Longueuil, 19 février 2020 — L’Union des producteurs agricoles (UPA) demande au premier ministre canadien Justin Trudeau de tout mettre en œuvre pour mettre fin pacifiquement, mais très rapidement au blocage des chemins de fer.

Le trafic ferroviaire est essentiel au bon fonctionnement du secteur agroalimentaire, de la terre à la table. Les éleveurs québécois, qui comptent sur un approvisionnement constant de propane tout l’hiver durant pour leurs bâtiments d’élevage, sont particulièrement à risque actuellement, a conclu le président général de l’UPA, Marcel Groleau.

Des éleveurs de diverses régions ont déjà reçu de leurs fournisseurs des avis les prévenant que les livraisons de propane pourraient être suspendues d’ici la semaine prochaine, menaçant ainsi la survie de leurs troupeaux (plus particulièrement les plus jeunes animaux et ceux de moindre taille).

L’UPA souligne par ailleurs que le rétablissement des livraisons, si elles sont perturbées (voire complètement arrêtées) d’ici quelques jours, ne se fera pas instantanément. Cette période de retour à la normale doit aussi être prise en compte par le gouvernement canadien, qui devra assumer ses responsabilités financières si les éleveurs subissent des pertes.

Une crise est à nos portes et M. Trudeau doit redoubler d’efforts pour l’éviter. Chaque jour qui passe nous rapproche d’une situation dramatique, tant du côté des bêtes que des éleveurs. Personne ne souhaite devoir prioriser quels animaux survivront et lesquels seront laissés à eux-mêmes, faute de propane et de chauffage essentiel à leur survie, a conclu M. Groleau.