Québec, 06 December 2019 — « La 95e édition du Congrès général de l’Union a permis de faire le point sur les enjeux agricoles de l’heure et les moyens nécessaires pour que l’environnement d’affaires des agriculteurs et des agricultrices soit à la hauteur des besoins », a déclaré le président général de l’Union des producteurs agricoles (UPA), Marcel Groleau, au terme du Congrès général 2019 de l’organisation qui s’est tenu les mardi 4 et mercredi 5 décembre à Québec.

PHOTOS | VIDÉOS ET NOUVELLES

Sous le thème Produire, nourrir, ici et maintenant, les quelque 600 participants ont profité du Congrès général pour échanger sur plusieurs enjeux de l’heure dans le secteur agricole, tels la fiscalité foncière, l’agroenvironnement, la protection de la zone verte, les programmes provinciaux et fédéraux de gestion des risques et les accords internationaux. Ces derniers ont d’ailleurs eu l’occasion d’accueillir la ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire du Canada, Marie-Claude Bibeau (VIDÉO), et le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec, André Lamontagne (VIDÉO).

« Les marchés de plus en plus ouverts représentent peut-être des opportunités, mais exigent que nos gouvernements soient compétitifs. Les agricultrices et les agriculteurs ne peuvent assumer seuls la pression exercée par les conflits commerciaux, la concurrence de limportation daliments étrangers qui ne respectent pas nos normes, les exigences environnementales et les attentes sociétales qui entraînent des coûts que nous ne pouvons transférer aux marchés », a continué le président général de l’UPA.

Les participants ont aussi pu assister à deux conférences permettant d’alimenter leur réflexion :

Parmi les résolutions les plus marquantes adoptées par les délégués, mentionnons :

  • Le plan de financement 2020-2024 de l’UPA, à partir duquel l’organisation pourra continuer de porter le message des agricultrices et des agriculteurs du Québec sur toutes les tribunes disponibles, dans toutes les sphères de la société, ici et ailleurs dans le monde.
  • Des modifications souhaitées à la Loi sur les producteurs agricoles, qui impose actuellement des limites à la façon de répartir le financement entre les entreprises agricoles.

Élections aux postes de dirigeants généraux

Marcel Groleau, producteur laitier de Thetford Mines et président général de l’UPA depuis 2011, ainsi que Martin Caron, producteur laitier et céréalier de Louiseville et premier vice-président depuis 2017, ont été réélus sans opposition. M. Paul Doyon, producteur laitier et acéricole de Saint-Joseph-de-Beauce, a quant à lui été réélu pour un deuxième mandat à la deuxième vice-présidence.

Des élections aux postes de dirigeants généraux de l’UPA se tiennent tous les deux ans. Pour briguer un poste d’élu dans l’organisation, il faut obligatoirement être agricultrice ou agriculteur.

Famille agricole de l’année

En marge du Congrès général, la Fondation de la famille terrienne a remis à la famille Boyer, de Vaudreuil-Dorion, en Montérégie, le titre de Famille agricole 2019. La famille de Pauline Ménard et Denis Boyer œuvre en production laitière et céréalière (Ferme Vaudal inc.). Les membres de la famille se distinguent par leur passion pour l’agriculture et sont devenus, au fil des ans, des ambassadeurs exceptionnels pour le secteur agricole.

Fiducie UPA-Fondaction

L’UPA et Fondaction ont profité du Congrès général pour annoncer la création d’une fiducie d’utilité sociale à but non lucratif au bénéfice non seulement des agriculteurs et des agricultrices du Québec, mais de toute la société. La nouvelle fiducie mettra à la disposition des producteurs et de leur relève des moyens nouveaux pour accéder à la terre et maintenir leurs activités. Elle donnera aussi au secteur agricole des outils lui permettant de concurrencer à armes égales les grands acquéreurs d’actifs agricoles.

Quatre grands prix d’excellence, des bourses et… un coup de cœur!

À l’occasion de La grande fête agricole et forestière (présentée par Desjardins), près de 800 convives ont célébré notre agriculture et notre forêt. Animé par Chantal Lamarre, ce gala festif fut notamment l’occasion de remettre quatre grands prix d’excellence.

  • Le prix ENVIRONNEMENT – Hélène-Alarie (présenté par Énergir) récompense des équipes qui ont mené des projets visant l’adoption de nouvelles pratiques agroenvironnementales, l’adaptation aux changements climatiques ou en faveur de l’agriculture et de la foresterie durables. Il a été remis cette année au Pôle d’excellence en lutte intégrée du Centre local de développement des Jardins-de-Napierville pour leur campagne Agrobonsens, qui simplifie la lutte intégrée en trois étapes, soit prévenir, suivre et guérir. Agrobonsens est aussi un répertoire de pratiques alternatives et d’entreprises engagées dans la réduction des pesticides.
  • Le prix DÉVELOPPEMENT – Gérard-Filion (présenté par Desjardins) met en lumière des réalisations et des gains obtenus collectivement dans les domaines de la mise en marché, du développement régional, de la protection du territoire, ou encore des actions déterminantes en faveur de la relève et de l’agriculture de proximité. Il a été remis cette année aux Éleveurs de porcs du Québec, qui ont préparé une proposition innovante d’ajustement de la formule servant à déterminer le prix de vente des porcs. S’appuyant notamment sur le prix obtenu par les acheteurs lors de la vente de la viande, cette proposition favorise un partage plus équitable des revenus du marché entre les éleveurs et les acheteurs. La formule soumise à l’arbitrage a été retenue intégralement par la Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec.
  • Le prix SOLIDARITÉ – Jean-Paul-Raymond (présenté par Fondaction) met à l’honneur l’engagement syndical ou des actions de mobilisation et de concertation menées par des groupes d’agricultrices et d’agriculteurs, ou de productrices et producteurs forestiers. Il a été remis cette année à la Fédération de l’UPA du Bas-Saint-Laurent pour leur projet « Services opération sécheresse ». Rappelons qu’en 2017 et 2018, les producteurs ont vécu une situation de sécheresse hors du commun. Bien que toutes les productions aient été affectées, le foin l’a été davantage en matière de rendement et d’étendue sur le territoire. Les analyses des données climatiques ont révélé que le Programme d’assurance récolte foin ne reflétait pas l’ampleur des pertes subies par les entreprises agricoles. La Fédération a instauré une opération massive pour trouver des solutions aux difficultés des entreprises agricoles par la création d’un bureau de coordination.
  • Le prix VALORISATION – Laurent-Barré (présenté par le Conseil canadien du commerce de détail, Les Compagnies Loblaw limitée, IGA et Metro inc.) couronne des initiatives inspirantes valorisant la profession, l’agriculture et la foresterie privée. Il a été remis cette année au Syndicat de l’UPA des Basses-Laurentides pour son escouade des fermiers en ville, qui s’oriente sur la formation d’animateurs de camp de jour ayant déjà de l’expérience en animation afin de les outiller à l’animation d’activités axées sur le monde agroalimentaire. Ces activités se veulent ludiques et permettent de capter l’attention des jeunes et de leur faire découvrir l’agriculture locale. Les enfants ont également l’occasion de visiter des fermes locales. Ce volet d’activités leur permet de mettre à profit les connaissances apprises au cours de l’été et de découvrir que des aliments qui se retrouvent dans leur assiette sont produits tout près d’eux!
  • Le prix COUP DE CŒUR (présenté par l’UPA) a été remis à André D. Beaudoin, qui quitte ce mois-ci ses fonctions de secrétaire général d’UPA Développement international. En poste depuis 2006, M. Beaudoin est un grand passionné d’équité et de défense des droits des agriculteurs en matière, notamment, de commerce international et de souveraineté alimentaire. Ses grandes qualités et ses convictions profondes ont représenté une richesse inestimable pour l’UPA, qui le remercie chaleureusement pour ses nombreuses réalisations et toutes ses années d’engagement.
  • Bourses SANTÉ ET SÉCURITÉ : grâce au soutien financier de ses partenaires, Desjardins Assurances et FERME, le Fonds santé et sécurité du travail de l’UPA a pu octroyer 15 nouvelles bourses pour l’exercice 2019-2020. Elles serviront à financer des initiatives collectives et porteuses en prévention. Félicitations aux fédérations de l’UPA de la Mauricie et de la Chaudière-Appalaches pour leurs projets de formation multirisques et de sécurité des enfants à la ferme.