2016 juin

50e anniversaire des Éleveurs de porc

Les 9 et 10 juin, Les éleveurs de porcs soulignaient leur 50e anniversaire dans le cadre de leur assemblée générale annuelle. Plus de 500 personnes étaient présentes parmi lesquelles tous les anciens présidents de l’organisation. Une vidéo a été réalisée ainsi qu’un livre magnifique livre souvenir sur l’histoire des Éleveurs, qui s’est d’ailleurs mérité un prix auprès de Graphika.

2016 mai

Deux prix pour la campagne de communication de l’Union « Pouvoir nourrir, pouvoir grandir »

Le 31 mai, l’Union remportait le prix bronze dans la catégorie «Meilleures publications externes» lors du Gala des prix d’excellence 2016 de la Société canadienne des relations publiques, pour sa campagne télévisuelle Pouvoir nourrir Pouvoir grandir.

Puis, le 17 juin, L’Union reporte un prix argent pour la catégorie « Excellence tactique – outil de communication » pour sa campagne télévisuelle Pouvoir nourrir Pouvoir grandir, réalisée avec l’agence TamTam TBWA, dans le cadre du Concours d’excellence de la Société québécoise des professionnels en relations publiques (SQPRP). Cette campagne publicitaire vise à valoriser l’agriculture en mettant à l’avant-scène les agriculteurs et a été lancée en février 2016. Le message clé de celle-ci: on peut compter sur ces passionnés qui ne comptent pas leurs heures.

 

Un levier pour le développement de l’industrie des boissons alcooliques artisanales

Les 25 et 26 mai, l’assemblée nationale adoptait la Loi sur le développement de l’industrie des boissons alcooliques artisanales (à base de petits fruits, de miel, etc.). Cette législation, entrée en vigueur à automne 2016, permet aux producteurs de vendre leurs produits en épicerie, leur donnant ainsi accès à un réseau potentiel de 8 000 nouveaux points de vente, un changement attendu par le secteur depuis de nombreuses années.

2016 avril

Forum provincial sur la santé psychologique

Le 27 avril, l’Union organisait un forum multirégion en simultanée dans 6 villes reliées par visioconférence.  Plus de 250 personnes ont pu suivre les différentes présentations sur la thématique de la santé psychologique chez les producteurs agricoles et les questions d’encadrement et de prévention de la détresse et du suicide. L’Union poursuit ce dossier avec un comité de travail et s’est également associé comme partenaire à l’organisation du tournoi de golf annuel au profit de l’organisme « Au cœur des familles agricoles» en août 2016.

100 000 arbres pour le milieu agricole

En 2016, l’Union a poursuivi sa collaboration avec le Jour de la Terre pour assurer, l’an prochain, la plantation de 100 000 arbres sur des terres agricoles de la ceinture verte du grand Montréal. En avril, un premier appel de propositions a permis à une vingtaine de projets de plantation de voir le jour sur le territoire de cinq fédérations régionales : Outaouais–Laurentides, Lanaudière, Mauricie, Centre-du-Québec et Montérégie. Grâce à une aide financière octroyant 5 $ l’arbre, un premier lot de 20 000 arbres a pu être planté. D’autres appels de proposition seront lancés en 2017 pour que les 80 000 arbres restants soient également mis en terre. Cette initiative, qui fait partie du programme « 375 000 arbres pour célébrer le 375e anniversaire de Montréal », est rendue possible grâce à la Fondation Cowboys fringants, la Fondation David Suzuki, La Compagnie Larivée Cabot Champagne et le gouvernement du Québec, par l’intermédiaire du Secrétariat à la région métropolitaine.

2016 février

50e anniversaire des producteurs de pommes de terre

Le 3 février, les producteurs de pommes de terre du Québec soufflaient les 50 bougies de leur regroupement. Durant ces 50 années, ces producteurs, réunis au sein d’une même organisation, se sont taillé une place enviable sur le marché nord-américain, en négociant, par exemple, des ententes avec de grands transformateurs comme Frito Lay. Un livre intitulée Épatante Patate et relatant l’histoire de la pomme de terre a été réalisé à cette occasion.

 

2016 janvier

L’association des producteurs de fraises et framboises reçoit le prix « produit agricole »

Le 27 janvier, l’association des producteurs de fraises et de framboises du Québec (APFFQ) remportaient le premier prix dans la catégorie « produit agricole » du Programme DUX, la reconnaissance ultime en alimentation. Grâce à leur vision et à leur travail concerté, l’APFFQ la pu développer des variétés de fraises – dites d’automne – ce qui permet de prolonger la saison des petits fruits rouges jusqu’à cinq mois. Le Gala DUX est un programme qui valorise les initiatives et vise à améliorer la santé par l’alimentation. C’était la première année qu’un prix était décerné pour un « produit agricole », suite à une recommandation de l’Union qui est partenaire de l’événement.

2015 décembre

Le nouveau programme Avantages UPA

Le 1er décembre, l’Union présentait son nouveau programme Avantages UPA, un programme sans frais, exclusif aux producteurs agricoles et forestiers. Grâce à des ententes négociées avec des partenaires et commerçants de prestige, le programme permet de bénéficier de rabais, de remises en argent, de forfaits et d’avantages sur différents services et produits. Déjà, cinq partenaires majeurs se sont joints au programme : Desjardins AgriCarte, Hewitt/Les équipements CAT, le Groupe Chrysler, le Groupe Hospitalité Westmont et Point S pour les véhicules lourds. Les informations sur le programme sont disponibles sur le site Web www.programmeavantages.upa.qc.ca.

La nouvelle revue de l’Union

Le 1er décembre, L’Union procédait au lancement du premier numéro de L’U, une nouvelle revue syndicale qui s’adresse à tous les producteurs et productrices agricoles du Québec. Complément à La Terre de chez nous, ce mensuel gratuit permet de rejoindre directement les agriculteurs de partout au Québec en présentant un tour d’horizon des actions et dossiers menés sur la scène provinciale, mais aussi aux niveaux local et régional. Depuis décembre 2015, neuf numéros ont paru et favorise un regard nouveau et engagé sur l’actualité agricole et les grands enjeux qui touchent directement les agriculteurs. Encartée dans la TCN pour les abonnés, livrés par la poste pour les autres producteurs, la revue est également disponible en version électronique au www.lu.upa.qc.ca.

2015 novembre

Sirop : 25 ans de mise en marché collective!

Le 19 novembre 2015, la Fédération des producteurs acéricoles soulignait les 25 ans du plan conjoint du sirop d’érable lors d’un banquet réunissant plus de 330 personnes.  Une vidéo a été réalisée pour souligner cet événement marquant et rendre hommage aux bâtisseurs.

2015 juillet

UPA DI a le vent dans les voiles

UPA Développement international (UPA DI)À l’été 2015, UPA Développement international (UPA DI) recevait un avis favorable pour deux projets de coopération internationale présentés au ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement (MAECD). Plus de 26 M$, incluant une contribution d’UPA DI, y seront alloués pour les cinq prochaines années. Cela s’ajoute à la programmation actuelle qui totalisera plus de 40 M$ au cours de cette période. UPA DI pourra poursuivre et même étendre sa mission auprès des agriculteurs et organisations agricoles du Burkina Faso, du Mali, du Sénégal, de la République démocratique du Congo, d’Haïti, du Salvador et de la Bolivie. Rappelons qu’UPA DI appuie les organisations agricoles des pays en développement, notamment par l’envoi de producteurs experts et de conseillers. Depuis 22 ans, elle a réalisé plus de 200 missions dans une douzaine de pays et créé autant de partenariats et d’alliances avec les représentants des producteurs et paysans du monde.

2015 juin

Bonification de la Loi sur l’Office national de l’énergie

Le 18 juin, des bonifications étaient apportées à la Loi sur l’Office national de l’énergie. Désormais, advenant un déversement non intentionnel ou non contrôlé, les compagnies qui transportent au moins 250 000 barils de pétrole par jour auront la responsabilité de payer le premier milliard de dollars de dommages et elles devront détenir les ressources financières en conséquence. Également, l’Office pourra réguler les pipelines sous sa juridiction durant tout leur cycle de vie, de la planification à l’abandon, en passant par la construction, l’exploitation, l’entretien et la cessation. Ces mesures, figurant dans les demandes de l’Union depuis plusieurs années permettront de protéger davantage les propriétaires fonciers dont les terres sont traversées par un pipeline.

Mémoire: Projet de loi C-46 modifiant la Loi sur l’Office national de l’énergie et la Loi sur les opérations pétrolières au Canada, 31/03/2015.

2015 mai

Forts et Unis pour la gestion de l’offre

20151002-vacheLe 25 mai, l’Union, la Coalition GO5 et les principaux acteurs de la filière agroalimentaire québécoise lançaient la campagne de mobilisation « Forts et unis pour la gestion de l’offre ». Plusieurs outils de communication ont été conçus (publicité imprimée, bannières, affiches, site Web, etc.) afin de multiplier les appuis à ce modèle agricole équitable actuellement menacé dans les négociations du Partenariat transpacifique (PTP).

Les 24 et 27 juillet, à la veille d’une importante séance de négociation du PTP où le Canada était appelé à se positionner, l’Union et la Coalition GO5 ont organisé deux importants rassemblements auxquels près de 2000 personnes ont participé.

Communiqué: Négociations du Partenariat Transpacifique (PTP), 25/05/2015.

Opinion: Forts et unis pour la gestion de l’offre, Marcel Groleau, 3/06/2015.

Communiqué: Rassemblement de Sainte-Marie, 24/07/2015.

Bouton-RS-site-UPA-TW Revivez l’événement de Sainte-Marie sur Twitter

Communiqué: Rassemblement de Roberval, 27/07/2015.

Bouton-RS-site-UPA-TW Revivez l’événement de Roberval sur Twitter

Protection du territoire et des activités agricoles

Le 20 mai 2015, l’Union et plusieurs partenaires (Conseil régional en environnement de Montréal, CSN, Équiterre, Fondation David Suzuki Québec, Mouvement Ceinture verte, Vivre en Ville) unissaient leur voix pour défendre l’avenir du régime québécois de protection du territoire et des activités agricoles. Cette sortie publique faisait suite à l’examen du fonctionnement de la Commission de protection du territoire agricole (CPTAQ) en commission parlementaire. Lors de ces audiences, nos organisations ont plaidé pour que la CPTAQ dispose des moyens lui permettant d’accomplir sa mission qui est de garantir la protection du territoire et des activités agricoles.

Communiqué: Pour nourrir le Québec : protégeons nos terres, priorisons notre agriculture, 20/05/2015.

Opinion: Protégeons nos terres, priorisons notre agriculture, Marcel Groleau, 20/05/2015.

2015 avril

100 000 arbres à planter

photo_officielle_plantation_protocolaire_jour_de_la_terreL’Union et le Jour de la Terre Québec feront équipe pour planter 100 000 arbres au cours des deux prochaines années dans la grande région métropolitaine. Cette annonce, faite le 21 avril, s’inscrit dans le cadre du programme 375 000 arbres lancé en octobre 2013 par le Jour de la Terre Québec, la Fondation David Suzuki, la Fondation Cowboys Fringants et la Compagnie Larivée Cabot Champagne. Les arbres revêtent une grande importance pour les producteurs agricoles et la plantation fait partie de leur quotidien. À preuve, depuis 15 ans, plus de 7000 kilomètres d’arbres ont été plantés sur les terres agricoles du Québec. Les 100 000 arbres et arbustes mis en terre permettront de réaliser divers types d’aménagement (bandes riveraines, haies brise-vent, boisés de ferme, etc.).

Communiqué: Les agriculteurs planteront 100 000 arbres dans la Ceinture verte du Grand Montréal pour le Jour de la Terre, 25/04/2015.

2015 mars

Un coup de pouce pour la culture de l’edamame

Le 3 mars, la Régie des marchés agricoles acceptait la demande de la Fédération québécoise des fruits et légumes de transformation d’inclure l’edamame à la définition de légume du plan conjoint. Notons que plusieurs partenaires ont appuyé les démarches de la Fédération dans ce dossier, dont l’UPA, Bonduelle, Spécialités Lassonde, l’Association québécoise de la distribution des fruits et légumes de transformation, Producteurs de grains du Québec et la Table filière.

2015 janvier

À la rescousse des terres patrimoniales

Le 22 janvier, l’UPA Capitale-Nationale–Côte-Nord lançait sur le Web une pétition pour que soient préservées les terres patrimoniales ayant appartenu aux Sœurs de la Charité dans les arrondissements de Beauport et Charlesbourg. Jusqu’à maintenant, plus de 3200 personnes ont signé la pétition qui demande le maintien de ces terres en zone agricole et la conservation de leur vocation première qui est de nourrir la population. Ces terrains ont été acquis à 195 000 $/ha dans le but d’y implanter un projet immobilier de 6500 unités résidentielles. Mentionnons cependant qu’à ce jour la CPTAQ n’a donné aucune autorisation dans ce dossier.

Opinion: Nos terres agricoles : un patrimoine à protéger!, Marcel Groleau, 14/01/2015.

2014 décembre

Une terre de plus en plus convoitée

UPA_Personnage_Famille_champLa terre n’est pas une marchandise que l’on peut produire. C’est un bien rare qui sert à la production d’un bien essentiel : la nourriture. Elle doit demeurer entre les mains de ceux et celles qui la cultivent et qui l‘habitent. Ces dernières années, les acquisitions de territoires agricoles à des fins spéculatives semblent pourtant se multiplier, raison pour laquelle, depuis décembre, l’Union milite pour la mise en place de mesures permettant de freiner le phénomène. Ces actions ont d’ailleurs amené le gouvernement à tenir une commission parlementaire spécifique sur cette question en mars dernier.

  • Le 2 décembre, l’UPA et la FRAQ tenaient une première conférence de presse afin de sensibiliser la population à cette problématique.
  • Les 16 et 17 mars, nos organisations présentaient en commission parlementaire des mémoires ainsi que de vibrants témoignages de jeunes ayant vu leurs rêves anéantis par des investisseurs venus acheter à gros prix les terres où ils voulaient s’établir.

Dans ce dossier, l’UPA et ses groupes affiliés proposent de limiter à 100 hectares par année pour une période de trois ans (300 ha en 3 ans), la superficie que toute personne ou entité peut acquérir à des fins autres que le transfert intergénérationnel. Cette proposition a notamment reçu l’appui de la Fédération québécoise des municipalités et de la Coalition pour la souveraineté alimentaire.

Opinion: Accaparement des terres : il est temps d’agir, Marcel Groleau, 22/10/2014.

Communiqué: Accaparement et financiarisation des terres agricoles, 02/12/2014.

Mémoire: Accaparement des terres agricoles, 16/03/2015.

2014 novembre

Développement de la production biologique

UPA_Personnage_mains_multiculuturelLe 28 novembre, à l’initiative de l’UPA, la nouvelle Table de développement de la production biologique (TDPB) prenait son envol. Elle réunit près d’une trentaine de personnes parmi lesquelles des représentants des groupes affiliés à l’Union (régions et secteurs de production) et plusieurs autres intervenants (Équiterre, Coopérative pour l’agriculture de proximité écologique, Conseil des appellations réservées et des termes valorisants, Centre d’expertise et de transfert en agriculture biologique et de proximité, Filière biologique, MAPAQ, AAC). Ce regroupement de leaders de l’agriculture biologique permettra d’optimiser les efforts actuellement consacrés au développement et à la mise en marché des produits issus de ce secteur.

Opinion: Agriculture bio : poser les bons gestes pour répondre à la demande, Marcel Groleau, 17/12/2014.

Opinion: Agriculture biologique : investir pour développer, Marcel Groleau, 23/09/2015.

Fiche technique: L’agriculture biologique au Québec.

2014 octobre

Des organisations toujours en mouvement

Le 2 octobre 2014, l’UPA a soufflé ses 90 bougies. Rappelons que l’Union catholique des cultivateurs (UCC), fondée en 1924, devenait, en 1972, l’Union des producteurs agricoles. Depuis, à chacun des grands rendez-vous de l’histoire, les agriculteurs et les agricultrices ont répondu présents. Ils ont, de ce fait, apporté une contribution significative au développement de la société québécoise, et en particulier de la société rurale. Que ce soit pour répondre à des attentes en termes d’efficacité, d’accès aux marchés ou encore de souveraineté alimentaire, c’est en défendant leurs valeurs et leur profession qu’ils ont participé activement à bâtir le Québec d’aujourd’hui.

2014 juin

Résolution unanime de la Chambre des communes en appui aux producteurs laitiers et fromagers

À ce sujet, soulignons que la Chambre des communes adoptait à l’unanimité le 18 juin 2014 une motion demandant au gouvernement de respecter ses engagements. Cette motion reprend l’essentiel des demandes adressées par les Producteurs de lait du Québec dans ce dossier, et enjoint le gouvernement canadien de :

« respecter sa promesse faite aux producteurs laitiers
et à l’industrie fromagère (…) en :

  • révélant sans délai les détails liés aux compensations financières qui seront versées;
  • prévoyant une période d’implantation de l’Accord,
    la plus longue possible;
  • mettant fin au contournement des contingents tarifaires et aux mauvais classements des produits à la frontière;
  • imposant les mêmes exigences de production et de transformation pour les produits qui seront importés;
  • s’engageant à fournir un soutien à la commercialisation. ».
2014 mai

Première mondiale : le rapport de responsabilité sociale des Éleveurs de porcs du Québec

Le 29 mai 2014, à l’occasion de leur AGA, Les Éleveurs de porcs du Québec dévoilaient leur premier rapport de responsabilité sociale. Réalisé conjointement avec le Groupe AGECO, ce rapport positionne l’organisation dans une démarche d’amélioration continue et de reddition de comptes officielle. Les Éleveurs, ainsi qu’une trentaine d’organisations et d’entreprises partenaires, ont été consultés afin d’évaluer leur perception des enjeux prioritaires en matière de gouvernance, d’environnement, de bien-être animal, de santé animale et de salubrité, d’économie, de bien-être des travailleurs et de cohabitation harmonieuse. Mentionnons aussi que le 5 juin 2014, l’Assemblée nationale adoptait à l’unanimité une motion pour souligner l’initiative des Éleveurs de porcs du Québec. Le ministre, Pierre Paradis, a, entre autres, rappelé le caractère responsable et innovateur des Éleveurs de porcs et les efforts qu’ils ont déployés en matière de développement durable au fil des ans.

Fonds dédié à la cessation d’exploitation de pipelines

Le 26 mai 2014, l’Office national de l’énergie rendait sa décision relativement aux Mécanismes de prélèvement et de mise de côté de fonds touchant la cessation d’exploitation de pipeline, exercice auquel l’UPA a participé activement. Cette décision prévoit que, dès 2015, les compagnies devront créer des fiducies pour amasser les fonds nécessaires aux activités de cessation. L’Office suivra de près l’administration de ces fiducies afin de sécuriser les sommes amassées (convention, énoncé des politiques de placement, nomination du fiduciaire, processus liés à l’utilisation des fonds).

2014 avril

Le Jour de la Terre : Un partenariat qui prend racine!

Le 22 avril 2014, le président de l’Union, Marcel Groleau, participait à la cérémonie protocolaire de plantation d’arbres soulignant l’édition 2014 du Jour de la Terre, au parc Jean-Drapeau. Cette activité donnait le coup d’envoi au programme En route vers le 22 avril 2017, un projet qui culminera lors du 375e anniversaire de la Ville de Montréal, et qui vise à planter 375 000 arbres sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal, territoire dont 58 % de la superficie se trouve en milieu agricole. M. Groleau a rappelé l’importance que revêtent les arbres en milieu agricole. En effet, pour les producteurs, planter un arbre est loin d’être un geste isolé. À preuve, depuis 15 ans, ce sont quelque 7 400 kilomètres d’arbres qui ont été plantés sur nos terres agricoles, soit l’équivalent de la distance entre Montréal et Brasilia !

50e anniversaire de la Fédération des producteurs d’œufs du Québec

Le 9 avril 2014, c’était au tour de la Fédération des producteurs d’oeufs du Québec de souligner, lors de leurs assises annuelles, le 50e anniversaire de leur fédération. Cette assemblée a été l’occasion de relater les moments marquants de l’histoire de la production et de l’organisation. La FPOQ, créée en 1964, est le premier regroupement agricole spécialisé à s’être doté d’un plan conjoint provincial de mise en marché et de production.

Chaire de recherche en droit sur la diversité et la sécurité alimentaires

L’Université Laval lançait, le 8 avril 2014 dernier, la Chaire de recherche en droit sur la diversité et la sécurité alimentaires. Rendue possible grâce à la contribution de trois partenaires majeurs du monde agricole, l’UPA, la FADQ et la Coalition GO5, cette nouvelle chaire a pour mission de promouvoir la recherche et la diffusion des connaissances juridiques afin d’assurer la promotion et la protection de la sécurité alimentaire. L’Union est fière de cette collaboration qui permettra d’offrir de nouveaux moyens au monde agroalimentaire pour relever les défis de la souveraineté alimentaire, de la réciprocité des normes, de l’accaparement des terres, etc. Au cours des cinq prochaines années, 1 M $ seront investi dans divers travaux dans le but, notamment, d’analyser et d’élaborer de nouveaux instruments juridiques au regard de l’objectif de la sécurité alimentaire durable.

Forum nord-américain sur l’agriculture familiale

Les 7 et 8 avril 2014, dans le cadre de l’Année internationale de l’agriculture familiale, Québec était l’hôte d’une large réflexion sur les enjeux de l’agriculture familiale en Amérique du Nord. Organisé par UPA DI, en collaboration avec l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le forum a réuni des représentants d’organisations agricoles du Canada, du Mexique et des États-Unis. En dépit de leur réalité différente, les participants sont parvenus à formuler une quinzaine de recommandations afin de maintenir et développer l’agriculture familiale sur le continent nord-américain. Ces dernières feront l’objet de discussions lors de la rencontre mondiale sur l’agriculture familiale que tiendra l’ONU, à Rome, en octobre prochain.

Pour la santé des pollinisateurs

Les néonicotinoïdes continuent de susciter de l’inquiétude tant du côté des apiculteurs que des producteurs de cultures. Ce printemps, le MAPAQ annonçait des investissements dans la recherche afin de parfaire les techniques de dépistage des insectes nuisibles et maintenir des services-conseils en dépistage. De plus, des démarches ont été réalisées auprès des semenciers pour les inciter à offrir aux producteurs un plus large choix de semences non traitées. Ces interventions vont dans le sens des demandes qui ont été adressées par l’Union. Dans ce dossier, le travail se poursuit avec les gouvernements, l’industrie et les producteurs afin que le dépistage soit accessible et offert à tous et que l’accès à l’ensemble des cultivars se concrétise réellement.

Québec révise les conditions d’utilisation des néonicotinoïdes

Une aide pour réduire les dommages causés par les oiseaux migrateurs

En avril 2014, l’UPA et le MAPAQ mettaient la dernière main au nouveau programme d’effarouchement des oiseaux migrateurs en milieu agricole. Ce programme, attendu depuis plusieurs mois, aidera les entreprises à réduire les dommages causés aux cultures par le passage de la sauvagine, et ce, dans le respect des principes de développement durable. Chacune des fédérations participantes doit élaborer un plan d’action en décrivant les interventions préconisées, afin de réduire les problèmes associés à la présence des oies sur les terres agricoles de son territoire. Le financement du programme est assuré jusqu’en 2018 et le budget annuel qui y est alloué est de 250 000 $ pour les activités (un ajout de 50 000 $), en plus de 20 000 $ pour les frais de coordination et de réseautage et 20 000 $ pour les frais d’administration du programme par le CDAQ.

2014 février

De nouveaux projets par bassin versant

En février 2014, 6 nouveaux projets de gestion de l’eau par bassin versant étaient lancés et concernent 538 producteurs agricoles. La qualité de l’eau en milieu agricole étant une priorité environnementale, l’Union en assurera la coordination provinciale en appuyant le travail des chargés de projets sur le terrain. Au total, depuis 2005, la collaboration entre le MAPAQ, AAC, le ministère de l’Environnement et l’Union a permis le démarrage de 63 de ces projets auxquels ont été associées quelque 5 600 entreprises agricoles. De ces regroupements, émergent des solutions concrètes aux problématiques agroenvironnementales, adaptées à la réalité des fermes québécoises.

2014 janvier

Une assurance récolte pour les petites fermes maraîchères

Le 31 janvier 2014, La Financière agricole annonçait la mise en place d’un nouveau programme d’assurance récolte pour les entreprises maraîchères qui cultivent plusieurs productions sur de petites superficies. Réclamé par la Fédération d’agriculture biologique pour couvrir des pertes de type « catastrophe », ce programme s’adresse aux entreprises produisant 10 espèces ou plus de légumes, de petits fruits, de fines herbes ou de pommes de terre, et ce, sur une superficie minimale de 0,8 hectare.

Les agriculteurs maraîchers de proximité auront enfin droit à l’assurance récolte

Une boîte à outils pour faciliter le démarrage d’entreprise agricole

Au début de janvier, le Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec (CRAAQ) lançait le nouveau service en ligne Agro-démarrage. L’Union et la FRAQ ont été étroitement associées à la réalisation de cette boîte à outils virtuelle visant à aider les futurs agriculteurs de même que les producteurs ayant un projet de diversification de leur entreprise. Le site regroupe plus de 400 hyperliens et outils de recherche thématiques, tous classifiés selon cinq grandes étapes du processus de lancement et de consolidation d’une entreprise agricole ou alimentaire (préparation, définition du projet, rédaction du plan d’affaires, recherche de financement et actions pour assurer la pérennité de l’entreprise).

Des élevages à protéger

Le virus DEP a fait craindre le pire aux producteurs de porcs du Québec tout au long de l’année. On ne peut passer sous silence le travail exceptionnel de l’Équipe québécoise de santé porcine (dont Les Éleveurs de porcs, les abattoirs et l’AQINAC) qui a, sans relâche, travaillé à l’instauration de mesures de prévention, mais également à la sensibilisation des éleveurs et intervenants de la filière à l’importance de respecter les mesures sanitaires mises en place pour prévenir la propagation de la maladie. Dans ce domaine, la partie n’est jamais totalement gagnée, mais il demeure que le travail fait au Québec a donné, jusqu’à maintenant, de super résultats !