Le rendez-vous automnal attendu avec impatience tous les ans par des milliers de citoyens était de retour dimanche dernier à l’occasion de la journée Portes ouvertes sur les fermes du Québec. Encore une fois cette année, plus d’une centaine d’entreprises agricoles ont ouvert généreusement leurs portes pour présenter et expliquer leur vie à la ferme et leurs méthodes de production.

Au même titre que d’autres grands événements agricoles québécois, comme les foires et les expositions, les Portes ouvertes permettent aux citadins de jaser d’agriculture avec celles et ceux qui en vivent. Cette grande rencontre entre la ville et la campagne est non seulement positive pour la valorisation de notre profession, mais aussi grandement souhaitée par les citoyens. En effet, les gens se préoccupent de plus en plus de leur alimentation et veulent en savoir davantage sur ce qu’ils trouvent dans leur assiette et sur la production des aliments.

L’achat local, les pratiques agricoles respectueuses de l’environnement et du bien-être animal font partie des préoccupations des gens. Les Portes ouvertes permettent de répondre à ces questions.

L’activité constitue aussi une grande fierté pour le monde agricole. Nous sommes fiers de notre métier et de nos réalisations. Répondre aux questions des citadins qui s’y intéressent est donc très valorisant. L’activité en est à sa douzième édition. Au total, c’est environ 1 500 fermes de toutes les régions du Québec qui ont ouvert leurs portes. C’est aussi près de 22 000 bénévoles qui ont consacré du temps à aider les productrices et les producteurs à recevoir tout ce beau monde à la ferme. Il y a lieu de remercier et de féliciter chaleureusement tous ces producteurs et bénévoles, sans qui une activité comme les Portes ouvertes ne pourrait connaître un succès aussi important. En effet, quelque 1,7 million de visiteurs ont sillonné les campagnes depuis la première édition en 2003, incluant plusieurs dizaines de milliers de personnes au parc Jean-Drapeau ces 3 dernières années.

Les Portes ouvertes représentent aussi une occasion unique d’impliquer l’ensemble des partenaires de la filière, de la terre à la table, autour d’une seule et même activité. Au fil des ans, les producteurs, les transformateurs, les distributeurs, les gouvernements et les communautés universitaires, scientifiques, financières et environnementales ont mis la main à la pâte. J’en profite d’ailleurs pour remercier l’ensemble des partenaires de cette année pour leur soutien, dont le Mouvement Desjardins, le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec, Provigo, membre du groupe Loblaw, Promutuel Assurance, Agropur coopérative, La Financière agricole du Québec et Arctic Gardens.
La participation de partenaires à l’activité au parc Jean-Drapeau mérite aussi d’être soulignée, soit la Faculté des sciences de l’agriculture et de l’alimentation de l’Université Laval, le Campus Macdonald de l’Université McGill, l’Ordre des agronomes du Québec, l’Association des expositions agricoles du Québec, Les Brasseurs du Nord, la Ville de Montréal et le parc Jean-Drapeau. La Terre de chez nous et le magazine Vivre à la campagne ont agi encore une fois cette année à titre de partenaires médias officiels de l’activité. La participation de nos partenaires est fortement appréciée par l’Union ainsi que par l’ensemble des producteurs agricoles du Québec. Merci beaucoup pour le soutien apporté à cette activité de rapprochement entre la ville et la campagne, entre notre agriculture et l’assiette des Québécois.


Éditorial La Terre de chez nous

Semaine du 10 au 16 septembre 2014
Marcel Groleau, président général