Hommage à l’action collective et à des personnes remarquables

Québec, 07 December 2017 — Dans le cadre de son 93e Congrès général, l’Union des producteurs agricoles (UPA) organisait, en partenariat avec Aliments du Québec, un dîner-bénéfice en soutien à UPA Développement international, qui souligne cette année ses 25 ans. Lors de cet événement animé par Alexandra Diaz et Geneviève O’Gleman de l’émission Cuisine futée, parents pressés (Télé-Québec), l’UPA a fièrement annoncé les lauréats de la 25e édition du prix Jean-Paul-Raymond qui vise à récompenser et mettre en valeur des équipes d’agricultrices et d’agriculteurs ayant mené à bien une action collective en vie syndicale, ainsi que la lauréate du prix Gérard-Filion soulignant le travail exceptionnel d’un employé ayant fait sa marque pour l’agriculture au Québec. L’Union profitait également de l’occasion pour féliciter les agricultrices reconnues au Gala Saturne.

Catégorie locale : le Syndicat des Sources pour son projet Attention, je tourne à gauche dans 150 mètres

Dans le but de contribuer au maintien de la sécurité routière, le syndicat a travaillé à la création d’un panneau temporaire, portable, répondant aux normes du ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports du Québec, annonçant aux automobilistes, en période de travaux agricoles, que le véhicule utilisé tournera à gauche 150 mètres plus loin. L’objectif est de prévenir les automobilistes et ainsi limiter les risques d’accident. Ce panneau a suscité de nombreuses demandes partout sur le territoire.

Catégorie régionale (ex aequo) : la Fédération de l’UPA du Centre-du-Québec pour son projet À la rencontre du monde municipal

Dans le but de développer un partenariat et de favoriser une véritable culture de concertation avec le monde municipal, la Fédération et les syndicats locaux du Centre-du-Québec ont décidé de rencontrer les conseils municipaux de toutes les municipalités de leur région. Ces rencontres visent à mettre de l’avant l’importance de l’agriculture comme moteur économique dans l’ensemble des municipalités centricoises, à présenter l’UPA en profondeur et à échanger avec les élus municipaux sur leurs préoccupations en ce qui a trait à la protection de la zone agricole. En septembre 2017, 31 des 79 municipalités avaient été rencontrées et le travail se poursuit.

La Fédération de l’UPA d’Abitibi-Témiscamingue pour son projet Unis pour le développement de notre agriculture

La Fédération s’est dotée d’une stratégie de mobilisation (incluant pétition, manifestation, rencontre de députés) pour contrer les intentions de Pierre Paradis, ministre de l’Agriculture alors en poste, qui visaient à obliger les producteurs de maïs, de soya, de pommes et de pommes de terre de choisir, au 1er juillet 2016, entre l’assurance stabilisation des revenus agricoles (ASRA) ou les programmes AGRIS. Pour la région, le retrait de l’ASRA dans ces productions était le début de la fin du programme tous secteurs confondus. Considérant que 70 % des fermes d’Abitibi-Témiscamingue sont assurées à l’ASRA, il s’agit d’un outil essentiel pour le développement du secteur agricole de la région. La Fédération a donc formé un comité de sécurité du revenu chargé de définir et de coordonner une stratégie d’action régionale, en cohésion avec la stratégie de la Confédération, des spécialités et des autres régions, et d’impliquer les syndicats locaux et spécialisés dans la réalisation des actions.

Catégorie provinciale : le Syndicat des producteurs de bovins du Bas-Saint-Laurent pour son projet L’amélioration de la biosécurité pour les fermes bovines québécoises : c’est l’affaire de tous!

En janvier 2016, la bactérie Samonella Dublin est détectée pour la première fois dans une entreprise de veaux d’embouche au Québec. Les bonnes pratiques de biosécurité sont peu présentes sur les fermes bovines québécoises, pourtant l’utilisation de la biosécurité peut rapporter gros (réduction des coûts de traitement, diminution de la mortalité, etc.). Conscient de cette situation, le Syndicat des producteurs de bovins du Bas-Saint-Laurent a travaillé à un projet de sensibilisation par la conception d’une affiche de biosécurité prévue à l’entrée de l’étable. Les Producteurs de bovins du Québec et tous les syndicats régionaux ont adhéré au projet pour réaliser l’affiche qui est diffusée dans l’ensemble de la province.

Lauréate du prix Gérard-Filion : Guylaine Gosselin

Le prix Gérard-Filion permet de souligner l’apport exceptionnel d’un employé de l’UPA ou de l’un de ses groupes affiliés, à l’agriculture et au syndicalisme agricole québécois. L’UPA a eu le plaisir de remettre le prix Gérard-Filion 2017 à Mme Guylaine Gosselin qui a œuvré au sein de l’Union pendant plus de 30 ans. Elle a été la première femme à occuper le poste de directrice générale des Producteurs de lait du Québec et, par la suite, celui de l’Union des producteurs agricoles. Reconnue comme une défenseure acharnée des intérêts collectifs des producteurs agricoles, Guylaine Gosselin a toujours été très estimée et aimée des agriculteurs tant pour son dévouement que pour sa passion contagieuse et l’amour sincère qu’elle voue à la cause agricole. Son leadership, son esprit d’analyse, sa vivacité d’esprit, sa ténacité, sa compréhension globale et stratégique des enjeux font de Guylaine Gosselin une femme exceptionnelle. Elle a toujours su convaincre les producteurs qu’en étant solidaires et déterminés, ils ont le pouvoir de faire progresser leurs secteurs, peu importe leur nombre. C’est donc avec fierté que l’Union a décerné le prix Gérard-Filion à Guylaine Gosselin.

Les gagnantes 2017 du Gala Saturne des Agricultrices du Québec

Avec la participation de la ministre de la Condition féminine et ministre de l’Enseignement supérieur, Hélène David, les congressistes ont également rendu hommage aux lauréates dévoilées lors du Gala Saturne 2017, tenu le 21 octobre dernier, à Lévis. Les Agricultrices du Québec soulignent chaque année les compétences, la créativité, le courage, l’entrepreneuriat, la passion, les réalisations, bref, l’apport inestimable des agricultrices par leur présence soutenue tant à la ferme que dans leurs milieux social et syndical. Parmi ces femmes inspirantes et avant-gardistes venant de partout au Québec, quatre ont remporté les titres suivants :

Dans la catégorie Jeune agricultrice, madame Émilie Gaudreault du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Sa principale mission en tant qu’agricultrice est de valoriser le métier et le produit de la terre tout en faisant la promotion de la femme dans un domaine majoritairement masculin. Née dans une famille de producteurs, un lien palpable existe entre elle et l’agriculture.

Dans la catégorie Agricultrice de passion, madame Sylvie Lacoste du Bas-Saint-Laurent. Elle a appris à tout faire sur sa ferme et n’a pas peur d’expérimenter. Elle contribue au développement de l’agriculture en projetant une image positive de son entreprise. Être agricultrice, pour elle, ce n’est pas un métier, c’est une véritable passion.

Dans la catégorie Agricultrice entrepreneure, madame Catherine Lefebvre de la Montérégie-Ouest. Elle croit que les femmes de sa génération ont facilité l’arrivée de la relève agricole féminine. Passionnée d’agriculture, elle a su très tôt qu’elle deviendrait agricultrice. Sa persévérance lui a permis de se démarquer dans son secteur de production et d’atteindre ses buts.

Et finalement l’Agricultrice de l’année, madame Martine Bourgeois de la Montérégie-Est. Fière de faire partie de la 6e génération de l’entreprise familiale, son cheminement en tant que femme et agricultrice est unique. Elle a su garder un équilibre entre sa vie professionnelle, sa vie familiale et ses implications sociales. Elle a toujours osé relever les défis auxquels elle a été confrontée et est allée de l’avant pour atteindre ses objectifs.

Félicitations à tous ces gagnants et gagnantes!