Longueuil, 06 novembre 2015 — L’Union des producteurs agricoles (UPA) accueille positivement l’étude de l’Institut du Québec (IdQ) intitulée « L’industrie agroalimentaire : un puissant levier de développement économique pour le Québec ».
Avec sa contribution de 34,3 G$ dans le PIB du Québec (9,4 %), ses 500 000 emplois, ses 19,5 G$ de revenus pour les individus, ses 13,1 G$ en bénéfices pour les sociétés et les 13,2 G$ en recettes fiscales pour les gouvernements du Québec et du Canada, l’étude de l’IdQ confirme l’importance et la productivité du secteur agroalimentaire québécois.

« Les conclusions de l’IdQ vont dans le sens de ce que nous affirmons depuis plusieurs années : le secteur agroalimentaire est un puissant levier de développement pour le Québec et ses régions. D’où son importance dans l’actuel exercice de relance économique »

a déclaré le président général de l’Union, Marcel Groleau.

Le président de l’UPA a par ailleurs rappelé que le gouvernement du Québec, dans son discours sur le budget 2015-2016, a annoncé des coupes de 151 M$ (25 %) au budget annuel de La Financière agricole du Québec (FADQ). Cette décision a fait de l’agriculture le secteur le plus touché, nuisant ainsi à l’investissement, aux productions en émergence, à l’emploi et au développement régional. « Les données de l’IdQ confirment que l’agroalimentaire est un investissement rentable pour l’État. Elles militent également dans le sens d’un investissement substantiel, stable et à long terme dans le secteur agricole », a continué M. Groleau, précisant que le budget de la FADQ, pour l’année 2016-2017 et les années subséquentes, était encore inconnu.

« Il est impératif que les budgets nécessaires soient au rendez-vous, et ce, pour une période de 5 ans. Il faut en effet pallier aux risques inhérents à la pratique agricole, stimuler les investissements dans le secteur et permettre à l’agriculture de contribuer pleinement à l’économie du Québec », a ajouté le président de l’Union. D’où l’importance de moderniser les programmes dans le sens des recommandations du groupe de travail MAPAQ-FADQ-UPA afin de donner un signal clair aux producteurs qu’ils peuvent compter sur un horizon de stabilité pour investir et développer leur entreprise.