Vous avez peut-être remarqué qu’à la télévision ces derniers jours, de même que sur le Web, les producteurs agricoles du Québec volent la vedette dans une publicité produite par l’Union.

Une publicité qui présente ce que nous sommes, dans l’action et dans l’accomplissement de nos tâches quotidiennes. Des hommes et des femmes qui s’investissent dans leur travail afin de produire des aliments pour nourrir les Québécois, mais aussi les gens d’ailleurs, et faire grandir et prospérer la société québécoise. Ces hommes et ces femmes ont à cœur la transmission de leurs valeurs et de leur savoir-faire. Ce sont vos familles, vos voisins, vos amis, qui, chaque jour, sont au poste pour s’occuper de leurs troupeaux, de leurs champs et de leurs forêts.

Cette campagne de promotion de notre profession permettra aux consommateurs et aux citoyens du Québec de prendre conscience de la diversité et de la richesse de notre agriculture.

Cette semaine, on apprenait que quatre millions de personnes vivent maintenant dans la région de Montréal. C’est la moitié de la population du Québec. Quatre millions de personnes à Montréal par rapport à 40 000 producteurs à travers le Québec répartis dans 28 000 entreprises agricoles. Nous sommes tout de même le réseau d’entreprises le plus important au Québec. Les gens ne sont plus en contact avec ce qui se passe dans nos campagnes et dans nos fermes. Il faut combler ce fossé entre urbains et ruraux, entre agriculteurs et consommateurs.

Il arrive régulièrement lors de rencontres avec des producteurs qu’on me mentionne le désintéressement des gens pour l’agriculture et l’absence de reconnaissance ressentie par les producteurs en regard du travail énorme qu’ils accomplissent chaque jour. Cette publicité met donc en vedette les artisans de l’agriculture du Québec, les producteurs et les productrices. Les images qui se succèdent montrent des gens fiers, compétents et travaillants. Des producteurs de toutes générations, hommes et femmes, en contact à la fois avec le vivant et les nouvelles technologies, conscients et soucieux de leur environnement et de la qualité des aliments qu’ils mettent en marché. La terre nourrit et produit seulement si quelqu’un la cultive, et ce quelqu’un, c’est nous. Il faut montrer que l’agriculture et la foresterie qui ont forgé le Québec sont toujours bien vivantes et modernes.

Cette campagne télévisée s’inscrit dans la foulée de modernisation de notre organisation, l’Union des producteurs agricoles. Notre nouvelle signature POUVOIR NOURRIR POUVOIR GRANDIR résume la promesse de ce que nous sommes, et elle sera exceptionnellement mise de l’avant cette année pour valoriser et faire rayonner notre profession autant que notre organisation. La campagne se déroulera du 23 février au 30 mars, soit sur une période de cinq semaines. Notre message pourra être vu lors d’émissions diffusées aux heures de grande écoute, comme Le Téléjournal, L’épicerie, 30 vies, Tout le monde en parle et bien d’autres. Elle sera également sur ICI RDI, ICI Explora et ICI ARTV. Cette publicité télévisée est un peu la pierre angulaire d’une stratégie comprenant notamment une présence accrue sur le Web et sur les réseaux sociaux. Je vous invite d’ailleurs à me rejoindre sur Twitter (@GroleauM) pour échanger sur les enjeux en agriculture ou tout simplement faire partie de la communauté de plus en plus importante d’agriculteurs actifs sur ce réseau.

En tant que producteurs et productrices agricoles, nous jouons un rôle important dans l’évolution de nos communautés et de la société.

J’espère que vous serez parmi les quelque cinq millions de personnes qui auront visionné cette publicité d’ici la fin mars sur les ondes de Radio-Canada, soit plus de 75 % de la population du Québec selon les estimations.

Vous aussi vous pouvez contribuer à faire rayonner notre profession et notre organisation en partageant cette publicité de 30 secondes sur les réseaux sociaux. Elle est aussi disponible en ligne sur le nouveau site de l’Union. Finalement, j’espère que, comme moi, lorsque vous verrez cette campagne, vous ressentirez cette émotion de fierté de faire partie d’une communauté d’agriculteurs dynamiques regroupés dans l’Union, une organisation en mouvement.


Éditorial La Terre de chez nous
Semaine du 4 au 10 mars 2015
Marcel Groleau, président général