Longueuil, 06 décembre 2018 — « La 94e édition du Congrès général de l’Union nous a permis de réfléchir à l’agriculture et l’alimentation de demain. Il a aussi permis de réitérer que notre avenir alimentaire passe par le respect de notre agriculture et le soutien aux producteurs et à la consommation d’aliments d’ici », a déclaré le président général de l’Union des producteurs agricoles (UPA), Marcel Groleau, au terme du Congrès général 2018 de l’organisation qui s’est tenu les mardi 4 et mercredi 5 décembre à Québec.

PHOTOS, VIDÉOS ET NOUVELLES

Sous le thème Nourrir en 2048, les quelque 600 participants se sont penchés sur cet enjeu majeur pour l’avenir du secteur agricole québécois. Dix-huit invités de renoms issus d’horizons variés ont permis d’alimenter cette réflexion par les présentations suivantes :

  • une grande conférence sous le thème de Un dialogue intergénérationnel sur le Québec de 2048;
  • quatre panels :
    • S’adapter aux changements environnementaux;
    • Innover et ajuster nos pratiques agricoles;
    • Suivre les tendances sociétales alimentaires;
    • Moderniser l’action collective.

« Dans un monde où tout change de plus en plus rapidement, quel avenir peut-on envisager pour un secteur qui conserve la même mission depuis toujours : celle de nourrir le monde? Cette question était au cœur de nos échanges tout au long du Congrès général », a continué M. Groleau.

Les participants ont eu l’occasion d’accueillir le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec, André Lamontagne, le secrétaire parlementaire du ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire et député de La Prairie, Jean-Claude Poissant, et le président de la Fédération canadienne d’agriculture, Ron Bonnett. Ils ont également adopté quatre résolutions importantes pour l’avenir de l’agriculture québécoise :

 

  • Mise en place d’un régime de taxation foncière agricole et forestière équitable;
  • Accord économique et commercial global, Partenariat transpacifique global et progressiste et Accord États-Unis–Mexique–Canada : indemnisations et soutien au développement des secteurs touchés;
  • Guerres commerciales et ses impacts sur l’agriculture du Québec;
  • Un juste partage du revenu provenant du marché pour les producteurs agricoles et forestiers.

 

Famille agricole de l’année

En marge du Congrès général, la Fondation de la famille terrienne a remis à la famille Bourgeois-Préfontaine, de Saint-Ours, le titre de Famille agricole 2018. La famille de Solange Préfontaine et Marcel Bourgeois, de la région de la Montérégie, œuvre en production d’œufs de consommation, acéricole et de grains. La Ferme St-Ours, qui bénéficie d’un rayonnement tant local qu’international, est un modèle d’excellence dans le monde agricole. En constante croissance, elle demeure une entreprise à échelle familiale où les enfants, comme les employés, font partie de la réussite.

 

L’entrepreneuriat collectif au cœur du modèle agricole québécois

Robert Laplante, directeur général de l’Institut de recherche en économie contemporaine, ainsi que M. Renaud Sanscartier, expert agroalimentaire chez Coop Carbone, ont présenté leur étude sur l’entrepreneuriat collectif en agriculture. Leurs travaux ont permis d’évaluer qu’environ 60 % des activités de l’UPA et de ses groupes affiliés constituent une forme d’entrepreneuriat collectif appartenant à l’économie sociale. Intitulée L’entrepreneuriat collectif au cœur du modèle agricole québécois, l’analyse confirme toute l’importance du rôle social et collectif tout à fait unique de l’UPA dans le paysage syndical québécois.

 

Lancement de l’outil Web VirageBio

Mettant en valeur l’expérience des producteurs agricoles chevronnés en agriculture biologique ainsi que l’expertise des professionnels et entreprises qui œuvrent dans le secteur, VirageBio est un nouvel outil Web qui vise à informer les producteurs agricoles sur les différentes facettes de la transition à l’agriculture biologique. Il regroupe une foule d’information qui permet de démystifier la réussite d’une transition harmonieuse à cette régie de production, tout en dressant un portrait du biologique dans les différentes filières de production (acériculture, grains, lait, fruits et légumes, viandes, etc.) Cet outil Web a été réalisé par la Table de développement de la production biologique de l’UPA, en collaboration avec le Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec, et le Centre d’expertise et de transfert en agriculture biologique et de proximité, grâce à une aide financière du Programme de développement sectoriel issu de l’accord Cultivons l’avenir 2 conclu entre les gouvernements du Canada et du Québec.

 

Quatre grands prix d’excellence, des bourses et… un coup de cœur!

À l’occasion d’un tout premier gala festif (présenté par Desjardins) réunissant plus de 700 convives, quatre grands prix d’excellence soulignant entre autres l’action collective, un prix coup de cœur ainsi que plusieurs bourses ont été remis.

 

  • Le prix ENVIRONNEMENT – Gérard-Filion (présenté par Énergir) récompense des équipes qui ont mené des projets visant l’adoption de nouvelles pratiques agroenvironnementales, l’adaptation aux changements climatiques, ou en faveur de l’agriculture et de la foresterie durables. Il a été remis cette année à l’Institut de recherche et de développement en agroenvironnement et aux Producteurs de pommes du Québec pour leur projet intitulé La Lutte contre le carpocapse de la pomme par confusion sexuelle, qui présente une méthode écologique visant à réduire l’utilisation des pesticides implantée dans 137 vergers au Québec.

 

  • Le prix DÉVELOPPEMENT – Hélène-Alarie (présenté par Desjardins) met en lumière des réalisations et des gains obtenus collectivement dans les domaines de la mise en marché, du développement régional, de la protection du territoire, ou encore des actions déterminantes en faveur de la relève et de l’agriculture de proximité. Il a été remis cette année à l’Association des producteurs de fraises et de framboises du Québec pour leur projet intitulé 10 ans de Fraîches du Québec. Depuis 15 ans, les producteurs travaillent de concert avec les pépiniéristes, acheteurs, fabricants de contenants, chercheurs pour développer une marque distinctive les fraîches du Québec. Aujourd’hui, une centaine de producteurs (25 %) utilisent la marque dont la notoriété est en hausse constante (43 % de 2016 à 2017).

 

  • Le prix SOLIDARITÉ – Jean-Paul-Raymond (présenté par Fondaction) met à l’honneur l’engagement syndical ou des actions de mobilisation et de concertation menées par des groupes d’agricultrices et d’agriculteurs, ou de productrices et producteurs forestiers. Il a été remis cette année au Réseau santé Beauce et aux Éleveurs de porcs de la Beauce pour leur projet intitulé Initiative régionale de contrôle d’éradication du syndrome reproducteur et respiratoire porcin. Cette initiative vise à inciter tous les producteurs porcins à adhérer à un contrat permettant une visite et un contrôle de la maladie par vaccination avec la collaboration de plusieurs partenaires (vétérinaires, pharmaceutiques…) et un taux d’adhésion de 97,55 % des producteurs.

 

  • Le prix VALORISATION – Laurent-Barré (présenté par La Financière agricole du Québec) couronne des initiatives inspirantes valorisant la profession, l’agriculture et la foresterie privée. Il a été remis cette année à l’UPA de la Capitale-Nationale—Côte-Nord pour son émission La Voie agricole, qui met au premier plan les producteurs agricoles, la relève ainsi que les différentes productions agricoles. Une centaine de producteurs ont participé à l’émission ces quatre dernières saisons, dont la moitié de la relève, donnant une grande visibilité dans les médias sociaux, d’autant qu’elle est maintenant diffusée en réseau, donc à travers tout le Québec.

 

  • Le prix COUP DE CŒUR (présenté par l’UPA) a été remis à la mairesse de Montréal, Valérie Plante, qui s’est démarquée en cours d’année par son appui à la cause agricole et rurale, plus particulièrement à la gestion de l’offre et à la protection des terres agricoles sur le territoire de la Communauté métropolitaine de Montréal.

 

  • Bourses SANTÉ ET SÉCURITÉ : grâce au soutien financier de ses partenaires, Desjardins Assurances et FERME, le Fonds santé et sécurité du travail de l’UPA a pu octroyer 17 nouvelles bourses pour l’exercice 2018-2019. Elles serviront à financer des initiatives collectives et porteuses en prévention. Félicitations aux fédérations de l’UPA de la Mauricie, du Centre-du-Québec et de l’Outaouais-Laurentides pour leurs projets en santé psychologique et sécurité du travail qui se sont démarqués.