Lancement de l’outil Web VirageBio

Mettant en valeur l’expérience des producteurs agricoles chevronnés en agriculture biologique ainsi que l’expertise des professionnels et entreprises qui œuvrent dans le secteur, VirageBio est un nouvel outil Web qui vise à informer les producteurs agricoles sur les différentes facettes de la transition à l’agriculture biologique. Il regroupe une foule d’information qui permet de démystifier la réussite d’une transition harmonieuse à cette régie de production, tout en dressant un portrait du biologique dans les différentes filières de production (acériculture, grains, lait, fruits et légumes, viandes, etc.). Cet outil Web a été réalisé par la Table de développement de la production biologique de l’UPA, en collaboration avec le Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec et le Centre d’expertise et de transfert en agriculture biologique et de proximité, grâce à une aide financière du Programme de développement sectoriel issu de l’accord Cultivons l’avenir 2 conclu entre les gouvernements du Canada et du Québec.

Découvrez le nouvel outil Web VirageBio


Un nouveau règlement pour les produits biologiques

Le 13 juin 2018, le gouvernement fédéral publiait le Règlement sur la salubrité des aliments au Canada (RSAC), lequel contient désormais toutes les règles entourant la certification des produits biologiques. Contrairement à ce qui était proposé initialement, les fournisseurs de services (transport, abattage ou entreposage) n’auront pas à certifier leurs activités comme étant biologiques, ce que réclamaient l’Union des producteurs agricoles (UPA) et ses partenaires de la Table de développement de la production biologique. De fait, l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) continuera d’exiger uniquement la certification des produits biologiques et des activités d’emballage et d’étiquetage.

Le RSAC entrera en vigueur le 15 janvier 2019 et, d’ici là, les règles actuelles continueront de s’appliquer. « Nous sommes très heureux de cette volte-face concernant les activités de transport et d’entreposage, mais par souci de cohérence, nous croyons que les règles relatives à la certification biologique n’auraient jamais dû se retrouver dans un règlement sur la salubrité des aliments », de rappeler les représentants du secteur biologique et de l’UPA.


UPA_Personnage_mains_multiculuturelLe 26 novembre 2014, à l’initiative de l’UPA, la nouvelle Table de développement de la production biologique (TDPB) prenait son envol. Elle réunit près d’une trentaine de personnes parmi lesquelles des représentants des groupes affiliés à l’Union (régions et secteurs de production) et plusieurs autres intervenants (Équiterre, Coopérative pour l’agriculture de proximité écologique, Conseil des appellations réservées et des termes valorisants, Centre d’expertise et de transfert en agriculture biologique et de proximité, Filière biologique, MAPAQ, AAC). Ce regroupement de leaders de l’agriculture biologique permettra d’optimiser les efforts actuellement consacrés au développement et à la mise en marché des produits issus de ce secteur.

Opinion : Aliments biologiques : la protection du consommateur menacée, Marcel Groleau, Daniel Dubuc, Caroline Poirier et Sidney Ribaux, 20/01/2018.

Opinion : Le bio d’ici, ça vaut le coût!, Marcel Groleau, 27/09/2017.

Opinion : Agriculture bio : c’est ENSEMBLE que nous y arriverons, Marcel Groleau, 22/02/2017.

Opinion : Agriculture biologique : investir pour développer, Marcel Groleau, 23/09/2015.

Opinion : Agriculture bio : poser les bons gestes pour répondre à la demande, Marcel Groleau, 17/12/2014.

Fiche technique : L’agriculture biologique au Québec.