Montréal est bien connue pour son agriculture urbaine. Ce que la plupart des gens ignorent, c’est que l’on trouve aussi sur l’île de Montréal quelque 2 047 hectares de terres agricoles, soit 4 % du territoire montréalais. Ces terres, dites en zone verte, font partie des terres les plus fertiles du Québec.

Véritable garde-manger, la terre est une ressource non renouvelable qu’il faut protéger. Lorsque ces terres côtoient les villes, elles représentent un bien encore plus précieux. Malgré ses atouts, le territoire agricole montréalais a fait, et fait toujours, l’objet de fortes pressions pour d’autres usages.

Conscients de l’importance de conserver les terres agricoles, l’Union des producteurs agricoles et le Système alimentaire montréalais (SAM) viennent de produire deux capsules vidéos qui font la lumière sur les défis auxquels cette zone verte doit faire face pour se maintenir et prospérer.

Un des objectifs est de mieux faire connaître et reconnaître cette zone agricole en travaillant auprès des décideurs municipaux et du grand public. Notre défi? Remettre en culture 6 % des superficies agricoles du grand Montréal, une cible ambitieuse, mais réalisable, en lien avec le Plan de développement agricole de l’agglomération de Montréal (PDZA) et du Plan métropolitain d’aménagement et de développement de la Communauté métropolitaine de Montréal, lesquels témoignent de la volonté des autorités municipales et régionales de maintenir et de mettre en valeur cette zone agricole.