Au Sommet sur l’alimentation de novembre dernier, le gouvernement du Québec a notamment désigné comme cible l’ajout de 10 G$ de contenu québécois dans les produits alimentaires achetés au Québec (de 24 G$ à 34 G$ en 2025).

Parmi les initiatives permettant d’atteindre cette cible, il faudra nécessairement aider les consommateurs à faire des choix éclairés en priorisant l’identification des produits qui détiennent les certifications Aliments du Québec et Aliments préparés au Québec. L’UPA en a d’ailleurs fait une recommandation formelle dans son plan agricole proposé au gouvernement provincial en vue de la future politique bioalimentaire québécoise.

Fondé en 1996 par les membres de la Filière agroalimentaire québécoise, le Conseil de promotion de l’agroalimentaire québécois (Aliments du Québec) est le seul organisme qui certifie la provenance québécoise des denrées. Sa mission est de promouvoir l’industrie agroalimentaire par le biais des marques Aliments du Québec, Aliments préparés au Québec et leurs déclinaisons respectives.

Un aliment du Québec, c’est tout produit entièrement québécois ou composé d’un minimum de 85 % d’ingrédients d’origine québécoise, et ce, à condition que tous les ingrédients principaux proviennent d’ici. De plus, toutes les activités de transformation et d’emballage doivent être réalisées au Québec.

Un aliment préparé au Québec, c’est tout produit entièrement transformé et emballé chez nous. En outre, lorsque les ingrédients principaux sont disponibles au Québec en quantité suffisante, ils doivent être utilisés.

Depuis mars 2013, il existe aussi une déclinaison biologique des marques Aliments du Québec et Aliments préparés au Québec.

Grâce à ses 20 000 produits certifiés et à ses 1 200 entreprises adhérentes constituées de 20 % d’agriculteurs, de 29 % de producteurs-transformateurs, de 48 % de transformateurs et de 3 % de pêcheurs-aquaculteurs-transformateurs de produits de la pêche, Aliments du Québec jouit d’un taux de notoriété enviable auprès des consommateurs de chez nous (97 %).

L’attachement des entreprises adhérentes est aussi indéniable : en avril 2016, 95 % d’entre elles disaient croire que les marques gérées par Aliments du Québec sont crédibles aux yeux des consommateurs; 93 % affirmaient même qu’elles sont essentielles à la reconnaissance des produits locaux. Une nouvelle campagne promotionnelle lancée à compter de janvier dans les grands médias québécois et notamment à la télévision permettra d’assurer le maintien de la notoriété des marques auprès des consommateurs.

Qu’il s’agisse de l’identification des produits ou des diverses plateformes employées pour les faire connaître, Aliments du Québec est toujours à l’affût d’idées novatrices pour mener à bien sa mission. L’organisme est à l’écoute de ses adhérents, montre beaucoup d’ouverture à l’égard de leurs besoins et voit à développer des outils ou des services susceptibles de les aider pour s’assurer, notamment, qu’ils soient bien représentés au sein du regroupement.

L’Union et Aliments du Québec unissent leurs forces par l’entremise d’activités, d’événements ou de campagnes promotionnelles dans la valorisation de l’achat local. Au cours de la dernière année, les deux organisations ont entre autres travaillé en collaboration dans le cadre des Portes ouvertes sur les fermes du Québec, du Congrès général de l’UPA, de la Journée annuelle Aliments du Québec vous invite à sa table et plus encore. Convaincus que c’est ensemble qu’ils obtiendront les meilleurs résultats, l’Union et Aliments du Québec continueront de travailler de concert en 2018 pour la promotion des produits d’ici.

J’encourage fortement les productrices et producteurs admissibles à faire la promotion de leurs produits en adhérant à Aliments du Québec, parce que comme l’indique la nouvelle campagne de l’organisme, les aliments d’ici sont remarquables!

Éditorial La Terre de chez nous
Édition du 14 au 20 février 2018
Marcel Groleau, président général