Passer au menu Passer au contenu

Vous êtes sur le Site provincial, mais nous vous avons localisé dans la région : ###detected_region###

La santé des sols

Un sol en santé, synonyme de fertilité et de bon rendement, est primordial en agriculture. Voilà pourquoi les agriculteurs du Québec, avec l’aide de leurs conseillers techniques, travaillent à adopter des pratiques culturales de plus en plus durables pour maintenir la matière organique de leur terre et garder leur sol bien vivant.

Les terres agricoles, l’actif le plus précieux

Le sol est l’actif le plus précieux des producteurs agricoles, car il s’agit de leur principal outil de travail. Un sol fertile et en santé offre une biodiversité importante de même qu’une disponibilité accrue de nutriments comme l’azote, le phosphore et le souffre qui, lorsque bien dosés, favorisent la productivité et la rentabilité des cultures.

Nourrir la planète

D’ici 2050, la population mondiale dépassera les 9 milliards de personnes. Pour répondre à la demande alimentaire, la production agricole devra augmenter à l’échelle mondiale de 60 %, ce qui oblige parfois les producteurs à adopter des pratiques agricoles qui peuvent avoir des répercussions néfastes sur la santé des sols. Ceci étant dit, il est d’autant plus primordial de prendre soin des sols agricoles, de maintenir leur fertilité et de les protéger afin qu’ils puissent continuer à nourrir la planète.

Qu’est-ce qu'un sol en santé?

Un sol vivant et productif est à la base de la rentabilité en agriculture. Qui dit sol en santé, dit bonne structure de sol, bonne aération, meilleure portance, semis en bonne condition, levée uniforme, désherbage plus efficace, diminution des maladies racinaires et cultures performantes valorisant mieux les ressources. Un sol en santé requiert moins d’engrais et de fertilisant pour un même rendement; il est plus stable et moins propice à l’érosion.

La pratique d’une agriculture durable

Pratiquer une agriculture durable, c’est chercher à obtenir un rendement optimal plutôt que maximal, pour ne pas épuiser le sol, une ressource essentielle pour la croissance et la vitalité des végétaux. Il importe de bien connaître leurs besoins en nutriments (les principaux étant l’azote, le phosphore et la potasse) et les caractères propres aux parcelles où ces plantes sont cultivées. Les quantités d’engrais appliquées par les producteurs servent à entretenir la fertilité des sols tout en évitant les excès.

Une fertilisation raisonnée et encadrée

La fertilisation des cultures est une activité très encadrée au Québec. En vertu du Règlement sur les exploitations agricoles du gouvernement du Québec, les producteurs agricoles doivent, tous les ans, faire préparer un plan de fertilisation par leur agronome. Ce document réglementaire indique, pour chaque parcelle de terre cultivée, les doses de fertilisants (fumiers et engrais minéraux) et de nutriments à appliquer afin de répondre aux besoins nutritionnels des cultures et garder le sol en équilibre.

Les producteurs doivent également produire annuellement un bilan phosphore en plus d’avoir à tenir un registre des épandages. L’entreposage des engrais de ferme (lisiers) doit se faire dans des structures étanches et sécuritaires. Pour ce qui est de la disposition des fumiers solides, la pratique de stockage en amas au champ est autorisée, à certaines conditions.