Québec, 16 février 2016 — La Fédération des producteurs acéricoles du Québec (FPAQ) et l’Union des producteurs agricoles (UPA) dénoncent fortement le manque de sérieux, d’objectivité, d’analyse et de fondement économique du rapport Gagné sur l’avenir du sirop d’érable québécois. « Les recommandations du rapport mèneront l’industrie acéricole à sa perte. Ce n’est pas de l’oxygène que M. Gagné veut donner à l’industrie, mais bien y mettre le feu », a déclaré le président de la FPAQ, Serge Beaulieu à l’occasion d’un rassemblement majeur réunissant, devant l’Assemblée nationale du Québec malgré une météo chancelante, plus d’un millier de producteurs acéricoles venus dire NON au rapport Gagné et OUI à la prospérité de leur secteur par le biais de leurs outils collectifs de développement.
« Le rapport Gagné possède tous les ingrédients pour détruire le plan conjoint acéricole et rendre inopérants les mécanismes mis en place démocratiquement par les producteurs. Il est clair qu’il s’agit d’une attaque en règle contre la mise en marché collective », a continué le président général de l’UPA, Marcel Groleau.

 

M. Gagné fonde son rapport sur une prémisse erronée. Les parts de marché du Québec, selon lui, seraient passées de 80 à 70 %, perdant 10 % de son marché aux mains des Américains. Rien n’est plus faux! C’est plutôt 75 % du marché mondial du sirop que le Québec a détenu au fil des ans avec des pointes parfois à la hausse, parfois à la baisse. Ce qui ne ment pas, toutefois, c’est qu’année après année, les ventes augmentent de façon impressionnante : les quantités de sirop vendues par l’agence de vente ont fracassé un nouveau record en 2015 et ont affiché une croissance de près de 11 % par année au cours des cinq dernières années! Si Bombardier affichait de tels résultats, personne ne dirait que cette entreprise est en difficulté! Le rapport est donc non fondé!

 

Un retour aux conditions économiques des années 80
L’analyse de ce rapport permet de constater que plusieurs recommandations sont irresponsables, qu’elles mèneront à la débâcle du leadership acéricole québécois, et qu’il y a visiblement un désir de ramener l’industrie 40 ans en arrière. « Un retour en arrière veut dire des variations de prix extrêmes, un sirop de qualité inégale, des producteurs qui n’arrivent plus à joindre les deux bouts, des baisses d’investissements sur les entreprises, et des institutions financières qui ne peuvent plus nous financer faute de savoir si nous vendrons notre sirop et à quel prix. Est-ce là la définition d’une industrie forte et compétitive? », a indiqué M. Beaulieu, précisant que la FPAQ attend depuis presque un an une réponse de la Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec à sa demande d’augmenter le contingentement. Si la Régie avait répondu aux attentes de la Fédération, il y aurait eu ce printemps 500,000 entailles supplémentaires au Québec.

 

Des conséquences financières désastreuses
Le rapport ne fait pas état de la perte de valeur que subiraient les propriétaires d’érablières en mettant fin au contingentement. La stabilité des revenus leur a permis d’emprunter pour améliorer leurs équipementset aménager leur érablière. La perte du contingent et l’insécurité quant aux perspectives d’avenir que cela engendrera vont rapidement faire diminuer la valeur des actifs, estimée à 2 G$ actuellement. Que diront les créanciers de cette perte? Quel sera l’impact sur la fiscalité municipale? Aucune évaluation des répercussions économiques n’a été présentée : c’est irresponsable!

La solution de M. Gagné pour développer nos marchés, lesquels, faut-il le rappeler, sont déjà en expansion, est de financer la réserve stratégique à même les fonds publics, alors qu’actuellement ce sont les producteurs eux-mêmes qui le font, et de laisser flotter les prix, en espérant qu’ils baissent suffisamment pour que les Américains se retirent du marché! Comme si, par magie devant la menace québécoise, les Américains allaient baisser les bras. D’ailleurs, à la faveur du dollar canadien faible, le prix du sirop établi au Québec signifie déjà une baisse majeure pour les producteurs américains! « Le Québec est encore, et de loin, la locomotive du marché acéricole. Les Américains y ont accroché des wagons, est-il besoin de faire dérailler le train pour les en empêcher? Le marché mondial peut prendre toute la production et, surtout, celle de qualité supérieure du Québec. Pas besoin de donner notre produit ou de démanteler une formule gagnante», a renchéri M. Groleau.

 

Des questions juridiques troublantes
Pour justifier un transfert de pouvoirs extraordinaires au ministre Pierre Paradis, le rapport Gagné va jusqu’à mettre en doute l’impartialité de la Régie. Il accorde surtout au ministre de l’Agriculture le pouvoir d’énoncer des orientations dans l’élaboration d’un plan conjoint, d’une convention de mise en marché et de tout règlement de mise en œuvre. Un tel ascendant ministériel sur un organisme quasi judiciaire comme la Régie est non seulement sans précédent, mais pose aussi des problèmes d’ordre juridique que le ministre ne pourra pas balayer du revers de la main. La séparation des pouvoirs entre l’exécutif et le judiciaire est en effet un principe fondamental dans notre société et est à la base de notre démocratie.

 

Les piliers de l’industrie acéricole en danger
Le plan conjoint, la réserve stratégique mondiale, l’agence de vente et le contingentement sont les piliers de la mise en marché de sirop d’érable québécois. Ces éléments ont permis de propulser notre industrie acéricole dans l’ère moderne de façon fulgurante. En 2015, deux records ont été établis par les producteurs grâce à ces outils de mise en marché : des ventes de 103,3 millions de livres de sirop d’érable et des exportations canadiennes de 92,8 millions de livres. « Ce n’est pas vrai que le ministre Paradis va mettre la hache dans nos piliers qui ont fait la force de notre industrie depuis 16 ans. Les producteurs acéricoles du Québec ne se laisseront pas faire. On s’est battu pour mettre en place ces piliers, on se battra encore pour les conserver! », a conclu le président de la FPAQ.

fpaq.ca@AcericoleQc – #erableunis

– 30 –

Source :
Patrice Juneau
Conseiller principal, Affaires publiques et relations médias
L’Union des producteurs agricoles
450 679-0540, poste 8591 | 514 702-8591 | pjuneau@upa.qc.ca

Caroline Cyr
Agente de communications
Fédération des producteurs acéricoles du Québec
450 679-7021, poste 8609 | ccyr@upa.qc.ca