permettront de protéger davantage les propriétaires fonciers dont les terres sont traversées par un pipeline.

Mémoire: Projet de loi C-46 modifiant la Loi sur l’Office national de l’énergie et la Loi sur les opérations pétrolières au Canada, 31/03/2015.

2015 May

Forts et Unis pour la gestion de l’offre

20151002-vacheLe 25 mai, l’Union, la Coalition GO5 et les principaux acteurs de la filière agroalimentaire québécoise lançaient la campagne de mobilisation « Forts et unis pour la gestion de l’offre ». Plusieurs outils de communication ont été conçus (publicité imprimée, bannières, affiches, site Web, etc.) afin de multiplier les appuis à ce modèle agricole équitable actuellement menacé dans les négociations du Partenariat transpacifique (PTP).

Les 24 et 27 juillet, à la veille d’une importante séance de négociation du PTP où le Canada était appelé à se positionner, l’Union et la Coalition GO5 ont organisé deux importants rassemblements auxquels près de 2000 personnes ont participé.

Communiqué: Négociations du Partenariat Transpacifique (PTP), 25/05/2015.

Opinion: Forts et unis pour la gestion de l’offre, Marcel Groleau, 3/06/2015.

Communiqué: Rassemblement de Sainte-Marie, 24/07/2015.

Bouton-RS-site-UPA-TW Revivez l’événement de Sainte-Marie sur Twitter

Communiqué: Rassemblement de Roberval, 27/07/2015.

Bouton-RS-site-UPA-TW Revivez l’événement de Roberval sur Twitter

Protégeons nos terres : Mémoire de l’UPA présenté à la CAPERN

19 mai 2015

Mémoire sur la protection du territoire et des activités agricoles présenté par l’UPA à la Commission de l’agriculture, des pêcheries, de l’énergie et des ressources naturelles.

Pour nourrir le Québec :

Protégeons nos terres

Priorisons notre agriculture

Protection du territoire et des activités agricoles

Le 20 mai, l’Union et plusieurs partenaires (Conseil régional en environnement de Montréal, CSN, Équiterre, Fondation David Suzuki Québec, Mouvement Ceinture verte, Vivre en Ville) unissaient leur voix pour défendre l’avenir du régime québécois de protection du territoire et des activités agricoles. Cette sortie publique faisait suite à l’examen du fonctionnement de la Commission de protection du territoire agricole (CPTAQ) en commission parlementaire. Lors de ces audiences, nos organisations ont plaidé pour que la CPTAQ dispose des moyens lui permettant d’accomplir sa mission qui est de garantir la protection du territoire et des activités agricoles.

Communiqué: Pour nourrir le Québec : protégeons nos terres, priorisons notre agriculture, 20/05/2015.

Opinion: Protégeons nos terres, priorisons notre agriculture, Marcel Groleau, 20/05/2015.

2015 April

100 000 arbres à planter

photo_officielle_plantation_protocolaire_jour_de_la_terreL’Union et le Jour de la Terre Québec feront équipe pour planter 100 000 arbres au cours des deux prochaines années dans la grande région métropolitaine. Cette annonce, faite le 21 avril, s’inscrit dans le cadre du programme 375 000 arbres lancé en octobre 2013 par le Jour de la Terre Québec, la Fondation David Suzuki, la Fondation Cowboys Fringants et la Compagnie Larivée Cabot Champagne. Les arbres revêtent une grande importance pour les producteurs agricoles et la plantation fait partie de leur quotidien. À preuve, depuis 15 ans, plus de 7000 kilomètres d’arbres ont été plantés sur les terres agricoles du Québec. Les 100 000 arbres et arbustes mis en terre permettront de réaliser divers types d’aménagement (bandes riveraines, haies brise-vent, boisés de ferme, etc.).

Communiqué: Les agriculteurs planteront 100 000 arbres dans la Ceinture verte du Grand Montréal pour le Jour de la Terre, 25/04/2015.

2015 March

Mémoires – Projet de loi C-46

Mémoires transmis par l’Union des producteurs agricoles (UPA) au Comité permanent des ressources naturelles de la Chambre des communes et au Comité sénatorial permanent de l’énergie, de l’environnement et des ressources naturelles.Projet de loi C-46 modifiant la Loi sur l’Office national de l’énergie et la Loi sur les opérations pétrolières au Canada.

Mémoire – Accaparement des terres agricoles

Mémoire présenté par l’Union des producteurs agricoles (UPA) à la Commission de l’agriculture , des pêcheries, de l’énergie et des ressources naturelles.
L’accaparement des terres agricoles: quatre raisons d’agir!

Visual Identity

Logo symbolism

The UPA logo symbolizes three hands joined together to representing the fact that our organization developed thanks to the power of solidarity and cooperation among men, women, and the organizations that support us.

The three hands also represent the three components of the UPA: the unions, the federations and the Executive. Finally, they also symbolize the hands of those who work to feed the land and feed the people.

UPA is written in a bold letters in a sans-serif font for clarity and legibility wherever the logo is used.

Together, the shapes and letters create a coherent whole that projects wealth, the power of collective action, and the UPA’s unique spirit of camaraderie.

The farming world is one of constant change. That’s why we decided in 2014 to define a fresh and unifying image that would be faithful to the UPA’s values and mission. The new visual identity contains a signature tagline along with the existing UPA symbol: POUVOIR NOURRIR, POUVOIR GRANDIR—the power to feed, the power to grow.

Frequently Asked Questions

Comment s’explique l’écart de prix du lait au détail entre Plattsburgh et Montréal?

Dans son reportage du 28 septembre sur la mobilisation du secteur bioalimentaire québécois en vue de la conférence ministérielle du PTP à Atlanta, le journaliste Michel Jean a rapporté qu’un gallon de lait se vendait à Plattsburgh 2,99 $ par rapport à 6,45 $ le 4 l à Montréal.

20151002-vacheVoici des éléments d’explication de cet écart :
D’abord, le journaliste compare un prix au gallon US (3,78 L), en dollars US (0,75 $ CA) avec le prix du 4 L en dollars canadiens. Si l’on fait la conversion du gallon en dollars américains en 4 L en dollars canadiens, le 2,99 $ US/gallon devient 4,22 $ CA/4 l.

En Ontario actuellement, on trouve du lait à 3,99 $/4 L, moins cher qu’à Plattsburgh.

Au Canada, avec la gestion de l’offre, tous les producteurs reçoivent le même prix pour leur lait, dans toutes les provinces. Le prix à la ferme est donc le même pour un producteur ontarien et un producteur québécois. La différence de prix entre le Québec et l’Ontario pour les consommateurs est due à des politiques de prix de détail différentes, notamment à l’utilisation du lait comme produit d’appel (loss leader) pour attirer les consommateurs, et à la réglementation du prix de détail au Québec. Cela n’a rien à voir avec le prix aux producteurs et avec la gestion de l’offre.

Ici, le prix de détail est réglementé par la Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec. Il y a un prix minimum et un prix maximum de vente. Par exemple, un 4 L de lait 2 % doit se vendre au minimum 6,18 $, et au maximum 6,78 $.

Cette politique vise à favoriser un prix uniforme partout et dans tous les points de vente (grandes surfaces, marchands indépendants et dépanneurs) et à éviter les guerres de prix qui pourraient faire disparaître les plus petites laiteries et les plus petits détaillants.

Comparaison du prix moyen de tout le lait vendu aux États-Unis et au Canada en 2014
Si l’on compare le prix moyen du lait, tous formats et tous types de lait confondus, pour l’année 2014, au Canada, aux États-Unis et en Nouvelle-Zélande, selon les données recueillies par la firme AC Nielsen, on obtient :

États-Unis : 1,15 $/L
Canada :   1,30 $/L
Nouvelle-Zélande :  1,83 $/L

 

  • Les producteurs de lait néo-zélandais, considérés comme les plus concurrentiels au monde, n’ont pas de gestion de l’offre et, pourtant, leurs consommateurs paient plus cher que les consommateurs canadiens.
  • Les prix d’une foule de produits canadiens (autos, pneus, vêtements, appareils électroniques, médicaments, etc.) sont plus chers qu’aux États-Unis. Ça n’a rien à voir avec la gestion de l’offre. De plus, les producteurs de lait américains ont des subventions, pas les producteurs canadiens.

Les Producteurs de lait du Québec, 29 septembre 2015

Obtenez toute l’information sur la gestion de l’offre sur le site www.fortsetunis.ca

Maple syrup producers aren’t allowed to sell their products directly to consumers: true or false?

False.

Direct sales are permitted as long as products are purchased for personal or family consumption and are not intended for resale. Producers may sell their products through sugar shacks, public markets, and roadside stands, as well as at special events and agricultural fairs. Over 6 million cans of maple syrup are sold each year through short marketing circuits, for total sales of $37.5 million. Direct maple syrup sales are far from marginal, and allow thousands of Quebecers to buy maple products directly from their family farmer.

For resale transactions (grocery chains, processing, exports, etc.), maple producers must hold a quota. These sales are subject to collective marketing regulations as implemented by Quebec maple producers through their joint agreement.

Federation of Quebec Maple Syrup Producers

For further information regarding the production of maple syrup, see the files below.

DOCUMENTS Maple Syrup Collective Marketing
Collective Agricultural Product Marketing

 

What’s the difference between organic and conventional?

Organic foods are the products of organic agriculture, the main principles of which are to employ more natural methods of growing crops and raising animals and to prohibit the use of synthetic chemicals (GMOs, fertilizers, pesticides, etc.). Organic agriculture is governed by a set of clearly defined standards. All organic farms in Quebec must be inspected each year by an accredited certifying body. Organic foods may appear more expensive, but their production requires particular methods, specifically surrounding the care and feeding of livestock, crops, and soil as well as the management of weeds, insect pests, and diseases.

While it is not bound by as restrictive a set of rules, conventional agriculture also includes a number of practices that address environmental concerns related to animal health. Conventional production also offers products at more competitive prices. With both types of agriculture, the public can rest assured that they have access to healthy, quality foods that have been produced with sustainability in mind. The two approaches, with their distinctive characteristics, address the diverse needs of consumers.

For further information on organic agriculture and products, see the file below.

Also:

Directory of Québec Certified Organic Products

Equiterre

Extenso

DOCUMENT Organic agriculture
Document Agriculture biologique – Fiche internet

Are the rules in place to ensure that farm animals are treated properly?

In Quebec, the Animal Health Protection Act specifies the conditions and basic care that animals must receive to ensure their well-being and safety. Farmers must also abide by federal legislation pertaining to the transportation of animals.

Livestock farmers care about their animals’ health and well-being. Their animals are their most valued asset, and they have every reason to care for them properly. Moreover, most national livestock farmers’ associations (pork, poultry, dairy and beef cattle, egg producers) have developed codes of best practices in collaboration with the National Farm Animal Care Council (NFACC). These codes govern the conditions in which the animals are raised and are based on the latest scientific information regarding the best care for animals. It is important to note that the NFACC brings many concerned stakeholders to the same table, including livestock farmers’ associations, veterinarians, humane societies, and consumers. Canadian codes of good practice on animal welfare stack up favourably against those of other countries.

For further information on animal welfare, see the file below.

Also, here’s a list of codes of practice:

National Farm Animal Care Council

Fédération des producteurs de bovins du Québec

Egg Farmers of Canada

Code of Practice for the Care and Handling of Dairy Cattle

Les Éleveurs de porcs du Québec

Les Éleveurs de volailles du Québec

 

DOCUMENT Animal welfare (web document)
Document Bien-être des animaux – L’Union des producteurs agricoles – 17-09-2015

Do farmers have to belong to the UPA?

Farmers are under no legal obligation join the UPA. Membership has always been voluntary. Also, the claim that there is a “farm union monopoly” in Quebec is false. Rather, the Farm Producers Act stipulates that only one union organization is accredited to represent Quebec farmers and collect mandatory dues.

To obtain this status, an association must demonstrate to the Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec (RMAAQ) that it is representative of all producers and that it fulfils the duties incumbent upon it. Beginning in 1972, and every year thereafter, only the UPA has been able to demonstrate this. Another organization could become the certified association if it demonstrated this representativeness.

It is worth noting that the UPA is legally required to represent all Quebec farmers—members and non-members—regardless of the size of their business, their type of production, or their region. A number of producers’ groups (12 regional federations and 26 production types) are affiliated with the UPA, and over 90% of Quebec farmers are members.

For further information on the certified organization, see the file below.

DOCUMENT Certified association (web document)

 

Do farmers use genetically modified (GM) seed?

Over the past several years, we have seen an increase in the use of biotechnologies in agriculture all over the world. One of the reasons for this trend is the potential that these biotechnologies offer for increasing agricultural production while reducing the use of pesticides. We see this trend in Quebec as well, although the use of genetically modified organisms (GMOs) is less widespread here than in the United States. Current market considerations dictate that the main GM crops produced in Quebec (corn, soy, and canola) are for animal consumption. The products derived from these crops (oils, flours, starches, etc.) may still be found in foods intended for human consumption. These do not necessarily contain traces of GMOs.

Whether one is for or against GMOs, the UPA recognizes consumers’ fundamental right to information on the nature of the products they purchase and supports mandatory labelling, provided that the costs are not borne by farmers and the same labelling standards also apply to imported products.

For further information on GMOs, see the file below.

Also:

OGM.gouv.qc.ca

DOCUMENT Genetically modified organisms (GMOs) – (web document)

 

Can you produce milk in Canada without quota?

No. Dairy producers must have authorization for every litre of milk they sell to processors. This authorization, called quota, is unique to the supply management system, which ensures efficiency in product marketing and regulation in market development. Supply management is a collective marketing tool that prevents surpluses and shortages, thus ensuring a stable and reasonable price for farmers and consumers alike. Thanks to the quota system, the total amount of milk produced in Canada exactly matches the amount consumed by Canadians.

The quota system primarily serves as an economic market regulation tool, balancing supply against demand and granting fair access to markets. The implementation of the quota system is a democratic decision on the part of the producers concerned and cannot be imposed without the consultation or decision of a majority of producers.

For further information on collective marketing, see the file below or check out these videos on supply management.

Also, see links below:

Supply Management and collective marketing

Market Sharing Quota

GO5 Québec – Supply Management

The Truth About Supply Management

DOCUMENT Collective marketing (web document)

 

Semaine de la santé et de la sécurité en agriculture 2016

C’est sous le thème « La prévention des accidents liés aux silos à grains » que se tiendra, du 9 au 16 mars 2016, la Semaine de la santé et de la sécurité en agriculture. Des ateliers organisés par les fédérations régionales de l’UPA, auront lieu tout au long de l’année.

semaine-prevention-2016-silos-UPA-CNESST

Un dépliant utile

L’utilisation des silos à grains comportent de nombreux dangers. Chaque année des producteurs et des travailleurs agricoles se blessent ou perdent la vie, notamment lors d’ensevelissement dans le grain. Ce document décrit les principaux dangers et les moyens de prévenir les accidents liés aux silos à grains.

Téléchargez le dépliant sur le site de la CNESST.

Des activités partout au Québec!

Les fédérations régionales de l’UPA organiseront, avec la collaboration de la CNESST et du Réseau santé publique en santé au travail, des ateliers de prévention, à l’intention des producteurs agricoles et de leurs travailleurs. On y présentera, entre autres, les différents risques liés à l’utilisation des silos à grains, les moyens de prévention, les obligations de l’employeur, etc.

Renseignez-vous auprès de votre fédération régionale de l’UPA pour connaître où et quand auront lieu les activités 2016.

Pour bénéficier d’accompagnement pour l’amélioration de la santé et de la sécurité sur votre ferme tout en faisant des économies, rendez-vous sur le site de la Mutuelle de prévention de l’UPA.

Visitez également les sites CNESST et CASA-ACSA pour de l’information et des outils en santé et sécurité en agriculture.

Agriculture By The Numbers

The agriculture industry in facts and figures

A visual display of various data on Quebec agriculture.

Careers in agriculture

Jobs in farming—a whole world to discover!

 

The AGRIcarrières website, brought to you by the Comité sectoriel de main-d’oeuvre de la production agricole, is an indispensable resource for agricultural workforce development, jobs, training, and human resources management.

Farming for young people

Farming game central

Budding farmers in the family? You’ll love these entertaining games about farming in Quebec. Playing with your food is a no-no at the dinner table, but it’s allowed here!

Ready, set, play!


Je cultive ma citoyenneté

This citizenship education project introduces students in Secondary I to V to agriculture and responsible consumption in the era of globalization. It is offered by the UPA and its 12 regional federations across Quebec.

The ready-made program includes classroom visits from farmers, an educational toolkit, a teacher’s guide, debate sheets, evaluation charts, ideas for debates and letters to the editor, and the Je cultive ma citoyenneté website, which features videos and interactive games.

Ressources & Services

Resources, websites and information for farmers

 

2017 Agricultural Safety Week (Semaine de la santé et de la sécurité en agriculture 2017)

C’est sous le thème « Sur votre ferme, contrôlez les énergies » que se tiendra la Semaine de la santé et de la sécurité en agriculture. Des ateliers organisés par les fédérations régionales de l’UPA auront lieu tout au long de l’année.

https://www.upa.qc.ca/fr/semaine-de-la-sante-et-de-la-securite-en-agriculture-2017/


Farmer’s psychological health assistance program

Eligible for the Farmer’s assistance program, you and your immediate family may benefit from clinical consultations as needed (psychologists, social workers, psychotherapists, psychoeducators, sexologists, guidance counsellors), according to preferential rates pre-established with the UPA.

Learn more about the program, read the assistance program brochure.


Prevention mutual

Ensuring workplace health and safety.

http://www.mutuelle.upa.qc.ca/


Accounting and tax service

Our agricultural specialists, partners for your business.

http://www.scf.upa.qc.ca/


Loi sur le Régime volontaire d’épargne-retraite (RVER)

Avez-vous offert à vos employés un Régime volontaire d’épargne-retraite (RVER)?
La Loi sur les régimes volontaires d’épargne-retraite (RVER) vise à donner l’accès à un régime de retraite (fonds de pension) à plus de deux millions de travailleurs québécois par le biais de leur employeur.

https://www.upa.qc.ca/fr/centre-des-communications/2017/03/rappel-loi-sur-le-regime-volontaire-depargne-retraite-rver


Farm job centres

Whether you are seeking farm work or looking for a farm employee, this site is for you.

http://www.emploiagricole.com/


Temporary foreign worker programs

Information for farm employers who use temporary foreign workers.

http://www.ptet.upa.qc.ca/


Agriconseils network

Les réseaux Agriconseils facilitent l’accès aux services-conseils agricoles offerts dans votre région ainsi qu’aux aides financières qui les accompagnent. Ils sont votre guichet unique pour des services-conseils profitables.

http://www.agriconseils.qc.ca/


Trousse d’information PDZA

Pour une participation active et efficace des intervenants du milieu aux plans de développement de la zone agricole.

http://www.trousse.pdza.ca/

 

Partners

Policy on partnership agreements

 

Position

In our view, a partnership agreement is an opportunity for two organizations to pool resources in a shared project and strengthen ties with the community.

Selection criteria

The UPA prioritizes projects:

  • That are province-wide in scope
  • That promote the farming profession among our target clienteles
  • That deal with farming as a whole rather than being limited to a particular type of production

We assess potential partnerships based on how well they meet the selection criteria. We also consider the history of the project, the applicants’ experience, how well our messages will be communicated, how we can get the most out of the partnership, the quality and professionalism of the organization, and the creativity and originality of the project. In order to be considered, projects must deal with agriculture today in a professional manner with a positive and accessible approach.

Ineligible organizations

For reasons of ethics, fairness, and respect for our members’ allegiances and beliefs, the following organizations and projects are not eligible for donations or partnerships and will not be selected for financing:

  • Non-registered organizations
  • Religious organizations or institutions
  • Political organizations
  • Organizations that discriminate based on heritage, religion, sex, or sexual orientation
  • Organizations or projects based outside Quebec
  • Personal or family projects
  • Projects pertaining to only one type of agriculture
  • Sports organizations
  • Sports activities (including golf tournaments)

How to apply

Generally, partnership applications are assessed within four to eight weeks after they are received. This period may vary based on the scope of the activity, the amount of money required, and the nature of the request.

Applicants may reach us through the Contact Us section.

Un coup de pouce pour la culture de l’edamame

Le 3 mars, la Régie des marchés agricoles acceptait la demande de la Fédération québécoise des fruits et légumes de transformation d’inclure l’edamame à la définition de légume du plan conjoint. Notons que plusieurs partenaires ont appuyé les démarches de la Fédération dans ce dossier, dont l’UPA, Bonduelle, Spécialités Lassonde, l’Association québécoise de la distribution des fruits et légumes de transformation, Producteurs de grains du Québec et la Table filière.

UPA Careers

Shoot for a rewarding and stimulating career

 

The UPA is a professional farmers’ union with a presence in every region of Quebec, with 92 locals grouped into 12 regional federations and 159 specialized unions active in 27 types of production.
See job offers

The UPA’s chief mission is to promote, defend, and further the professional, economic, social, and moral interests of its 42,000 farmer members and, through its affiliation with the Fédération des producteurs forestiers du Québec, its 130,000 private forest landowners.

The UPA is always looking for motivated and creative people to work at its head office in Longueuil. Candidates should seek to contribute to the organization through their expertise in any number of fields: economics, research, leadership, animation, computer graphics, communications, computer science, administration, office work, etc.

If you don’t find the right fit from among the job offers posted, you are invited to send us a general application, which we will keep on file in our database for six months. We encourage you to keep your CV updated to notify us of any changes and keep us abreast of your career interests as they develop.

Advantages

  • We strive to provide good working conditions for all our employees.
  • The UPA benefit program is highly competitive. It is based on our respect for human resources and value for employees and their well-being: It features a group insurance plan (health, life, and income insurance), an employee assistance program, a pension plan, a group RRSP, access to other pension schemes, and more.
  • Benefits include annual vacation time that increases with years of employment as well as a range of personal leave options.
  • Flexible schedules are offered where possible. Mothers on maternity leave receive additional benefits. Upon return from leave, they are permitted to work four days a week for up to a year.

 

A question of ethics

As a responsible employer, the UPA cares about the most important issues in the workplace today: equity, career advancement, and work-life balance. Ethics is a key concern. The UPA enforces strict measures regarding:

  • Workplace harassment
  • Equality in employment
  • The use of French as the language of work
  • Accessibility of work facilities for persons with mobility impairment
  • Internships and summer jobs
  • The UPA sees the next generation as one of its greatest assets and is always on the lookout for talented young people who are looking to achieve their full potential by pursuing their career in the UPA and its affiliated federations.
  • Each year, interesting internships and summer jobs are available to students from a wide variety of backgrounds both within and outside the agriculture field.

Location

Just 15 minutes from the Longueuil metro station, close to the major arteries, and easily accessible by public transport, the UPA head office is a pleasant and stimulating workplace that is home to some 500 employees, each one serving Quebec’s agricultural and forestry producers.

Features include restaurants just a few minutes away, a nature trail right outside the door, a cafeteria, a patio for employees, and free parking. We endeavour to provide a wholesome workplace where our employees can enjoy their work feeling happy and safe.

Mission & Values

Our guiding principles

To translate its mission into concrete and effective actions, the Union des producteurs agricoles (UPA) adheres to certain principles. These principles have been refined over the years and are still used today to help guide decisions on future developments.

Our values

The UPA is a professional farmers’ union. Its purpose and actions are based on certain values: respect for people, solidarity, collective action, social justice, fairness, and democracy.

Our mission

In keeping with these values, the UPA’s chief mission is to promote, defend, and further the professional, economic, social, and moral interests of Quebec’s farm and forestry producers, regardless of race, nationality, sex, language, or belief system.

By staying in tune with Quebec society as a whole, the UPA also helps improve social, economic, and cultural life in rural communities.

Finally, the UPA recognizes that Quebec farming and forestry exist in a context of global connectivity, and may therefore support other farming and forestry groups in Canada and abroad through collective action.


 Our guiding principles are:

  • Unity and defence of all agricultural and forestry producers, without distinction
  • Financing by and for producers
  • Democratic control by and for our members within an active union
  • Precedence of group interests over those of individuals or sectors
  • Collective action, demands, sustained presence in public opinion, and partnerships as methods of action
  • Continuation and development of sustainable farm and forestry businesses all across the province
  • Fair pay through collective action in marketing
  • Protection of farmland, farm activities, and the environment as well as the development of sustainable agriculture
  • Access to the farming and forestry professions, and to their unions, for young producers
  • Access to training and guidance
  • Safety and quality of life on farms
  • The ability to choose one’s preferred model of agriculture
  • Autonomy for people who farm for a living
  • Wise use of resources
  • Continued operation of as many farms as possible
  • A standard of living for farm families that is comparable to that of the rest of society
  • Province-wide diversification
  • Peaceful coexistence
  • Regional vitality
  • Meeting consumer demand
  • Involvement of farmers in marketing networks to ensure they receive their fair share of market income
  • Diverse, quality products for the public

 

Netiquette

The Union des producteurs agricoles reserves the right to remove any offensive messages. The comments published on this site reflect the opinions of their respective authors. The administrators and moderators of this site cannot be held responsible for their content.
 

Rules

Civility and politeness are just as important in social networks as they are in real life.

Any hurtful, obscene, indecent, defamatory, heinous, threatening, or sexual comments, or any other messages that violates the applicable laws or that may be perceived as a personal attack are prohibited.

Any material, content, comment, or photo of an abusive, defamatory, racist, obscene, or illegal nature will be removed.

No incitement to hatred in any form (racial, religious, etc.) will be tolerated.

Gratuitous insults will not be tolerated and will be removed.

Comments whose sole purpose is to generate traffic to sites that are unrelated to the topic at hand will be removed.

Further guidelines for participants:

Do not share spam, chain letters, promotional or commercial material, or offensive remarks.

Ensure that you have the necessary authorization or permission before sharing content on our pages.

Every comment published must either further the discussion or support the material already presented. By publishing on this site, you acknowledge that you agree to the above rules.

Be respectful.

2015 February

Infrastructures liées au transport d’énergie

Dans tous les projets de transport d’énergie, des infrastructures doivent être mises en place afin de relier un site de production à de grands centres urbains ou industriels. Systématiquement, les projets les plus contraignants sont repoussés sur les territoires les moins densément peuplés, d’où la tendance à installer les infrastructures de transport en zones agricoles et forestières.

Ces dernières années, on observe une augmentation du nombre de ces projets (gazoduc, oléoduc, ligne de transport d’électricité, ligne de raccordement des parcs éoliens, etc.), ce qui préoccupe de plus en plus les agriculteurs et propriétaires de boisés. Il faut savoir que la possibilité qu’ont les promoteurs de ces projets d’exproprier les propriétaires qui s’opposeraient au passage de telles infrastructures est bien réelle.

Pour en savoir plus, consultez la Foire au questions au sujet des interventions de l’UPA dans le dossier des infrastructures de transport d’énergie, l’Entente sur le passage des lignes de transport en milieux agricole et forestier et le document présentant des informations au sujet du projet d’Énergie Est.

Documents Interventions de l'UPA - Dossier des infrastructures de transport d'énergie - FAQ
Documents Entente cadre entre Hydro-Québec et l'UPA

Mémoire – Projet de loi n° 28 – Commission des finances publiques

Mémoire présenté par l’Union des producteurs agricoles (UPA) dans le cadre des travaux de la commission des finances publiques.
Projet de loi no 28
Loi concernant principalement la mise en oeuvre des certaines dispositions du discours sur le budget du 4 juin 2014 et visant le retour à l’équilibre budgétaire en 2015-2016.

2015 January

À la rescousse des terres patrimoniales

Le 22 janvier, l’UPA Capitale-Nationale–Côte-Nord lançait sur le Web une pétition pour que soient préservées les terres patrimoniales ayant appartenu aux Sœurs de la Charité dans les arrondissements de Beauport et Charlesbourg. Jusqu’à maintenant, plus de 3200 personnes ont signé la pétition qui demande le maintien de ces terres en zone agricole et la conservation de leur vocation première qui est de nourrir la population. Ces terrains ont été acquis à 195 000 $/ha dans le but d’y implanter un projet immobilier de 6500 unités résidentielles. Mentionnons cependant qu’à ce jour la CPTAQ n’a donné aucune autorisation dans ce dossier.

Opinion: Nos terres agricoles : un patrimoine à protéger!, Marcel Groleau, 14/01/2015.

2014 December

Une terre de plus en plus convoitée

UPA_Personnage_Famille_champLa terre n’est pas une marchandise que l’on peut produire. C’est un bien rare qui sert à la production d’un bien essentiel : la nourriture. Elle doit demeurer entre les mains de ceux et celles qui la cultivent et qui l‘habitent. Ces dernières années, les acquisitions de territoires agricoles à des fins spéculatives semblent pourtant se multiplier, raison pour laquelle, depuis décembre, l’Union milite pour la mise en place de mesures permettant de freiner le phénomène. Ces actions ont d’ailleurs amené le gouvernement à tenir une commission parlementaire spécifique sur cette question en mars dernier.

  • Le 2 décembre, l’UPA et la FRAQ tenaient une première conférence de presse afin de sensibiliser la population à cette problématique.
  • Les 16 et 17 mars, nos organisations présentaient en commission parlementaire des mémoires ainsi que de vibrants témoignages de jeunes ayant vu leurs rêves anéantis par des investisseurs venus acheter à gros prix les terres où ils voulaient s’établir.

Dans ce dossier, l’UPA et ses groupes affiliés proposent de limiter à 100 hectares par année pour une période de trois ans (300 ha en 3 ans), la superficie que toute personne ou entité peut acquérir à des fins autres que le transfert intergénérationnel. Cette proposition a notamment reçu l’appui de la Fédération québécoise des municipalités et de la Coalition pour la souveraineté alimentaire.

Opinion: Accaparement des terres : il est temps d’agir, Marcel Groleau, 22/10/2014.

Communiqué: Accaparement et financiarisation des terres agricoles, 02/12/2014.

Mémoire: Accaparement des terres agricoles, 16/03/2015.

2014 November

Développement de la production biologique

UPA_Personnage_mains_multiculuturelLe 26 novembre 2014, à l’initiative de l’UPA, la nouvelle Table de développement de la production biologique (TDPB) prenait son envol. Elle réunit près d’une trentaine de personnes parmi lesquelles des représentants des groupes affiliés à l’Union (régions et secteurs de production) et plusieurs autres intervenants (Équiterre, Coopérative pour l’agriculture de proximité écologique, Conseil des appellations réservées et des termes valorisants, Centre d’expertise et de transfert en agriculture biologique et de proximité, Filière biologique, MAPAQ, AAC). Ce regroupement de leaders de l’agriculture biologique permettra d’optimiser les efforts actuellement consacrés au développement et à la mise en marché des produits issus de ce secteur.

Opinion : Agriculture bio : poser les bons gestes pour répondre à la demande, Marcel Groleau, 17/12/2014.

Opinion : Agriculture biologique : investir pour développer, Marcel Groleau, 23/09/2015.

Opinion : Agriculture bio : c’est ENSEMBLE que nous y arriverons, Marcel Groleau, 22/02/2017.

Fiche technique : L’agriculture biologique au Québec.

Les analyses confiées à ÉcoRessources

Liste des publications en lien avec les analyses confiées à ÉcoRessources

  1. Faits saillants des études de la firme ÉcoRessources traitant des retombées économiques de l’agriculture au Québec, du soutien accordé aux agriculteurs de chez nous en comparaison avec d’autres juridictions et de la confiance des acteurs du secteur agroalimentaire envers leurs perspectives futures.
  2. LES RETOMBÉES DES SECTEURS DE L’AGRICULTURE ET DE LA TRANSFORMATION ALIMENTAIRE : près de 200 000 emplois (5,1 % des emplois de la province), plus de 17 G$ de PIB (5,9 % du PIB québécois), plus de 4,5 G$ aux revenus des divers paliers de gouvernement (ÉCOressources, novembre 2014)
  3. LE SOUTIEN ACCORDÉ PAR LE GOUVERNEMENT AU SECTEUR AGRICOLE est à son plus bas niveau des 10 dernières années et même inférieur à celui accordé aux producteurs américains pour l’année 2013 (ÉCOressources, novembre 2014)
  4. LES ENTREPRENEURS AGROALIMENTAIRES ONT CONFIANCE EN L’AVENIR de leur secteur et sont prêts à relever le défi de la croissance (ÉCOressources, novembre 2014):

Ils n’ont besoin que d’un environnement d’affaires favorable : des programmes efficaces assurant un partage des risques liés à la production agricole, des aides à l’investissement et un appui au développement des marchés

Documents EcoRessources Rapport Proxi-ESP 2014-11-06
Documents EcoRessources Rapport Confiance- Sondage-UPA 2014-11-06
2014 October

Mémoire – Mesures fiscales pour entreprises agricoles/forestières

Mémoire présenté par l’Union des producteurs agricoles (UPA) à la Commission d’examen sur la fiscalité québécoise.

Depuis plusieurs années, les membres de l’UPA se penchent sur les bonifications à apporter aux mesures fiscales pour favoriser le transfert, l’établissement et le maintien des entreprises agricoles et forestières.

Le texte qui suit présente de nouvelles mesures et des modifications souhaitées à des mesures actuelles pour aider à atteindre l’objectif du maintien du nombre de fermes sur le territoire du Québec.

Certaines mesures présentées visent à corriger des irritants importants lors du transfert des entreprises agricoles.

Mémoire – Projet de loi C-18 – Croissance agricole

Mémoire présenté par l’Union des producteurs agricoles (UPA) au Comité permanent de l’agriculture et de l’agroalimentaire.

L’Union des producteurs agricoles (UPA) a pris connaissance du projet de Loi sur la croissance dans le secteur agricole et souhaite, d’entrée de jeu, remercier le comité qui lui a donné la possibilité de présenter son point de vue sur le projet de loi visant à modifier certaines lois en matière d’agriculture et d’agroalimentaire.

Organizations always on the move

On October 2, 2014 the UPA will blow out 90 candles. Remember that the Union catholique des cultivateurs (UCC), founded in 1924, became the Union des producteurs agricoles in 1972. Since then, with each great event in history, farmers have been present. They have contributed significantly to developing Quebec society, and in particular rural society. Whether it’s responding to expectations in terms of efficiency, access to markets or even food security, it has been by defending their values and their profession that they have actively participated in building the Quebec of today.

2014 September

Mémoire – Projet de loi n° 8 – Code du travail

Mémoire de l’Union des producteurs agricoles présenté à la Commission de l’économie et du travail

Consultations particulières et auditions publiques sur le projet de loi n° 8, loi modifiant le Code du travail à l’égard de certains salariés d’exploitations agricoles.

2014 June

Unanimous decision by the House of Commons to support dairy & cheese producers

Improvements to border control measures do not do much to resolve the issue of compensation promised to cheese producers by the federal government. It is important to remember that cheese producers will be penalized by the supplementary importation of 17,700 tonnes of cheese anticipated in the recent Canada-European Union Free Trade agreement. On this topic, it should be highlighted that on June 18, 2014, the House of Commons unanimously adopted a motion asking the government to respect this commitment.

The motion reiterated the essential parts of the request presented by the Producteurs de lait du Québec on this issue, and requires the Canadian government to:

“. . . respect its promise made to dairy producers and the cheese industry . . . by:

  • immediately revealing the details regarding the financial compensation that will be paid out;
  • providing the longest possible implementation period for the Agreement;
  • bringing to an end the circumvention of tariff quotas and the misclassification of products at the border;
  • imposing the same production and processing requirements on imported products;
  • making a commitment to provide support for marketing.”
2014 May

A world first: Quebec Pork Producers social reponsibility report

On May 29, 2014, during their annual general meeting, Les Éleveurs de porcs du Quebec unveiled their first social responsibility report. Produced jointly with the Groupe AGECO, this report positions the organization in a process of continual improvement through the presentation of official statements. The Pork Producers, along with 30 partner organizations and enterprises, were consulted in order to evaluate their perception of priority issues in terms of governance, the environment, animal welfare, animal health and hygiene, the economy, workers’ wellbeing, and harmonious cohabitation. Let’s not forget that on June 5th, the National Assembly unanimously adopted a motion to highlight this initiative taken by Les Éleveurs de porcs du Quebec. The minister of agriculture, Pierre Paradis, noted, among other things, the responsible and innovative character of Les Éleveurs de porcs and the efforts they have deployed regarding sustainable development throughout the years.

Funds directed towards abandoned pipelines

On May 26, 2014, the National Energy Board rendered a decision regarding the Mécanismes de prélèvement et de mise de côté de fonds touchant la cessation d’exploitation de pipeline (mechanisms for levies and setting aside of funds for abandoned pipelines), an exercise in which the UPA was an active participant. This decision will make sure that by 2015 pipeline companies will have to create a trust fund to collect the amounts necessary to cover the abandonment of activities. The Board will closely follow the administration of these trust funds in order to ensure the security of the amounts collected (agreements, statement of investment policies, nomination of trustees, and the processes regarding the use of the funds).

2014 April

Earth Day: A partnership takes root!

On April 22, 2014, the president of the Union, Marcel Groleau, participated in the official tree planting ceremony for the 2014 edition of Earth Day at Parc Jean-Drapeau. This activity kicked off the program En route vers le avril 22 2017 (Heading towards April 22, 2017), a project which will culminate during the 375th anniversary of the City of Montreal. The project aims to plant 375,000 trees within the Montreal Urban Community, which has 58% of its area located within the agricultural milieu.

Mr. Groleau noted the importance of planting trees in agricultural areas. In fact, for producers, planting a tree is far from an isolated gesture. To prove this, over the last 15 years, there have been some 7,400 kilometers of trees planted on agricultural land, the equivalent of the distance between Montreal and Brasilia!

50th anniversary – FPOQ

On April 9, 2014 it was the table egg producers’ turn to celebrate the 50th anniversary of their federation, which took place during their annual gathering. This meeting was an opportunity to relive the memorable moments in the history of the organization and the production sector. The FPCOCQ, created in 1964, was the first specialized agricultural group to adopt a provincial joint plan for marketing and production.

Law Research Chair for food diversity and security

On April 8, 2014, Université Laval launched a Law Research Chair for food diversity and security. This was made possible thanks to the contribution of three major partners in the agricultural sector – the UPA, FADQ and the GO5 coalition. The mission of this new Chair is to promote research and distribute legal information in order to ensure the promotion and protection of food security. The Union is proud of this collaboration which will help to offer new means to the agri-food sector to overcome the challenges of food security, reciprocity of standards, farm land speculation, etc. Throughout the next five years, $1 million will be invested in various studies with the aim of analyzing and developing new legal instruments relative to the objective of sustainable food security.

North American Continental Forum on Family Farming

On April 7th & 8th, 2014, in line with the International Year of Family Farming, Quebec played host to a large gathering to reflect on family farming issues in North America. Organized by UPA DI, in collaboration with the Food and Agriculture Organization of the United Nations, the forum brought together representatives from agricultural organizations in Canada, Mexico, and the Unites States. Despite their different situations, participants were able to formulate 15 recommendations with the aim of maintaining and developing the family farm on the North American continent. These recommendations will be the subject of discussions during the world conference on family farming, which the UN will host in Rome, Italy, in October.

Fondements et orientations de l’Union

2013-2015
La première partie de ce document traite des « Fondements de l’Union ». Il s’agit d’un outil de référence qui réunit, en quelques pages, la mission, les valeurs, les principes fondamentaux de l’Union des producteurs agricoles.

La deuxième partie réunit les résolutions qui ont été adoptées lors du Congrès général d’orientation 2013. Ces résolutions sont biennales et leur échéance est décembre 2015.

For the health of pollinators

Neonicotinoids continue to raise concern for both bee-keepers and crop producers. This spring, MAPAQ announced research investments in order to improve detection techniques for pests and maintain associated advisory services for detection. In addition, steps have been taken in collaboration with seed companies to encourage them to offer producers a larger choice of untreated seeds. These actions follow the orientations of the requests which have been made by the Union. For this issue, work is continuing with government, industry and producers so that pest detection is accessible and offered to all so that access for all types of crops becomes a reality.

Assistance to reduce the damage caused by migrating birds

In April, the UPA and MAPAQ finalized a new program for scaring away migrating birds from affected farming areas. This program, much anticipated for several months, will help farming operations to reduce crop damages caused by migrating waterfowl, and respect the principles of sustainable development at the same time. Each of the participating federations must elaborate an action plan by describing recommended actions in order to reduce problems associated with the presence of geese on farm land in their respective regions. The program’s funds are in place until 2018 and the annual budget for these activities now has an allocation of $250,000 (an increase of $50,000) in addition to $20,000 for coordination and networking expenses, as well as $20,000 for program administration costs by CDAQ.

2014 February

New watershed projects

In February 2014, six new projects involving 538 producers in watershed management were launched. With water quality in agriculture being an environmental priority, the Union will ensure provincial coordination by supporting those responsible for the projects as they work in the field. In total, since 2005, the collaboration of MAPAQ, AAC, the Ministry of the Environment and the Union has supported the start up of 63 of these projects, which have engaged some 5,600 farming operations. From these groups, concrete solutions to agri-environmental problems have emerged which are specifically adapted to the reality of Quebec’s farms.

2014 January

Crop insurance for small, market garden farms

On January 31, 2014, La Financière agricole announced that a new crop insurance program will be established for market garden operations that grow several crops on a small acreage. Sought by the Fédération d’agriculture biologique (organic producers) to cover “catastrophic” type losses, this program is targeted at operations producing 10 or more types of vegetables, small fruits, herbs or potatoes on a surface area of less than 0.8 hectares.

The Fédération de l’UPA de Lanaudière – 85th anniversary

In the same breath, on January 9, 2014, the Fédération de l’UPA de Lanaudière kicked off the celebrations for its 85th anniversary. Throughout 2014, there will be various activities to highlight this event. FUPAL is the oldest of the regional federations.

A toolbox to facilitate farm start-ups

At the start of January 2014, the Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec (CRAAQ) launched the new Agro-démarrage on-line service. The UPA and FRAQ were closely associated with bringing this virtual toolbox online with the aim of helping future farmers, as well as producers planning a project to diversify their farming operation. The website provides access to more than 400 thematic hyperlinks and research tools, all classified according to the five major steps that comprise the launching and consolidation processes for a farming or food operation (preparation, project definition, writing a business plan, researching finances and actions to ensure the longevity of the enterprise).

Protecting livestock farms

The PED virus brought out the worst fears in Quebec’s pork producers all throughout the year. The exceptional work done by the Équipe Québécoise de santé porcine (which brings together Les Éleveurs de porcs, abattoirs, and AQINAC) cannot go unmentioned as they worked tirelessly not only to implement preventative measures, but also to raise awareness among breeders and stakeholders in the industry about the importance of following the health measures put in place to prevent the disease from spreading. In this regard, the battle was not totally won but the fact remains that the work carried out in Quebec up until now, has produced superb results!

2013 December

Mémoire – Projet d’inversion du flux de l’oléoduc 9B d’Enbridge

Commentaires de l’UPA sur le projet d’inversion du flux de l’oléoduc 9B d’Enbridge.
L’Union des producteurs agricoles (UPA) a pris connaissance du document déposé par le gouvernement du Québec dans le dossier d’inversion du flux de l’oléoduc 9B d’Enbridge. Elle souhaite remercier la Commission de lui permettre de présenter le point de vue des producteurs et productrices agricoles du Québec relativement aux possibles impacts de ce projet.

2013 November

Mémoire – Impacts des changements – Assurance-emploi

Mémoire de l’Union des producteurs agricoles (UPA) présenté à la Commission nationale d’examen sur l’assurance-emploi.
D’entrée de jeu, nous désirons remercier la Commission nationale d’examen sur l’assurance-emploi (CNEAE) d’avoir invité notre organisation à lui présenter sa réflexion.

Les modifications au régime de l’assurance-emploi (AE), introduites par le gouvernement fédéral au début de l’année 2013, visent à ce que les personnes aptes au travail puissent contribuer activement au développement économique du pays. Bien que l’objectif soit louable, les changements imposés touchent de façon particulière les entreprises éloignées des centres urbains dont les activités sont liées au cycle des saisons.

2013 January