Longueuil, 09 novembre 2015 — Équiterre, la FQM, la FRAQ, la Fondation David Suzuki et l’UPA demandent au gouvernement du Québec d’accentuer ses efforts pour le maintien et le développement des activités agricoles.

Dans un souci de pérennité, de souveraineté alimentaire, de développement durable de l’activité agricole et pour stimuler le dynamisme des collectivités rurales et périurbaines, les représentants d’Équiterre, de la Fédération québécoise des municipalités (FQM), de la Fédération de la relève agricole du Québec (FRAQ), de la Fondation David Suzuki et de l’Union des producteurs agricoles (UPA) demandent au gouvernement du Québec d’accentuer ses efforts pour le maintien et le développement des activités agricoles.

declaration-commune-errolduchaine

La situation actuelle et celle anticipée commandent une attention particulière à notre ressource stratégique, inestimable et limitée qu’est la TERRE. Par le biais d’une déclaration commune, les organisations considèrent que l’agriculture doit :

• maintenir la capacité du Québec à nourrir ses citoyens;
• favoriser le dynamisme des collectivités rurales et périurbaines et, conséquemment, contribuer à l’occupation et à la vitalité des territoires;
• compter sur une relève bénéficiant d’un environnement d’affaires prévisible et durable;
• participer au développement de stratégies d’action visant notamment l’atteinte des grands objectifs en matière d’atténuation et d’adaptation aux changements climatiques;
• contribuer à protéger la diversité biologique du Québec.

Équiterre, la FQM, la Fondation David Suzuki, la FRAQ et l’UPA exhortent donc le gouvernement à agir rapidement pour :

• valoriser l’agriculture comme un secteur stratégique du développement économique et social des collectivités rurales et du Québec tout entier, aujourd’hui et pour l’avenir;
• assurer l’établissement du plus grand nombre de jeunes en agriculture en faisant en sorte, entre autres, qu’ils puissent acquérir la terre;
• offrir des milieux de vie viables permettant l’épanouissement des collectivités rurales et périurbaines et prenant en compte les particularités régionales et les caractéristiques de la zone agricole dans chacun des milieux;
• garantir une protection des activités agricoles et favoriser une utilisation du territoire agricole harmonieuse et durable;
• contrer le phénomène de financiarisation et d’accaparement des terres agricoles;
• mettre en valeur les paysages et la biodiversité de nos territoires.
Pour ces organisations, la destinée de nos terres agricoles est non seulement un enjeu crucial d’ordre alimentaire, elle porte aussi les conditions essentielles à la vitalité des régions du Québec.

Sans-titre-1