Longueuil, 20 August 2020 — Alors que la pandémie de COVID-19 a mis en lumière plusieurs questions sur nos priorités et valeurs sociétales, l’Institut du Nouveau Monde (INM) et l’Union des producteurs agricoles (UPA) annoncent la tenue cet automne d’un important exercice participatif : le Dialogue sur l’autonomie alimentaire du Québec.

« Le préjugé favorable des Québécois pour les produits de chez nous a pris une tout autre dimension avec la pandémie. L’achat local a rapidement été mis en valeur par nos gouvernements, à la grande satisfaction des producteurs et des citoyens, et l’idée de consolider, voire d’accroître notre autonomie alimentaire a rapidement fait son chemin »,

a déclaré le président général de l’UPA, Marcel Groleau.
« L’autonomie alimentaire est un projet de société qui anime la population et qui mérite une réflexion approfondie. Où en sommes-nous, où voulons-nous aller et comment y arriver? Voilà le sens de cette démarche, qui se veut un rapprochement positif entre le monde agricole et les citoyens, en vue de créer de nouvelles solidarités, ainsi qu’une vision commune de notre avenir alimentaire », a complété Julie Caron-Malenfant, directrice générale de l’INM.

Ce dialogue sur l’autonomie alimentaire sera l’occasion d’accompagner les citoyens dans l’acquisition de connaissances sur les enjeux liés à cet important sujet et de prendre en compte la voix des producteurs, qui sont un maillon essentiel de cet enjeu stratégique. Il prévoit des occasions d’échanges ouverts et constructifs entre les producteurs agricoles et les citoyens, d’abord séparément, puis communément pour convenir d’un contrat social par la suite proposé à l’ensemble du Québec.

Au cours des prochains jours, des milliers de citoyens et de producteurs agricoles recevront une invitation à s’intéresser à la démarche et à soumettre leur candidature. Les premiers recevront l’invitation par courrier à la suite d’une sélection aléatoire par l’entremise des listes de Postes Canada. Les seconds seront sollicités par courriel par l’entremise de la liste des producteurs enregistrés au MAPAQ. Par la suite, les deux groupes sélectionnés par l’INM (composés chacun de 24 à 36 personnes) franchiront, de septembre à décembre, chacune des étapes prévues au Dialogue (lecture d’un document d’information; rencontres préparatoires et audition de spécialistes; délibérations et échanges entre panels, et adoption du contrat social). Des informations plus détaillées sur l’ensemble de la démarche, chacune des étapes et leur échéancier sont disponibles à l’adresse :
https://inm.qc.ca/dialogue-autonomie-alimentaire/.

Soulignons que l’INM assurera le secrétariat des activités et mettra à la disposition des participants une équipe de spécialistes en participation publique, en plus de coordonner les communications avec les panélistes, l’animation et l’analyse des activités. Par ailleurs, un comité aviseur composé d’experts de divers horizons s’assurera de la bonne orientation de la démarche. La composition de ce comité est également disponible sur le site de la démarche, dont le lien est indiqué ci-dessus.

Pour l’UPA, ce dialogue entre les producteurs agricoles et les citoyens, situés aux deux extrémités de la chaîne alimentaire québécoise, contribuera à faire évoluer auprès du public la question de l’autonomie alimentaire, incontournable pour la relance du Québec.

À propos de l’UPA
L’Union des producteurs agricoles est une organisation syndicale professionnelle qui a pignon sur rue dans chaque région du Québec. Sa mission principale est de promouvoir, défendre et développer les intérêts des 41 000 producteurs agricoles et des 134 000 propriétaires forestiers québécois. L’Union regroupe aujourd’hui 12 fédérations régionales et 25 groupes spécialisés.

À propos de l’INM
L’INM est une organisation indépendante et non partisane qui a pour ambition d’accroître la participation des citoyennes et des citoyens à la vie démocratique. L’action de l’INM a pour effet d’encourager la participation citoyenne et de contribuer au développement des compétences civiques, au renforcement du lien social et à la valorisation des institutions démocratiques. L’équipe de l’INM est animée par la conviction que la participation citoyenne renforce la démocratie.