Skip to menu Skip to content

You are on the Site provincial but we have localized your experience to the following region: ###detected_region###

Zone agricole et filière batterie : les ministres concernés doivent s’engager davantage à protéger notre garde-manger

Published on 29 September 2023 - By l'UPA

Category :

  • Citoyen/Citoyenne
  • Producteur/Productrice
  • Communiqués

Les informations rapportées hier par le journaliste Thomas Gerbet This link will open in a new window (Radio-Canada), au regard des répercussions passées et futures de la filière batterie sur la zone agricole, sont particulièrement préoccupantes. L’Union des producteurs agricoles (UPA) demande donc à l’ensemble des ministres concernés d’être plus sensibles aux préoccupations des agricultrices et des agriculteurs et de s’engager davantage à protéger le garde-manger québécois.

« Les nombreux projets annoncés et à venir ne doivent pas affecter négativement la protection intégrale du territoire et des activités agricoles. Nourrir les Québécoises et les Québécois est une priorité nationale, au même titre que les autres missions de l’État. Il est donc impératif d’éviter une atteinte grave et irréversible au patrimoine et à l’autonomie alimentaire du Québec », a déclaré aujourd’hui le président général de l’UPA, Martin Caron.

Rappelons que Radio-Canada a dévoilé hier en primeur les grandes lignes du fascicule 2 de l’actuelle consultation nationale sur le territoire et les activités agricoles This link will open in a new window, dans lequel le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec prévoit une augmentation significative des incursions non agricoles en zone verte en raison de la filière batterie et de ses nombreuses composantes (méga-usines et entreprises, production et transport d’électricité, besoins en minéraux stratégiques, etc.).

Comme le signalait l’UPA en réaction au fascicule 1 de la consultation nationale This link will open in a new window, la zone agricole cultivable ne représente qu’environ 2 % du territoire québécois. Ces terres représentent donc une ressource très limitée et non renouvelable. Elles continuent néanmoins d’être grugées par l’étalement urbain, l’activité de spéculateurs financiers et immobiliers, les projets industriels et la construction d’infrastructures, entre autres pour le transport.

Rappelons également que la toute récente Politique nationale de l’architecture et de l’aménagement du territoire indique clairement que l’implantation d’usages non agricoles en zone verte nuit au maintien et au développement de l’agriculture, provoque des conflits d’usages et favorise l’éparpillement de notre empreinte collective. Compte tenu aussi des récentes consultations sur les nouvelles orientations gouvernementales en aménagement du territoire et de l’actuelle consultation nationale, l’État québécois ne doit pas détruire d’une main ce qu’il est en voie de bâtir de l’autre. D’autant plus que l’agriculture et la transformation alimentaire, premiers secteurs primaire et manufacturier au Québec, sont des secteurs économiques prometteurs, rentables et durables qui génèrent déjà des dizaines de milliers d’emplois.

Pour l’UPA, il est possible de concilier le développement économique et l’urbanisation en évitant l’étalement en zone agricole. « Le gouvernement du Québec doit être responsable et cohérent. Les projets présents et à venir de la filière batterie, ou de tout autre secteur, doivent respecter la très forte volonté collective des Québécoises et des Québécois à l’égard de la protection de leur garde-manger. Nous lui demandons de donner suite à ce consensus social maintes fois exprimé et lui offrons notre pleine et entière collaboration à cet égard, les priorités économiques de la province étant tout à fait compatibles avec une meilleure gestion du territoire », a conclu M. Caron.

— 30 —

Renseignements :

Maxim Labrecque

Chargé des relations de presse et des réseaux sociaux-UPA

Cell. : 438 402-9291 | mlabrecque@upa.qc.ca

The latest news item

  • Zone agricole et filière batterie : les ministres concernés doivent s’engager davantage à protéger notre garde-manger

    Les informations <a>rapportées hier par le journaliste Thomas Gerbet</a> (Radio-Canada), au regard des répercussions passées et futures de la filière batterie sur la zone agricole, sont particulièrement préoccupantes. L’Union des producteurs agricoles (UPA) demande donc à l’ensemble des ministres concernés d’être plus sensibles aux préoccupations des agricultrices et des agriculteurs et de s’engager davantage à protéger le garde-manger québécois.

    Know more
  • Événement international Adaptation Futures – Adaptation aux changements climatiques et adoption de pratiques agroenvironnementales chez des producteurs agricoles

    <strong>Longueuil, 7 octobre 2023</strong> – Dans le cadre de la conférence internationale d'Adaptation Futures&nbsp;2023 et du Forum international des laboratoires vivants dans les agroécosystèmes, près d’une centaine de personnes ont participé à une visite terrain organisée par l’Union des producteurs agricoles (UPA) à la Ferme Cristallina, dans la municipalité de Saint-Barthélemy, le vendredi 6 octobre. Lors de cette activité, deux projets phares en matière d’innovation et d’adaptation aux changements climatiques en agriculture ont été présentés&nbsp;: Laboratoire vivant – Québec&nbsp;2020-2023 et Agrisolutions climat&nbsp;2022-2024. Ces projets placent les producteurs agricoles au cœur des activités de développement et d’adoption de pratiques agricoles innovantes visant à répondre à des enjeux agroenvironnementaux.&nbsp;

    Know more
  • L’Union des producteurs agricoles dévoile sa marque employeur

    L’UPA, accompagnée de ses groupes affiliés et apparentés, est fière de dévoiler sa marque employeur, une initiative qui incarne l’essence même de l’organisation et qui réaffirme sa position en tant qu’employeur de choix

    Know more
View all news items