Longueuil, 05 septembre 2019 — André D. Beaudoin, secrétaire général d’UPA Développement international (UPA DI) depuis 2006, a officiellement annoncé cette semaine qu’il quittera ses fonctions en décembre prochain. Il sera remplacé par l’actuel directeur du développement des affaires de l’organisation, Hugo Beauregard-Langelier.

André est un grand passionné d’équité et de défense des droits des agriculteurs en matière, notamment, de commerce international et de souveraineté alimentaire. Ses grandes qualités et ses convictions profondes ont représenté une richesse inestimable pour notre organisation. Je le remercie chaleureusement pour ses nombreuses réalisations et toutes ses années d’engagement, a déclaré le président général de l’UPA et président du conseil d’administration d’UPA DI, Marcel Groleau.

Propriétaire et exploitant d’une ferme laitière dans la région de la Mauricie pendant 28 ans, André D. Beaudoin est impliqué dans le syndicalisme agricole depuis 1982. À ce chapitre, il fut président de la Fédération des syndicats de gestion du Québec de 1985 à 1992 et membre de l’exécutif de la Confédération de l’UPA de 1987 à 1991. Il a par la suite été, en 1992-1993, responsable et coopérant pour le premier projet de l’UPA à l’étranger, à Dédougou au Burkina Faso. De 1994 à 2006, M. Beaudoin a occupé les fonctions de directeur général d’UPA DI. Il a été promu secrétaire général en avril 2006.

Dans le cadre de ses fonctions, M. Beaudoin a participé à de nombreuses missions outre-mer et a contribué de façon très significative au rayonnement de l’UPA à l’étranger. Son implication en coopération internationale et son penchant pour la solidarité entre sœurs et frères de terre, en Afrique de l’Ouest, en Amérique latine et ailleurs dans le monde, lui ont valu le respect et l’amitié d’un grand nombre de regroupements. Il est d’ailleurs une figure éminente au sein du Mouvement pour une agriculture équitable (MAÉ-MAÉ), lancé en mars 2004.

Son remplaçant, Hugo Beauregard-Langelier, est économiste agricole et possède une excellente connaissance des enjeux liés à la commercialisation, aux filières agricoles et agroalimentaires, aux régimes fonciers, au développement rural, au commerce international en agriculture, aux questions de sécurité alimentaire et aux organisations paysannes. Ses expériences auprès d’associations de producteurs et de productrices agricoles, d’institutions paragouvernementales, d’ONG et au sein d’UPA DI l’ont amené à travailler directement avec des agricultrices et des agriculteurs canadiens et africains à la mise en place de nombreux projets visant le développement de leur exploitation ou de leur filière.