Dans tous les projets de transport d’énergie, des infrastructures doivent être mises en place afin de relier un site de production à de grands centres urbains ou industriels. Systématiquement, les projets les plus contraignants sont repoussés sur les territoires les moins densément peuplés, d’où la tendance à installer les infrastructures de transport en zones agricoles et forestières.

Ces dernières années, on observe une augmentation du nombre de ces projets (gazoduc, oléoduc, ligne de transport d’électricité, ligne de raccordement des parcs éoliens, etc.), ce qui préoccupe de plus en plus les agriculteurs et propriétaires de boisés. Il faut savoir que la possibilité qu’ont les promoteurs de ces projets d’exproprier les propriétaires qui s’opposeraient au passage de telles infrastructures est bien réelle.

Pour en savoir plus, consultez la Foire au questions au sujet des interventions de l’UPA dans le dossier des infrastructures de transport d’énergie, l’Entente sur le passage des lignes de transport en milieux agricole et forestier et le document présentant des informations au sujet du projet d’Énergie Est.

Documents Interventions de l'UPA - Dossier des infrastructures de transport d'énergie - FAQ
Documents Entente cadre entre Hydro-Québec et l'UPA