Le succès des Portes ouvertes sur les fermes du Québec, depuis la toute première édition en 2003, témoigne de l’intérêt des citoyens pour ce qu’ils mettent dans leur assiette. La crise sanitaire des deux dernières années n’a fait qu’accentuer cet engouement en l’associant encore plus directement à un projet de société fortement rassembleur, c’est-à-dire l’autonomie alimentaire.

Après deux années de pause, la formule de l’événement a été complètement revisitée. Les Portes ouvertes Mangeons local se tiendront désormais de la fin juillet à la mi-septembre sur une trentaine de fermes et seront répertoriées dans un tout nouveau calendrier d’activités disponible dans l’application Mangeons local. Les producteurs hôtes pourront ainsi faire visiter leurs fermes en tenant compte de la saisonnalité de leurs récoltes. Au programme : visites animées, dégustations, circuits thématiques, découvertes, ateliers, autocueillette, etc.

À l’instar de l’an dernier, quatre ambassadeurs effectueront des tournées en présence des médias et des partenaires régionaux. Les animateurs Marie-Eve Janvier, Vanessa Pilon et Rémi-Pierre Paquin, ainsi que la créatrice culinaire Lindsay Brun, visiteront les régions du Bas-Saint-Laurent, de la Capitale-Nationale–Côte-Nord, de la Montérégie et de Lanaudière, selon le cas.

En prenant racine sous l’égide du mouvement Mangeons local plus que jamais, lancé en plein cœur de la crise sanitaire il y a deux ans, l’événement va dorénavant bien au-delà d’une saine curiosité pour les gens de la terre et la production d’aliments. Lancé en pleine pandémie, le mouvement propose en effet d’agir collectivement en privilégiant la consommation locale pour : découvrir la diversité et la qualité des produits d’ici; nous approvisionner en aliments frais et de qualité; diminuer notre empreinte environnementale grâce à des circuits courts; contribuer au dynamisme de nos régions; participer à un mouvement de solidarité qui soutient l’économie du Québec.

Les Portes ouvertes Mangeons local seront dorénavant étroitement liées à ce grand projet de société, incarné par les producteurs et porté par les citoyens. Rien n’est plus significatif, pour un producteur, que de rencontrer ceux et celles qui consomment ses produits. Et cette rencontre est tout aussi gratifiante pour le consommateur qui fait le choix de soutenir le dynamisme régional et de réduire son empreinte environnementale.

Au-delà de ce dialogue nécessaire entre producteurs et consommateurs, les gouvernements ont aussi leur rôle à jouer. L’importance d’une écoute attentive de l’État à l’endroit du secteur agricole, mais aussi de la production artisanale, est déterminante pour la pérennité des entreprises qui participent pleinement à la réputation exceptionnelle du terroir québécois.

Dans le cadre de l’actuelle consultation gouvernementale sur le rayonnement de la filière des boissons alcooliques, l’Union des producteurs agricoles a consulté plusieurs organisations regroupant les cidriculteurs, les vignerons, les distillateurs et les autres producteurs artisans d’alcool à base d’érable, de miel ou de petits fruits. Ces derniers appuient la création d’un centre d’expertise au profit de la filière, car elle contribuerait au développement des entreprises d’ici tout en favorisant une plus grande visibilité pour leurs produits. Ils réclament toutefois au gouvernement une amélioration de leurs conditions de production et de mise en marché. Il est impératif de donner suite à cette volonté du milieu, clairement exprimée depuis 2018.

Cet éditorial est le dernier avant la pause estivale. J’espère que les mois qui viennent répondront à vos attentes, tant personnelles que professionnelles, et je vous invite à profiter de notre application Mangeons local pour découvrir le Québec. En plus du calendrier, sa carte géolocalisée comprend maintenant plus de 1 500 points de vente : fermes, marchés publics, transformateurs et restaurants participant au programme Aliments du Québec au menu. De plus, des microbrasseurs offrant une salle à manger ou un comptoir de dégustation ont été ajoutés à la carte cette année. Tous ceux qui possèdent une fiche dans l’application intègrent au minimum 50 % de grains québécois à leurs recettes.

Bonne saison estivale à toutes et à tous! Profitez-en pour goûter au savoir-faire et à la fierté des producteurs artisans!