Passer au menu Passer au contenu

Vous êtes sur le Site provincial, mais nous vous avons localisé dans la région : ###detected_region###

Budget fédéral 2023-2024 : des mesures bien accueillies, mais rien n’est assuré pour le secteur agricole

Publié le 28 mars 2023 - Écrit par l'UPA

Catégorie :

  • Citoyen/Citoyenne
  • Producteur/Productrice
  • Communiqués

Longueuil, 28 mars 2023 – L’Union des producteurs agricoles (UPA) accueille positivement les 34,1 M$ sur trois ans annoncés par la vice-première ministre et ministre canadienne des Finances, Chrystia Freeland, visant à compenser les productrices et producteurs agricoles pour les tarifs douaniers perçus sur les engrais russes et bélarusses depuis mars 2022.

La clarification des règles instaurées par le projet de loi C-208 (transferts intergénérationnels) et l’ouverture à étendre sa portée aux neveux et nièces est aussi une bonne nouvelle qui mérite d’être soulignée. Tout comme le nouveau remboursement pour l’épicerie, l’inflation du prix des aliments étant une préoccupation majeure des familles partout au pays.

« Le remboursement des tarifs douaniers et la clarification des règles qui s’appliquent aux transferts intergénérationnels répondent à des demandes spécifiques de l’UPA, de la relève agricole et de nombreux groupes de productrices et de producteurs. Ces deux mesures, même s’il existe encore certaines contraintes, seront bien accueillies », a déclaré le président général de l’UPA, Martin Caron.

Soulignons aussi un certain nombre d’autres mesures budgétaires intéressantes, telles :

  • 13 M$ en 2023-2024 pour augmenter le plafond de la partie sans intérêt des prêts du Programme de paiements anticipés, afin de le faire passer de 250 000 $ à 350 000 $ pour l’année de programme 2023;
  • 333 M$ sur dix ans à compter de 2023-2024 pour soutenir des investissements dans la recherche et le développement de nouveaux produits à base de solides non gras (SNG), la création de marchés pour ces produits et la capacité de transformation des produits à base de SNG en général;
  • 57,5 M$ sur cinq ans, à compter de 2023-2024, et 5,6 M$ par année par la suite, pour la création d’une banque de vaccins contre la fièvre aphteuse.

La situation difficile que vit un nombre grandissant de fermes, en raison de l’inflation, de l’augmentation des coûts de production et de la hausse des taux d’intérêt, commandait toutefois des investissements plus vigoureux pour assurer la pérennité des entreprises.

« L’agriculture est plus impactée que plusieurs autres secteurs par le contexte économique défavorable. La récession modérée que prévoit le gouvernement pourrait donc frapper beaucoup plus durement les familles agricoles au pays. C’est pourquoi les nombreuses fermes en difficulté espéraient une aide ponctuelle leur permettant de continuer de nourrir les Canadiennes et les Canadiens. Les gouvernements doivent se montrer plus sensibles à cette réalité au cours des prochains mois », a continué Martin Caron.

Nouvelle récente

  • Ajout d’un volet transactionnel à l’application Mangeons local

    Acheter des produits de la ferme… directement de son salon!

    En savoir plus
  • Agriculture sous pression : l’horizon s’assombrit pour un nombre grandissant de fermes québécoises

    <strong>Longueuil, 12 avril 2023 –</strong> L’Union des producteurs agricoles (UPA) <a>dévoile aujourd’hui les résultats d’un sondage</a> sur les conséquences de l’inflation, de l’augmentation des coûts de production et de la flambée des taux d’intérêt sur la situation financière des fermes québécoises.

    En savoir plus
  • Fermeture d’usine chez Olymel : une décision à l’opposé des efforts, des investissements et des sacrifices des éleveurs

    L’Union des producteurs agricoles (UPA) qualifie de triste nouvelle la fermeture des installations d’Olymel à Vallée-Jonction et demande au ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) un diagnostic neutre et indépendant sur la situation dans l’industrie porcine.

    En savoir plus
Voir toutes les nouvelles