Les producteurs et productrices agricoles du Québec sont reconnus pour leurs traditions d’entraide et de solidarité. Quand arrive un coup dur, ils savent se serrer les coudes. Ces valeurs de partage et de justice sociale font aussi partie de l’ADN de notre organisation et de ses groupes affiliés, qui n’hésitent pas à s’engager dans diverses causes sociales lorsque l’occasion se présente. On estime que chaque année, l’ensemble de notre réseau verse plus de 1 million de dollars en dons alimentaires et autres contributions de nature caritative. Ce mois-ci, à l’approche des Fêtes, L’U vous propose un grand dossier sur le thème de l’entraide et profite de l’occasion pour promouvoir un projet important mené par Les Banques alimentaires du Québec auquel l’Union s’est associée récemment. Vous constaterez aussi à la lecture de ce dossier la force de l’action collective lorsqu’il est question d’aider la communauté et de soutenir les plus démunis.

SOMMAIRE
LE PROGRAMME DE RÉCUPÉRATION EN SUPERMARCHÉS

L’Union et ses groupes affiliés sont depuis de nombreuses années partenaires d’organismes engagés dans la distribution de dons alimentaires. En juin, ils ont décidé de faire un pas de plus en s’associant au Programme de récupération en supermarchés (PRS) mené depuis 2017 par Les Banques alimentaires du Québec (BAQ). Premier du genre au Canada, ce programme vise à éliminer les pertes de denrées comestibles en supermarchés et à accroître la capacité de l’organisme à répondre aux besoins des familles en situation de pauvreté.

Grâce au PRS, 6,5 millions de kilos d’aliments ont été récupérés au cours de la dernière année. Cependant, pour déployer le programme partout au Québec et mettre en place les infrastructures nécessaires au traitement des denrées récupérées, les BAQ ont besoin de fonds supplémentaires, raison pour laquelle l’organisme a lancé en juin dernier une vaste campagne de financement. L’Union a accepté d’être ambassadrice de cette campagne et, avec plusieurs de ses groupes affiliés, s’est engagée à contribuer financièrement à l’opération au cours des cinq prochaines années pour un montant total de 166 000 $.

La contribution de l’Union au PRS se détaille ainsi :                                     
› L’Union des producteurs agricoles : 50 000 $
› Les Producteurs de lait du Québec : 50 000 $
› La Fédération des producteurs d’oeufs du Québec : 25 000 $
› Les Producteurs de grains du Québec : 25 000 $
› Les Producteurs d’oeufs d’incubation du Québec : 10 000 $
› L’Association des producteurs maraîchers du Québec : 5 000 $
› La Fédération de l’UPA-Estrie : 1 000 $

Mentionnons aussi que les grandes bannières en alimentation du Québec – Provigo, Maxi, Metro, Super C et IGA – ont toutes accepté de collaborer au projet.

UN PROGRAMME À FORT IMPACT SOCIAL

Les BAQ coordonnent le déploiement du PRS avec le concours des Moissons et de leurs membres associés. Ce programme propose une solution unique et durable aux problèmes de gaspillage et de précarité alimentaires. Il s’agit d’un véritable projet de société aux multiples retombées positives.

Sur le plan social, il :

  • favorise la sécurité alimentaire des Québécois les plus démunis;
  • contribue à réduire le stress lié au manque d’argent pour se nourrir;
  • améliore la quantité et la variété des denrées distribuées, notamment en y ajoutant des produits frais et de la viande;
  • encourage l’apprentissage des enfants en leur permettant de manger à leur faim avant d’aller à l’école.

Sur le plan environnemental, il réduit :

  • les quantités de matières putrescibles enfouies par les municipalités;
  • les coûts de gestion des matières résiduelles;
  • les émissions de GES.        

 

                                                                                                        

« Chaque mois, ce sont quelque 500 000 personnes qui ont faim au Québec. Du Programme de récupération en supermarchés (PRS) en passant par la promotion de l’économie circulaire et bien d’autres actions de solidarité et de partage, vous portez lourdement sur vos épaules un pilier important de notre édifice social. Je tenais à souligner l’implication financière de l’Union des producteurs agricoles et des fédérations dans la campagne de financement du PRS. Grâce à vous, ce programme de société d’envergure pourra être développé à son plein potentiel, permettant de nourrir mieux et plus sainement les Québécois et les Québécoises en situation de vulnérabilité. Ensemble, nous pouvons lutter contre la faim! »

– Boucar Diouf, Parrain et Ami solidaire des Banques alimentaires du Québec

UNE COLLABORATION DE LONGUE DATE AVEC LES BANQUES ALIMENTAIRES ET LES MOISSONS
Tout au long de l’année, de généreux dons de nourriture sont remis aux organisations caritatives du Québec. On estime d’ailleurs que l’ensemble de notre réseau verse chaque année l’équivalent de plus de 1 M$ en dons alimentaires et autres contributions.

Depuis bien longtemps, les producteurs agricoles québécois contribuent aux banques alimentaires et aux 19 Moissons que l’on retrouve dans la province. Les besoins sont constants et l’aide fournie par les agriculteurs l’est tout autant. Tout au long de l’année, de généreux dons de nourriture sont remis aux organisations caritatives, que ce soit par l’intermédiaire de programmes déjà établis au sein des regroupements de producteurs ou d’initiatives plus spontanées. Dans ce domaine, plusieurs de nos fédérations régionales et secteurs de production répondent présents année après année, tant pour verser des dons en argent que pour offrir des oeufs, du poulet, du porc, des pommes, du lait et plus encore… Voici un bref survol de ces initiatives.

LE PROGRAMME DE DONS DE LAIT, UNE « SOLIDE » CONTRIBUTION

Il y a de cela 16 ans, les Producteurs de lait du Québec, de concert avec les transporteurs et les transformateurs de l’industrie laitière, mettaient sur pied le programme de dons de lait et de produits laitiers du Québec. Ainsi, chaque année, les producteurs sont invités, sur une base individuelle, à offrir gratuitement une quantité de lait. Ce lait est livré sans frais aux usines participantes qui le transforment pour le remettre aux banques alimentaires selon un calendrier qu’elles établissent elles-mêmes avec la banque alimentaire de leur région. Le lait est ainsi redistribué sous forme de lait de consommation, de beurre ou de fromage.

LE SAVIEZ-VOUS?
  • Depuis 2003, quelque 1 500 producteurs de lait participent au programme de dons de lait.
  • En 2018, 391 663 litres de lait ont été offerts grâce à leur générosité.
  • En cours d’année, Les Producteurs de lait du Québec, ainsi que des partenaires ciblés, ont ajouté des dons de 850 176 litres de lait, pour un total de 1 241 839 litres offerts aux familles en situation de pauvreté.
  • Jusqu’à présent, on estime que le programme aura permis de remettre aux banques alimentaires plus de 10,7 millions de litres en lait nature ou autres produits laitiers.

DES LÉGUMES DE TRANSFORMATION EN ABONDANCE

Implanté en 2014, le programme Récolte-Don! est le fruit d’un partenariat entre la Fédération québécoise des producteurs de fruits et légumes de transformation, Bonduelle et Les Banques alimentaires du Québec. Ce programme permet aux producteurs de pois, de haricots et de maïs sucré de donner volontairement une part de leur récolte dans le but de nourrir sainement des gens dans le besoin. Après la récolte, les légumes sont transportés et transformés par les usines de Bonduelle puis distribués par le réseau des Banques alimentaires du Québec.

LE SAVIEZ-VOUS?
  • En 2018, 482 626 portions de légumes ont été offertes par 62 généreux producteurs.
  • En 2019, l’objectif annuel de 500 000 portions a même été dépassé et 514 079 portions de légumes ont été remises aux familles dans le besoin.
  • Depuis le début du programme, 2 703 284 portions de légumes ont ainsi été offertes aux banques alimentaires, soit l’équivalent de 513 624 livres de légumes. Une valeur estimée à près de 54 000 $.

DU PORC AU MENU

En 2017, Les Éleveurs de porcs du Québec et leurs huit syndicats régionaux se sont engagés à verser 145 000 $ sur six ans aux Banques alimentaires du Québec. Ces sommes vont permettre de nourrir des familles dans le besoin en soutenant la distribution de porc à travers le réseau. Ainsi, des milliers de personnes pourront avoir accès à une source de protéines de qualité qui ne pourrait être au menu en temps normal.

À l’instar des autres syndicats régionaux de l'Union des producteurs agricoles du secteur porcin, les Éleveurs de porcs de la Beauce ont offert un don de 6 250 $ sur cinq ans à la banque alimentaire Moisson Beauce.
À l’instar des autres syndicats régionaux du secteur porcin, les Éleveurs de porcs de la Beauce ont offert un don de 6 250 $ sur cinq ans à la banque alimentaire Moisson Beauce.

LA PÉRIODE DES FÊTES PROPICE À LA GÉNÉROSITÉ

Chaque année, la période des Fêtes incite la population à plus de générosité, et les producteurs ne font pas exception à la règle. Que ce soit avec des dons alimentaires ou des dons en argent, ceux-ci permettent à des familles québécoises de prendre part aux festivités malgré les difficultés quotidiennes. Ainsi, la plupart des fédérations régionales et des syndicats locaux de l’UPA participent à la remise de paniers de Noël ou à des guignolées dans leur coin de pays respectif.

À titre d’exemple, les producteurs de la Mauricie perpétuent la tradition instaurée il y a sept ans en remettant chaque année des denrées juste avant la période des Fêtes. En 2018, les dons de sirop d’érable, de viande de boeuf et de porc, de lait et de pommes de terre ont totalisé 12 000 $. Ils ont été remis à une dizaine d’organismes bénéficiaires. En sept ans, 46 000 $ ont ainsi été distribués dans la région.

Chaque année, les producteurs agricoles de la Mauricie perpétuent la tradition instaurée il y a sept ans en remettant des dons aux plus démunis de leur région.
Chaque année, les producteurs de la Mauricie perpétuent la tradition instaurée il y a sept ans en remettant des dons aux plus démunis de leur région.
LE SAVIEZ-VOUS?
  • En 2018, à l’approche des Fêtes, Les Producteurs de lait du Québec ont offert un don supplémentaire de 44 842 litres de lait. Tout ce lait a été remis à quelque 115 organismes au Québec.
  • Les Éleveurs de volailles du Québec savent aussi se montrer généreux. L’an dernier, ils ont remis 18 000 $ aux banques alimentaires afin de garnir les paniers de Noël des diverses Moissons du Québec et autres organisations sur leur territoire.
  • L’année dernière, durant la période de Noël, les Producteurs d’oeufs du Québec ont remis 25 000 $ à Leucan – un organisme venant en aide aux enfants atteints du cancer et à leur famille – sous forme de cartes d’épicerie destinées aux familles.
  • À la Maison de l’UPA, une collecte de denrées pour la campagne des paniers de Noël de Moisson Rive-Sud est également organisée chaque année. Les quelques 650 employés y participent en grand nombre.
UN COUP DE POUCE POUR NOS JEUNES
Lorsqu’on parle de banques alimentaires, on ne peut s’empêcher de penser aux besoins particuliers des enfants. À ce chapitre, le réseau de l’UPA collabore à plusieurs initiatives bien connues.

DES OEUFS POUR DES BÉBÉS EN SANTÉ

La Fédération des producteurs d’oeufs du Québec est associée à la Fondation OLO depuis 2002. Tous les profits de son tournoi de golf annuel sont d’ailleurs remis à la Fondation, ce qui représente à ce jour une contribution de plus de 829 500 $. Encore cet été, 79 500 $ ont été attribués à la Fondation. Depuis 1991, la Fondation OLO a pour mission de donner une chance égale aux familles de mettre au monde des bébés en santé. Elle offre quotidiennement oeuf, lait et jus d’orange aux femmes enceintes issues de milieux défavorisés, en plus d’un supplément de vitamines et de minéraux. Cet accompagnement nutritionnel, qui vise à réduire le nombre de bébés de petit poids, est offert de la grossesse jusqu’à la deuxième année de vie de l’enfant. On évalue qu’il permet d’aider un peu plus de 15 000 futures mères chaque année. Depuis le début du programme, plus de 200 000 bébés OLO sont nés au Québec.

DES DÉJEUNERS POUR BIEN COMMENCER SA JOURNÉE

Crédit photo: gracieuseté du Club des petits déjeuners.

Depuis 2007, convaincus que chaque enfant doit commencer la journée du bon pied avec de bons nutriments, les Producteurs acéricoles du Québec, conjointement avec la coopérative Citadelle, ont offert plus de 770 000 $ en sirop d’érable au Club des petits déjeuners. Les producteurs d’oeufs, pour leur part, offrent chaque année plus de 50 000 $ en dons d’oeufs, et les Producteurs de pommes, de concert avec l’Association des emballeurs de pommes du Québec, remettent annuellement 250 000 pommes à cet organisme, un don d’une valeur de plus de 50 000 $. Le Club des petits déjeuners rassemble depuis 25 ans une variété de donateurs afin d’offrir aux enfants le repas le plus important de la journée. L’organisme sert plus de 32 442 petits déjeuners nutritifs par jour au sein de 383 écoles du Québec. C’est plus de 5 352 930 petits déjeuners qui sont ainsi offerts chaque année.

 

                                                       

 

 

DES CHEFS POUR DONNER LE GOÛT DE BIEN MANGER

Fondée en 2002, La Tablée des Chefs a pour mission de nourrir les personnes dans le besoin et de développer l’éducation culinaire des jeunes. C’est dans cet esprit qu’elle a lancé Les Brigades culinaires, qui se déplacent dans plusieurs écoles à travers le pays afin d’informer les jeunes sur les saines habitudes alimentaires et de leur apprendre des techniques culinaires ainsi que des recettes concoctées avec des aliments locaux. L’émission télévisée Jeunes chefs en mission, qui sera présentée sur la chaîne Unis.tv au printemps 2020, est un des volets de ce programme. Chaque épisode, tourné avec des jeunes dans une école, met des aliments locaux en vedette et traite d’une cause sociale. Partenaire de ce projet, l’Union présente des faits amusants sur certains des aliments utilisés et offre un soutien aux organisations communautaires en vedette dans chacune des émissions.

LE SAVIEZ-VOUS?
  • Depuis 2002, La Tablée des Chefs a servi plus de 3 000 000 de repas aux personnes vivant de l’insécurité alimentaire.
  • Elle a participé à l’éducation culinaire de plus de 30 000 jeunes et a eu un impact positif dans la vie de plusieurs personnes dans le besoin grâce à divers programmes sociaux.

POUR LA SANTÉ DES JEUNES

Ce n’est pas un secret, une bonne nutrition est un incontournable lorsqu’il est question de mode de vie sain. Ce message, les producteurs québécois le portent depuis longtemps.

Le Grand défi Pierre Lavoie organise plusieurs événements tout au long de l’année afin de mobiliser la population autour d’un objectif précis : encourager les jeunes à adopter de saines habitudes de vie pour assurer leur santé future. L’Union est un des fidèles partenaires du Grand défi, et à ce titre, l’an dernier lors de l’épreuve du 1 000 km à Montréal, elle a remis une collation bien de chez nous à l’arrivée des cyclistes.

La Fédération des producteurs d’oeufs, pour sa part, est partenaire de la Fondation Laurent Duvernay-Tardif, laquelle travaille à promouvoir les habitudes de vie saines chez les jeunes par la pratique quotidienne d’activités sportives. L’an dernier, la Fédération lui a versé 25 000 $.

 

La Fédération des producteurs d’oeufs du Québec est aussi partenaire de la Fondation Laurent Duvernay-Tardif.
La Fédération des producteurs d’oeufs du Québec est aussi partenaire de la Fondation Laurent Duvernay-Tardif.

CROQUARIUM POUR APPRENDRE À CULTIVER

Croquarium est une organisation de la région de l’Estrie qui vise le bien-être des jeunes par l’éducation alimentaire expérientielle. En mettant l’accent sur les produits locaux, l’organisme souhaite transmettre l’envie de consommer de la nourriture saine et le plaisir unique de jouer dans la terre et de cultiver de bons aliments. La Fédération de l’UPA-Estrie, qui collabore depuis plusieurs années aux différentes activités de l’organisation, a versé l’an dernier un montant de 2 500 $ au programme Jardin jeunes entrepreneurs. Celui-ci permet aux jeunes de 11 à 14 ans d’apprendre les secrets des producteurs maraîchers en leur donnant la chance de mettre à profit leurs apprentissages dans un véritable jardin, puis de récolter les fruits de leurs efforts déployés tout au long de l’été.


UN APPUI DANS LES MILIEUX COMMUNAUTAIRES ET DE LA SANTÉ
Au Québec, plus d’un million de personnes vivent dans un état de pauvreté et d’exclusion. Voici en rafale quelques causes et organismes qui reçoivent un coup de pouce du monde agricole.

CENTRAIDE

Bien présent dans le paysage québécois, Centraide appuie quelque 500 organismes et projets qui viennent en aide aux plus démunis. En collaboration avec ses partenaires, Centraide agit sur les plans de la pauvreté, du décrochage scolaire, de l’insécurité alimentaire, de l’isolement social et de l’itinérance. Année après année, plusieurs de nos groupes s’y associent et versent à cet organisme de nombreuses contributions.

LE SAVIEZ-VOUS?
  • Depuis plus de 20 ans, l’Union est partenaire de Centraide et participe à la campagne annuelle de souscription en encourageant les dons auprès de ses employés de la Maison de l’UPA. L’an dernier, cette contribution s’est élevée à 9 050 $.
  • À la Fédération de l’UPA de la Montérégie, en 2018, une collecte de fonds auprès des employés a permis d’amasser 2 112 $.

CROIX-ROUGE ET AIDE AUX VICTIMES D’INONDATION

La Croix-Rouge offre une vaste gamme de programmes et de services pour soutenir les collectivités québécoises lorsque des catastrophes surviennent. Les producteurs agricoles sont sensibles aux difficultés qui peuvent toucher leur localité.

LE SAVIEZ-VOUS?
  • En 2019, Les producteurs de lait du Québec ont fait un don additionnel pour soutenir les victimes d’inondation dans plusieurs régions du Québec. Dans la foulée, le Syndicat de l’UPA de Vaudreuil-Soulanges s’est aussi investi dans sa communauté lors des inondations de 2017.

EN SOUTIEN AUX FEMMES VICTIMES DE VIOLENCE

Une femme sur trois aurait été victime d’au moins une agression sexuelle depuis l’âge de 16 ans. Interpellés par cette triste réalité, plusieurs fédérations et syndicats locaux n’hésitent pas à soutenir les organisations venant au secours des femmes victimes de violence conjugale de leur région. En Gaspésie, depuis plus de 10 ans, les producteurs de lait contribuent de façon significative à des levées de fonds de style vins et fromages pour soutenir les maisons d’hébergement pour les femmes victimes de violence de leur territoire.

RECHERCHE ET SOINS HOSPITALIERS

Des organisations oeuvrant auprès de personnes malades et des fondations pour la recherche profitent aussi de la générosité des agriculteurs.
En voici quelques exemples :

  • En avril 2019, les Agricultrices de la Chaudière-Appalaches ont réalisé une activité de collecte de fonds, Pop-Up Érable, au profit de la Fondation Hôtel-Dieu de Lévis. Plus de 20 000 $ ont ainsi été amassés. Cette somme permettra d’appuyer la réalisation d’un complexe d’hôtellerie à prix modique pour les personnes qui subissent des traitements répétés sans hospitalisation.
  • Le Syndicat de l’UPA de Kamouraska a tenu en novembre dernier une activité à saveur d’érable pour venir en aide au mouvement Govember, qui vise à soutenir la santé masculine.
  • Les PORCSteurs d’espoir, une équipe formée de représentants des Éleveurs de porcs du Québec, ont amassé un total de 5 800 $ lors du Relais pour la vie de la Société canadienne du cancer en juin dernier.
Des représentants des Éleveurs de porc du Québec participent au Relais pour la vie de la Société canadienne du cancer.
Les PORCSteurs d’espoir participent au Relais pour la vie de la Société canadienne du cancer.

LA CAROTTE JOYEUSE, POUR LUTTER CONTRE LA PAUVRETÉ

De nombreux producteurs et groupes spécialisés du Centre-du-Québec soutiennent le projet de la Carotte joyeuse depuis plusieurs années.
De nombreux producteurs et groupes spécialisés du Centre-du-Québec soutiennent le projet depuis plusieurs années.

Du côté du Centre-du-Québec, le projet de transformation alimentaire La carotte joyeuse lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale depuis 2014 en offrant une première expérience de travail à des groupes de tout âge. L’organisme récupère des denrées alimentaires, les transforme, puis les achemine à des organismes communautaires d’aide alimentaire. Ainsi, La carotte joyeuse réalise deux grandes missions : donner un emploi à des personnes victimes d’exclusion sociale et de pauvreté et assurer la sécurité alimentaire de personnes en situation précaire. Nos producteurs se sont joints en grand nombre à cette initiative. En effet, les syndicats des producteurs de pommes, de bovins, de lait et d’oeufs ainsi que ceux des éleveurs de volailles et de porcs de la région soutiennent le projet depuis plusieurs années. À leur contribution s’ajoute celle de producteurs maraîchers du coin qui offrent directement à l’organisme leurs récoltes invendues. Sans oublier l’aide provenant de la Fédération de l’UPA du Centre-du-Québec, qui endosse le projet et facilite les dons offerts par les diverses parties.          

ÊTRE GÉNÉREUX, ÇA PEUT FACILEMENT DEVENIR CONTAGIEUX
Ce grand dossier a de quoi nous rendre fiers. Il est impressionnant de prendre connaissance des diverses initiatives auxquelles les producteurs et productrices du Québec s’associent chaque année pour venir en aide aux moins nantis de notre société. Mises bout à bout, ces activités de solidarité et de partage représentent un mouvement d’une ampleur considérable qui nous interpelle et qui vient toucher une corde sensible chez plusieurs d’entre nous. Un grand merci aux producteurs agricoles qui donnent généreusement. D’ailleurs, ceux et celles qui souhaiteraient contribuer à l’un ou l’autre de ces projets peuvent contacter leur groupe spécialisé, leur fédération régionale ou encore s’adresser directement à l’Union. Parce qu’être généreux, ça peut aussi facilement devenir contagieux!