Cette année encore, la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) se joint à l’Union des producteurs agricoles (UPA) pour souligner la Semaine de la santé et de la sécurité du travail en agriculture qui se tiendra du 10 au 16 mars prochains. Notre thème, la prévention des chutes, a été présenté lors du Colloque annuel des partenaires en prévention qui a eu lieu le 7 février dernier à Shawinigan.

Des activités de prévention vous seront proposées dans toutes les régions du Québec au cours de cette semaine et tout au long de l’année. Je vous invite à y participer, car elles sont conçues pour vous et pour vos employés. Pourquoi agir en prévention? Tout simplement parce qu’il y a trop d’accidents dans notre secteur.

Les statistiques de la CNESST chiffrent leur nombre à 1 000 par année. Si l’on ajoutait tous les événements dont on ne parle pas, à combien en serait-on?

Les chutes en agriculture sont nombreuses, trop fréquentes. Elles représentent près de 20 % des lésions indemnisées par la CNESST en agriculture. On tombe de haut : des silos, des toits, des passerelles, des mezzanines. On tombe dans des trous, dans des puits. On tombe des tracteurs, des échelles, des escabeaux. On tombe parce qu’on a glissé sur le plancher, qu’on a perdu pied en descendant une marche ou qu’on a trébuché sur un obstacle au sol… qui aurait dû être rangé.

Les mesures de prévention sont pourtant connues. En voici quelques exemples : des méthodes de travail sécuritaires comme monter ou descendre du tracteur de face, des espaces de travail dégagés et secs, des échelles et des escabeaux en bonne condition, conformes et appropriés aux tâches à réaliser, des rampes et des garde-corps solidement fixés et de l’équipement individuel de protection adéquat comme des chaussures de sécurité aux semelles antidérapantes et des harnais avec tous les systèmes d’ancrage requis.

Comme vous pouvez le constater, la prévention des chutes est à la portée de chacun de nous. La seule chute acceptée pour nous est celle du taux d’accidents en agriculture! À titre d’employeurs, il est de notre responsabilité de fournir un milieu de travail sécuritaire. La prévention, c’est une affaire de gros bon sens qui commence par une bonne planification des travaux à exécuter. On doit déterminer les tâches à réaliser, l’équipement à utiliser, les méthodes de travail à déployer et les consignes de sécurité à respecter. Y a-t-il de la formation particulière à donner à nos employés? De l’équipement de protection individuelle est-il requis?

Communiquez avec votre fédération régionale pour connaître les activités de sensibilisation de votre région. Pour en savoir plus en prévention, je vous invite aussi à visiter notre nouveau site Web (santesecurite.upa.qc.ca). Et si jamais vous souhaitez obtenir un accompagnement plus personnalisé, je vous rappelle que la Mutuelle de prévention de l’UPA peut vous aider tout en vous permettant de faire des économies importantes sur vos cotisations de CNESST.

Éditorial La Terre de chez nous
Édition du 6 au 12 mars 2019
Martin Caron, premier vice-président