Longueuil, 18 octobre 2018 — L’Union des producteurs agricoles (UPA) félicite le député de Johnson, André Lamontagne, pour son assermentation à titre de ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec.

M. Lamontagne représente depuis plusieurs années une circonscription à la croisée de la Montérégie et du Centre-du-Québec, deux régions qui réunissent plus du tiers des entreprises agricoles au Québec. Il est donc très familier avec les dossiers agricoles. Nous avons hâte de nous mettre à table avec lui pour discuter de nos propositions. Les attentes sont grandes et nous avons beaucoup de pain sur la planche,

a déclaré le président général de l’UPA, Marcel Groleau.
Pendant la campagne électorale, l’UPA a insisté sur plusieurs enjeux prioritaires, dont la protection du territoire agricole et l’accès aux terres pour la relève, la fiscalité foncière agricole, la gestion des risques, l’agroenvironnement et l’augmentation accélérée du salaire minimum.

Le nouvel Accord États-Unis–Mexique–Canada et la guerre commerciale que se livrent les États-Unis et la Chine viennent aussi en tête de liste des priorités. Les trois principales productions agricoles québécoises, c’est-à-dire le lait, le porc et les grains, sont déjà directement touchées ou le seront très bientôt. Le nouveau gouvernement québécois doit être attentif et accompagner ces productions.

L’UPA félicite aussi les nouveaux ministres de l’Environnement, Marie-Chantal Chassé, des Forêts, Pierre Dufour, des Transports, François Bonnardel, et des Affaires municipales, Andrée Laforest. Le secteur agricole a des dossiers importants avec chacun de ces ministères, au premier chef la mise en œuvre d’un plan vert agricole et l’enjeu de la fiscalité foncière.

Pendant l’assermentation, le premier ministre François Legault a insisté sur l’économie. Le secteur agricole possède tous les atouts pour profiter des opportunités sur les marchés d’ici et d’ailleurs, si les bons outils sont au rendez-vous,

a conclu M. Groleau.