Le Comité sectoriel de main-d’œuvre de la production agricole (AGRIcarrières) soulignera bientôt ses 25 ans. Fondé en concertation avec l’UPA, la Société québécoise de développement de la main-d’œuvre (SQDM) et Développement des ressources humaines Canada (DRHC), sa mission est de soutenir et valoriser l’emploi, la main-d’œuvre et le développement des ressources humaines afin de contribuer à la prospérité du secteur agricole.

À titre d’organisation reconnue par la Commission des partenaires du marché du travail (CPMT), une instance nationale de concertation regroupant des représentants des employeurs, de la main-d’œuvre, du milieu de l’enseignement, des organismes communautaires et d’organismes gouvernementaux, AGRIcarrières tâche depuis sa fondation, via notamment les Centres d’emploi agricole (CEA), de susciter la fierté de se réaliser dans le secteur agricole et de faire des ressources humaines un facteur clé de succès dans l’amélioration des emplois et de la performance des entreprises agricoles

La participation active d’AGRIcarrières à l’annonce du 17 avril, c’est-à-dire l’investissement de 45 M$ prévu par le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, André Lamontagne, et le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, pour combler les besoins en main-d’œuvre dans le secteur agricole québécois, est une réalisation éloquente.

En vertu de cette entente officiellement signée le 15 mai, AGRIcarrière et l’UPA pourront offrir, selon les paramètres déterminés par le gouvernement, un incitatif pour le recrutement de travailleurs agricoles, rendre disponible une aide financière à la formation des nouveaux employés et soutenir les CEA.

L’annonce d’avril permettait aussi le lancement de la campagne Travailler à la ferme : J’y vais sur-le-champ!, qui se veut un appel à la mobilisation des Québécois et Québécoises qui souhaitent contribuer à nourrir le Québec. En date du 22 mai, près de 154 000 citoyens et citoyennes ont consulté les sites Emploiagricole.com, Agricarrieres.qc.ca et Agrijob.info pour en savoir plus. Plus de 10 600 d’entre eux ont déposé leur curriculum vitae et 337 travailleurs ont été jumelés à l’un ou l’autre des 348 employeurs inscrits jusqu’à maintenant. L’objectif, compte tenu du nombre peu élevé de travailleurs étrangers temporaires cette année en raison de la pandémie, est de jumeler quelque 1 500 candidats, principalement pendant la saison des récoltes.

Comme tous les autres comités sectoriels de main-d’œuvre, AGRIcarrières assure depuis sa fondation la représentativité du secteur, développe le partenariat et la concertation entre les partenaires et contribue au développement, à la reconnaissance et à la pleine utilisation des compétences de la main-d’œuvre en agriculture. Il travaille aussi à l’amélioration des pratiques en gestion des ressources humaines dans les entreprises agricoles, tout en

contribuant à l’enrichissement de la connaissance du marché du travail par la collecte et la diffusion d’informations stratégiques afin de mieux anticiper les demandes des secteurs de production et de prévoir leur évolution.

AGRIcarrières est une belle démonstration d’action collective ainsi qu’un des fleurons parmi les nombreux services offerts par l’UPA aux producteurs agricoles du Québec. Toutes mes félicitations pour ces 25 années!